Les instantanés de Johanna Korthals Altes

Chevelure rousse incandescente, visage pale, silhouette longiligne, Johanna Korthals Altes est de tous les derniers spectacles d’Isabelle Lafon. Muse, inspiratrice, cœur palpitant du projet, la comédienne s’investit au plateau avec une belle intensité, une présence solaire. Bérénice amoureuse d’un Titus incarné par la tout aussi lumineuse Karyll Elgrichi, libre penseuse dans les Insoumises et amoureuse de cinéma dans Vues Lumière, la comédienne se glisse dans la peau d’une durassienne pur jus, dans les Imprudents, un spectacle poétique, unique à voir actuellement à la Colline.

Les Imprudents d’Isabelle Lafon. Johanna Korthals Altes - François-Felix Gravière © Marie Clauzade - Printemps des Comédiens

Quel est votre auteur de théâtre préféré ?
Tchekhov, Vinaver, (je n’arriverai jamais à choisir, car un auteur en appelle un autre et j’ai aussi envie de rajouter Racine) Chez Tchekhov et aussi chez Vinaver, il y a un traitement du quotidien, de la banalité qui me touche, la « noblesse de la banalité » comme dirait Marguerite Duras.

Quel auteur aimeriez-vous jouer ?
Shakespeare, en anglais.

Quel roman rêveriez-vous de voir adapter au théâtre ?
Le premier méchant de Miranda July, car c’est très drôle, les personnages complètement extrêmes et politiquement incorrects.

Avec quel metteur en scène voudriez-vous travailler ?
Klaus Mikael Grüber pour la poésie, Luk Perceval, pour le jeu, Anna teresa de Keersmaeker pour la prise de l’espace, et Kantemir Balagov au cinéma.

Si vous deviez jouer dans un Boulevard, quel serait-il ?
Les élections présidentielles 2022, mais je ne sais pas si sera vraiment drôle.

Si vous deviez jouer dans une tragédie, quelle serait-elle ?
Les élections présidentielles 2022, mais je ne sais pas si ce sera vraiment tragique.

Quel artiste a été pour vous une révélation ?
Pina Bausch, dès que j’ai découvert ses pièces au Théâtre de la Ville, j’ai compris pourquoi j’avais envie de faire du théâtre, entre l’intime et la grande Histoire.

Les Imprudents d’Isabelle Lafon. Johanna Korthals Altes - François-Felix Gravière © Marie Clauzade - Printemps des Comédiens

Dans les musiques que vous écoutez laquelle vous inspire ou vous fait penser à une pièce de théâtre ?
Stefano Landi, le côté pop de la musique baroque. Ses textes semblent être écrits hier. 

Quel film aimeriez-vous voir adapter au théâtre ?
Une grande fille de Kantemir Balagov même si je pense que c’est impossible.

Y a-t-il un romancier que vous verriez bien écrire une pièce ?
Miranda July

Y a-t-il un personnage de fiction que vous rêveriez d’incarner ?
Ulrich ou Agathe dans l’Homme sans qualité, dans l’intensité de leurs échanges

Y a-t-il un personnage historique que vous rêveriez d’interpréter ?
Benjamin Lay ou Robert Badinter.

Quelle salle a votre préférence ?
L’Odéon, le théâtre de la Ville, le Cloître des Carmes

Quel serait votre partenaire idéal ?
Buster Keaton, Jacques Tati, Cate Blanchett, Miranda July, Meryll Streep, Leonardo Di Caprio. Elles et ils sont bien plus nombreux, certains ne sont plus là, certains sont encore à venir. On joue autant avec les absents qu’avec les présents.

Quel personnage de l’autre sexe aimeriez-vous incarner ?
Hamlet, « la pièce par excellence », même si j’ai déjà vu une très belle version par Peter Zadek où Angela Winkler jouait Hamlet tout en fragilité.

Bérénice de Racine. Mise en scène Isabelle Lafon. Johanna Kothals Altes © Pascal Victor

Y a-t-il des rôles que vous avez toujours refusé de faire ?
Non mais si le rôle est dessiné, clair à l’avance ça m’intéresse beaucoup moins.

La pièce que vous auriez aimé voir et avec qui aux commandes et sur scène ?
Hamlet mis en scène par Boris Charmatz.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Les Imprudents d’Isabelle Lafon
Créé au Printemps des Comédiens
Reprise

La Colline -Théâtre national
Rue Malte-brun
75020 Paris

Du 6 au 23 janvier 2022

d’après les dits et écrits de Marguerite Duras
Conception et mise en scène d’Isabelle Lafon
Écriture et jeu de Pierre-Félix Gravière, Johanna Korthals Altes et Isabelle Lafon
Assistante à la mise en scène - Jézabel d’Alexis
Lumière de Laurent Schneegans

Crédit photos © Printemps des Comédiens

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut