/

Florence Muller, follement talentueuse

Florence Muller © DR

Au théâtre du Balcon, la comédienne, qui nous avait bluffé dans Emportée par mon élan au Petit Saint-Martin, rejoint la détonante famille de La Grande Musique, pièce écrite par Stéphane Guérin et mise en scène par Salomé Villiers. Avec une belle présence, un ton décalé toujours aussi saisissant, Florence Muller campe une femme aux prises avec les fantômes qui hantent son histoire familiale. Rencontre avec une artiste rayonnante.

Quel est votre premier souvenir d’art vivant ? 
Les concerts Colonne au théâtre du Châtelet, je crois qu’il s’agissait d’Olivier Messiaen, j’avais beaucoup ri avec mes camarades.

Quel a été le déclencheur qui vous a donné envie d’embrasser une carrière dans le secteur de l’art vivant ? 
Les cours de théâtre du Lycée avec Madame Dron. 

Qu’est ce qui a fait que vous avez choisi d’être comédienne et metteuse en scène ? 
Le besoin de raconter des histoires avec des mots. 

Le premier spectacle auquel vous avez participé et quel souvenir en retenez-vous ? 
Une adaptation de Marie-Octobre de Julien Duvivier. Je me souviens d’avoir foulé une terre inconnue, comme un voyage de rêve où l’on se débarrasse de soi. 

Votre plus grand coup de cœur scénique ? 
The roots de Kader Attou 

Quelles sont vos plus belles rencontres ? 
Je dirais Jean Robert-Charrier, Eric Verdin, le royal de Luxe, Christian Hecq, Julie-Anne Roth. 

En quoi votre métier est essentiel à votre équilibre ? 
Je ne suis pas sûre d’être équilibrée !

Qu’est-ce qui vous inspire ? 
Les gens et leurs histoires.

De quel ordre est votre rapport à la scène ? 
Pas psychologique. 

 À quel endroit de votre chair, de votre corps, situez-vous votre désir de faire votre métier ? 
À un endroit entre le ventre et le cœur et qui doit être ma solitude.

Avec quels autres artistes aimeriez-vous travailler ? 
Le Zérep, Hofesh Shechter, Pippo Delbono.

À quel projet fou aimeriez-vous participer ? 
Une pièce d’Emma Dante. 

Si votre vie était une œuvre, quelle serait-elle ? 
La chanson de Jim Morrison, Summer is almost gone, pour la mélodie et sa nostalgie. 

Propos recueillis parOlivier Frégaville-Gratian d’Amore

La Grande Musique de Stéphane Guérin
Festival Avignon Off – Buffon / Quartier Luna
18, rue Buffon 84000 Avignon
Du 7 au 30 juillet à 19h30, relâche les 10, 17, 24 juillet
Durée 1h35

Mise en scène de Salomé Villiers assistée de Pablo Haziza
Avec Hélène Degy, Raphaëline Goupilleau, Pierre Hélie, Brice Hillairet, Étienne Launay, Bernard Malaka
Collaboration artistique Frédéric de Brabant
Musique originale de Raphaël Sanchez
Scénographie de Georges Vauraz
Lumière de Denis Koransky
Régie – Mathilde Monier

Crédit photos © Cédric Vasnier Prismo production

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.