/

Buffalo, massacre dans les plaines américaines

Buffalo, d’après Tueur de bisons -livre d’entretien avec Franck. H Mayer (Éd. Libretto).  mise en scène Julien Defaye ) Artéphile © Yoan Loudet

En cette fin juin, Avignon est encore endormie. La plupart des théâtres ont portes closes. Seules quelques affiches déjà collées sur les murs de la ville témoignent de l’ouverture dans une quinze jours du « plus grand théâtre du monde ». À l’Artéphile, à deux pas de la fameuse rue des teinturiers, c’est déjà l’effervescence. L’équipe au complet est réunie. Les premières compagnies s’installent, prennent leurs marques, règlent la technique. C’est l’occasion pour Alexandre et Anne Mange d’ouvrir leurs portes pour quelques avant-premières destinées à des pros et à des voisins.

Fébrile, passionné, un brin timide, le duo à la tête de cette « bulle de création contemporaine » profite de ce moment suspendu pour présenter un projet qui lui tient particulièrement à cœur, Buffalo, d’après Tueur de bisons de Franck. H Mayer. En effet, après 7 ans d’existence, l’Artéphile franchît un nouveau cap en devenant producteur. Suite logique de l’essence même du lieu, de sa philosophie si particulière, faire naître des histoires singulières, soutenir des processus créatifs humains, cette nouvelle aventure fort stimulante n’est autre que le fruit d’une rencontre, du désir de faire un bout de chemin ensemble, de stimuler les émergences. 

Portant à la scène, les confessions de Franck.H Mayer, dernier chasseur de bisons, décédé à l’âge vénérable de 104 ans au fin fond du Colorado, en 1954, Julien Defaye invite à une balade réflective et écologique au cœur des plaines désertiques du grand ouest américain. Accompagné des musiques très country blues, jouées en direct par l’excellent musicien Nicolas Gautreau, le comédien et metteur en scène donne vie à toute une époque, celle des westerns, des cow-boys, des Indiens. Poétique, cru, violent, sanglant, le récit se fait chanson, mélopée, écorche le trop beau tableau fantasmé de cette Amérique sauvage faite de poussière, de troupeaux alopants et d’immenses étendues de terre rouge. 

Ciselés par les lumières en noir et blanc d’Alexandre Mange, Julien Defaye et Nicolas Gautreau font souffler un vent d’outre-tombe sur le plateau. Dénonçant à coup de riffs, d’effets sonores, de chamanisme réinventé, la chasse intensive, l’éradication quasi systématique d’une espèce à des seules fins capitalistes, le duo fait spectacle, plus exactement concert théâtralisé. La forme peut surprendre mais elle colle parfaitement aux intentions du metteur en scène, faire du beau avec du laid. Si parfois la voix grave, douce, du comédien se perd dans les vibrations sonores des baffles, la triste réalité revient au galop. Notre planète va mal, sa santé est en déclin. En tant que responsable en partie de ces dérèglements, l’être humain doit agir, apprendre de ses erreurs, de ses errances pour faire de demain un monde meilleur !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – Envoyé spécial à Avignon

Buffalo, d’après Tueur de bisons -livre d’entretien avec Franck. H Mayer (Éd. Libretto).
Festival Off Avignon
Artéphile
7, rue du Bourg Neuf
84 000 Avignon
Du 7 au 26 juillet 2022 à 17h55
Durée 55 min

Mise en scène, jeu de Julien Defaye
Musique, chant de Nicolas Gautreau
Création lumières Alexandre Mange
Accompagnement artistique d’Anne Carbarbaye

Crédit Photos © Anne Carbabaye et  © Yoan Loudet

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.