Darius, une épopée sensorielle qui bouleverse les sens

Darius de Jean-Benoît Patricot - e en scène d’André Nerman © Jean-François Delon

Une senteur, un parfum, un arôme, cette petite madeleine de Proust, s’accrochant à notre mémoire, plus fort qu’une image, cela nous remue et nous emporte dans les souvenirs. C’est à partir de ce constat que Jean-Benoît Patricot, auteur également de l’excellent PompierS, a écrit sa bouleversante pièce, Darius.

Darius a 20 ans et pas la vie devant lui. Gravement handicapé par une maladie dégénérative, il n’a plus que le toucher et l’odorat pour communiquer avec le monde qui l’entoure. Sa mère va lui offrir la plus belle preuve d’amour qu’il soit en lui permettant de voyager juste par les fragrances d’une odeur. Pour cela, elle fait appel à un nez, un grand créateur de parfum retiré des affaires après le mort de sa femme. Ensemble, ils vont réussir à embellir les derniers jours du jeune homme.

Ecrit sur le mode des échanges épistolaires, les deux protagonistes ne se croisent jamais, laissant ainsi place à leurs émotions et sentiments. Elle raconte, non sans une touche d’humour et une foi soulevant les montagnes, les réactions de son fils. Il détaille, avec la passion retrouvée de son métier et de la vie, ses démarches pour réussir les défis qu’elle lui demande. On ne verra jamais Darius, mais sa présence envahit tellement le propos, qu’il nous semble qu’il est près de nous. Et c’est magnifique !

Cette pièce, qui nous renvoie à tant d’émotion, avait été créée en 2017 dans une mise en scène d’Anne Bouvier, avec Clémentine Célarié et le très regretté Pierre Cassignard. Nous avions craint que l’ombre de ce dernier ne pèse sur la recréation de la pièce. Or, il n’en est rien. C’est la magie du théâtre ! François Cognard et la délicieuse Catherine Aymerie, dans une interprétation des plus sensibles, forment un excellent duo. Le metteur en scène, André Nerman, a su exploiter toutes les possibilités de leur talent. Et dans ce bel écrin qu’est la petite salle de l’Essaïon, ils redonnent vie à Darius, ce jeune homme qui nous donne une sacrée leçon de vie.

Marie-Céline Nivière

Darius de Jean-Benoît Patricot
Essaïon
6 rue Pierre au Lard 75004 Paris
Du 3 février au 20 mars 2022
Du jeudi au dimanche à 19h30
Durée 1h20

Mise en scène d’André Nerman
Avec Catherine Aymerie et François Cognard
Scénographie de Stéphane Laurent
Création lumière de Kostas Asmani
Création musique de Laurent Clergeau

Crédit photos © Jean-François Delon

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.