Party Girl, la vie non rêvée d’une famille atypique

Portrait sans fard d’une Escort-girl de soixante ans exubérante, insouciante, énervante mais terriblement attachante… Le synopsis : Angélique a soixante ans. Elle aime encore la fête, elle aime encore les hommes. La nuit, pour gagner sa vie, elle les fait boire dans un cabaret à la frontière allemande. Avec le temps, les clients se font plus rares. Mais Michel, son habitué, est toujours amoureux d’elle. Un jour, il lui propose

Maintenant ou jamais, un conte noir illuminé par Leïla Behkti

Fable sombre sur le surendettement et la crise financière illuminée par l’incandescente Leïla Bekhti. Synopsis : Quand on est une mère de famille, en principe, on ne braque pas les banques. Mais par les temps qui courent, ça peut être une solution pour assurer l’avenir de son foyer, et ne pas renoncer à ses rêves. Même si jouer les voleuses peut vite devenir dangereux, et les mauvaises rencontres se transformer

The Salvation, un western sans saveur à la sauce danoise

Point de salut dans ce western douceâtre à l’esthétique soignée où la beauté des images se combine avec l’élégance rare et racée du couple Mikkelsen/Green. Le Synopsis : 1870, Amérique. Lorsque John tue le meurtrier de sa famille, il déclenche la fureur du chef de gang, Delarue. Trahi par sa communauté, lâche et corrompue, le paisible pionnier doit alors traquer seul les hors-la-loi. La critique : Il y a des

Oublier Marquise, dans l’intimité de Watteau

Douce évocation de la vie torturée de Watteau, manquant parfois de relief et d’émotion. L’argument : 1708. Mariée à Armand de Belle-Isle dont elle a deux enfants, Marquise rêve de devenir un peintre reconnu. Au cours d’une réception, elle tombe amoureuse d’un jeune artiste surdoué, fragile et irrésistible, Antoine Watteau. Ils s’aimeront à la folie. Il l’initiera aux fêtes galantes ; elle l’admirera et l’accompagnera jusqu’à sa mort prématurée, à

Stabat Mater ou la solitude mélodieuse d’une orpheline

Laissez les mots devenir notes, et faites-vous bercer par la mélodieuse et poétique complainte d’une orpheline en quête de vie et de liberté…. L’argument : Cecilia, la narratrice, est orpheline. Elle a été abandonnée à sa naissance et recueillie par l’hospice de la Pietà, à Venise. Chaque jour, masquée et dérobée au regard du public, Cecilia joue du violon. Dans cet univers confiné et reclus, la musique est sa seule

Chambre froide, un trio détonnant de drôle de dames

Dans un monde régit par la gent masculine, les hommes se la coulent douce au salon et les femmes débarrassent. C’est dans ce contexte très années 1950 que débute la pièce Chambre froide. Nos trois protagonistes se retrouvent ainsi coincées dans la cuisine. En toute hypocrisie, ces « amies de 20 ans » échangent des banalités sur leur vie. Mentant aux autres et surtout à elle-même, elles imaginent leur vie

Martial Raysse – le dernier grand nabab de l’art contemporain

Plonger en immersion totale dans l’œuvre riche et singulière de Martial Raysse est une expérience hors du commun qui ne laisse pas indifférent… Faites-vous votre propre opinion en allant découvrir cette rétrospective de grande qualité… Présentation : Du 14 mai au 22 septembre 2014, le Centre Georges Pompidou consacre un de ses halls d’exposition du 6e étage à l’artiste français de renommée internationale, Martial Raysse. Cette rétrospective rassemble une large

Gett, Le procès de Viviane Amsalem de Ronit et Schlomi Elkabetz – divorce à l’israélienne

Dans l’intimité d’un couple qui se déchire en place publique, la fratrie Elkabetz signe un film qui oscille entre dureté, âpreté et humour… une réussite. Le synopsis : Viviane Amsalem demande le divorce depuis trois ans, et son mari, Elisha, le lui refuse. Or en Israël, seuls les Rabbins peuvent prononcer un mariage et sa dissolution, qui n’est elle-même possible qu’avec le plein consentement du mari. Sa froide obstination, la

Les Combattants de Thomas Cailley –Délire, humour, punch et Rock and roll

Engagez vous, aux côtés de la très lunaire Adéle Haenel, pour ce premier film savoureux, drôle et unique… Le synopsis : Entre ses potes et l’entreprise familiale, l’été d’Arnaud s’annonce tranquille… Tranquille jusqu’à sa rencontre avec Madeleine, aussi belle que cassante, bloc de muscles tendus et de prophéties catastrophiques. Il ne s’attend à rien ; elle se prépare au pire. Jusqu’où la suivre alors qu’elle ne lui a rien demandé

Les confessions de Constanze Mozart d’Isabelle Dusquenoy ou l’amour conjugal

Évocation crue et romantique du quotidien d’un artiste de génie… brillant. L’argument : Une jeune femme s’apprête pour son mariage. Demain, elle épouse un homme qu’on s’accorde à trouver petit, affligé d’une grosse tête, provocant… Pour comble, c’est l’ancien fiancé de sa sœur. Il s’appelle Mozart. Wolfgang Amadeus. Qui est donc cette Constanze Weber, qui devint la femme, puis la veuve du génie de la musique ? Dotée d’un physique