François Deblock © DR

Les Instantanés de François Deblock

Au TNP de Villeurbanne, François Deblock, éternel romantique, reprend son rôle d’Orphée, dans la revisite du mythe écrit par Valère Novarina et mis en scène avec poésie par Jean Bellorini. Gracile, physique de jeune premier, il illumine le Jeu des ombres de sa présence fiévreuse. Rencontre avec un artiste intense.

Le Jeu des Ombres de Valère Novarina
mise en scène de Jean Bellorini
© Christophe Raynaud de Lage

Quel est votre auteur de Théâtre préféré ?
Bernard Mari  Koltès. J’aurais aimé vivre en même temps que lui et pouvoir l’accompagner lors de ses voyages et créer ses textes inédits.

Quel auteur aimeriez-vous jouer ?
J’adorerais jouer du Jon Fosse, j’adore son écriture tout en retenue, j’aime son traitement des silences et des non-dits. Ses échecs de prise de paroles.
J’adore particulièrement Je suis le vent et Hiver.

Quel roman rêveriez-vous de voir adapter au théâtre ?
La horde du contrevent d’Alain Damasio 
Je pense que je ne suis pas le seul.

Avec quel metteur en scène voudriez-vous travailler ?
J’espère déjà continuer toute ma vie à travailler avec ceux que je connais déjà comme Jean Bellorini.
J’aimerais énormément travailler aussi avec Kristian Lupa et Jöel Pommerat.
Enfin, je regrette de n’avoir jamais pu travailler sous les ordres de Patrice Chéreau. 

Si vous deviez jouer dans un boulevard, quel serait-il ?
J’aimerais que la troupe du Splendid comme elle existait auparavant se reforme et que je joue avec eux des inédits dans la veine du Père noël est une ordure. Ça me permettrait de retrouver Gerard Jugnot.

Si vous deviez jouer dans une Tragédie, quelle serait-elle ?
Andromaque sans hésitation.
Je devais d’ailleurs jouer Oreste dans la prochaine création de cette pièce, mise en scène par Yves Beausnesne. Mais les changements de calendrier dus au Covid ont eu raison de ma présence dans la future distribution, car je serai en pleine création du Suicidé avec Jean Bellorini.

Quel artiste a été pour vous une révélation ?
J’en citerai quatre car en dégager un seul me parait trop réducteur.
De prime abord, je dirai bien sûr Patrick Dewaere, ensuite Jean-Hugues Anglade, Vincent Cassel et Mathieu Amalric.

Le Jeu des Ombres de Valère Novarina
mise en scène de Jean Bellorini
© Christophe Raynaud de Lage

Dans les musiques que vous écoutez laquelle vous inspire ou vous fait penser à une pièce de théâtre ?
Les Neiges du Kilimandjaro de Pascal Daniel, une pièce qui parle de voyage de fuite et d’ascension folle.

Quel film aimeriez-vous adapter au Théâtre ?
Sa Majesté des Mouches, même si c’est un roman en premier lieu.

Y a-t-il un romancier que vous verriez bien écrire une pièce de théâtre ?
Alain Damasio toujours.

Y a-t-il un personnage de fiction que vous rêveriez d’incarner ?
Arsène Lupin, facétieux et élégant. Double et Brillant.

Y a-t-il un personnage historique que vous rêveriez d’interpréter ?
C’est peut-être très étrange. Et hautement improbable, ZZ, Zinedine Zidane.
Plus sérieusement Thomas Pesquet
Pour faire un film ou une pièce qui parle de l’univers et de l’espace. 

Quelle salle à votre préférence ?
Rien de très original, j’adorerais avoir un jour l’occasion de jouer au Théâtre des Bouffes du Nord.

Quel serait votre partenaire idéal ?
J’en ai déjà croisé, le plus important, c’est le plaisir de jouer, quand je vois la lueur et l’envie de jouer avec l’autre, l’espièglerie dans les yeux de mon partenaire.
Alors je suis comblé.

Le Jeu des Ombres de Valère Novarina
mise en scène de Jean Bellorini
© Pascal Victor

Quel personnage de l’autre sexe aimeriez-vous incarner ?
Jeanne d’arc, qui me parait plus intéressante que Jean Dark.

Y a-t-il des rôles que vous avez toujours refusé de faire ?
Non, les seules auditions que j’ai refusées, c’est lorsqu’il était prévu que je joue avec des acteurs que je n’avais pas envie de côtoyer humainement.

La pièce que vous auriez aimé voir. Avec qui aux commandes ?
Phèdre mis en scène par Chéreau avec Dominique Blanc.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


Le Jeu des Ombres de Valère Novarina
mise en scène de Jean Bellorini
création Festival d’Avignon- Semaine d’Art
Reprise au TNP-Villeurbanne

8 place du Dr Lazare Goujon
69100 Villeurbanne

Jusqu’au 30 janvier 2022
Durée 2h15 environ

Crédit photos © DR, © Christophe Raynaud de Lage et © Pascal Victor ArtPressCom

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut