Histoire d'un Cid de Jean Belorini © Christophe Raynaud de Lage
© Christophe Raynaud de Lage

« Histoire d’un Cid », Grignan sous le charme

Le TNP s’invite dans le Drôme. En adaptant à sa manière poétique et directe la célèbre pièce de Corneille, Jean Bellorini remet au goût du jour les amours contrariées de Chimène et Don Rodrigue.

Comme chaque été, devant la façade du célèbre Château de Grignan, un classique s’invite et enchante les nuits drômoises. Cette année, c’est Jean Bellorini, directeur du TNP, qui investit les lieux en proposant une adaptation pour quatre comédiens et deux musiciens, du Cid de Corneille. Entremêlant ses mots à ceux du dramaturge, il navigue entre les flots poétiques et les émotions à fleur de peau des protagonistes. Si l’histoire est respectée, c’est vers d’autres cieux que l’honneur à tout qu’il emporte les spectateurs. 

Histoire d'un Cid de Jean Belorini © Christophe Raynaud de Lage
© Christophe Raynaud de Lage

Sur le devant de la scène, un bateau d’enfant attend sagement que ses passagers évoquent leur voyage en haute mer. L’Infante (éblouissante Karyll Elgrichi), esquisse les grandes lignes du drame à venir. Amoureuse secrète de Rodrigue (vaillant François Deblock), qu’elle ne peut avoir en raison de son rang, elle forme le projet de l’unir à Chimène (bouleversante Cindy Almeida de Brito). Une idylle qui démarre sur les chapeaux de roue, mais que très vite les querelles paternelles vont venir mettre à mal. 

Ne supportant pas que Don Diègue (excellent Federico Vanni), père de Rodrigue, choisi à sa place pour le poste de précepteur du jeune prince, Don Gomes, père de Chimène, humilie ce dernier d’un soufflet. Trop vieux pour combattre, l’offensé demande à son fils de venger son honneur. Si le cœur a ses raisons, son devoir l’emporte, dans un combat à l’épée, Rodrigue tue le géniteur de sa bien-aimée. Malgré la passion qui les unit, l’hymen est brisé. La fière espagnole réclame réparation. Seule la mort de son doux amant, pourtant auréolé de gloire à la guerre et devenu héros de la Castille, pourra calmer sa rage. Heureusement, chez Corneille, l’amour finit par vaincre les pires dilemmes. 

Comment rendre contemporaine et accessible cette pièce écrite au XVIe siècle ? En décalant son propos, en assumant la fable. Avec ingéniosité, Jean Bellorini imagine une farce où le ludique l’emporte sur le sérieux. Château gonflable, cheval à bascule et autres accessoires incongrus donnent à l’œuvre de Corneille une dimension épique presque enfantine. Si le drame est omniprésent, quelques gimmicks, des adresses au public, des chansons pops bienvenues – dont l’imparable Je ne suis pas un héros de Balavoine – détournent les larmes en rires éclatants et sonnants.  

Ici, pas de Chimène capricieuse, pas de Rodrigue intrépide, juste deux enfants condamnés à s’aimer, à se rejeter, à subir sans broncher leur destinée. À leurs côtés, l’Infante, souvent recalée au second rôle sans gloire, explose littéralement en devenant le pivot de l’histoire. Amoureuse transie, sacrifiant sa passion à son rang, offrant l’homme de sa vie à une autre, elle devient le démiurge de ce Cid très pop. Dans son ombre, sa suivante également interprétée par Federico Vanni, cabotin à souhait) joue magnifiquement les seconds couteaux. 

Efficace, légère à souhait, parfaite pour l’extérieur, la mise en scène de Jean Bellorini entraine le public dans une folle farandole de vers et de rimes, que tous reprennent à l’unisson. Un moment estival idéal que les familles et les habitués de Grignan saluent à tout rompre ! 


Histoire d’un Cid, variation autour du Cid de Pierre Corneille
aux Fêtes nocturnes 2024 du Château de Grignan
Du 27 juin au 24 août 2024
durée 1h40

Tournée 
27 novembre au 20 décembre 2024 au Théâtre National Populaire, Villeurbanne
mars 2025, à la Comédie de Reims (option)
13 et 14 mars 2025 à La Faïencerie, Creil
24 et 25 avril 2025 au Bateau Feu, Scène Nationale de Dunkerque
mardi 6 mai 2025 au Théâtre de Privas
15 mai au 15 juin 2025 au Théâtre Nanterre-Amandiers 

Mise en scène de Jean Bellorini assisté de Mathilde Foltier-Gueydan 
avec Cindy Almeida de Brito, François Deblock, Karyll Elgrichi, Clément Griffault (claviers), Benoit Prisset (percussions), Federico Vanni 
collaboration artistique de Mélodie-Amy Wallet 
Scénographie de Véronique Chazal 
lumière de Jean Bellorini
son de Léo Rossi-Roth 
costumes de Macha Makeïeff 
coiffure et maquillage de Cécile Kretschmar 
vidéo de Marie Anglade 
construction des décors et confection des costumes – les ateliers du TNP 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Contact Form Powered By : XYZScripts.com