Grammaire des mammifères, le vertigineux exercice de style de Jacques Vincey

Au Théâtre Olympia, centre dramatique national de Tours, avant d’investir le TnBA, Jacques Vincey met en scène Grammaire des mammifères, l’œuvre d’un auteur étonnant, William Pellier. Cet objet théâtral non identifié, aussi déroutant que réjouissant, est mené de main de maître par une jeune et exaltante troupe. 

Dans sa note, l’auteur écrit : espérer vivement que la Grammaire ne raconte ouvertement rien, rassurons-le, c’est exactement cela ! Il espère que son texte éveille confusément en chacun QQCH (quelque chose). C’est réussi ! Jacques Vincey évoque dans le programme que la pièce est un rituel dionysiaque. Sa mise en scène va totalement dans ce sens. Cela ne vous avance pas beaucoup vous allez dire ! Mais voilà, ce spectacle ne se raconte pas, il se vit.

Un puzzle théâtral des plus singuliers 

Grammaire des mammifères de William Pellier. Mise en scène Jacques Vincey ©Christophe Raynaud de Lage

En divers tableaux, l’auteur et le metteur en scène nous proposent un grand jeu, où les règles ne sont pas classiques. Des bribes d’histoires, des protagonistes qui n’en sont pas, forment les pièces de ce puzzle, dont les morceaux tiennent grâce au langage, aux idées, aux émotions. Sous le couvert de ne rien nous raconter, il s’en dit des choses. Il faut dire qu’avec ce drôle de mammifère qu’est l’être humain, on n’a pas fini de s’ennuyer, d’être surpris ! Le texte est dense, on s’y promène, on s’y perd, on s’y retrouve. C’est fort, parfois verbeux, un peu agaçant, mais si souvent juste, cocasse, drôle et touchant. Ce qui est certain, à part la fin qui m’a fait perdre le fil de mon plaisir, l’auteur ne cesse de nous interpeller sur le sens des choses et des êtres.

Un grand jeu scénique 

En tout cas, la mise en scène de Vincey est une réussite. Avec la complicité de Vanasay Khamphommala, à la dramaturgie et Thomas Lebrun à la chorégraphie, s’appuyant sur la belle scénographie de Mathieu Lorry-Dupuy, le metteur en scène offre au public une cérémonie théâtrale joyeuse et festive dans laquelle il s’amuse avec les codes. On peut songer parfois aux happenings de l’époque du Flower Power, comme celle du Footsbarn. Les références ne manquent pas. On y trouve même un clin d’œil au boulevard. Il y a aussi des images très poétiques, comme celle du début, où dans le noir, les comédiens s’effacent pour faire entendre la parole. Il enchaîne avec bonheur les trouvailles scéniques. Dans un rythme fou, la parole de l’auteur se déchaîne et se fait entendre. 

Un vivier de jeunes comédiens

Grammaire des mammifères de William Pellier. Mise en scène Jacques Vincey ©Christophe Raynaud de Lage

Ici plus que jamais, il est évident que sans ces drôles d’animaux que sont les comédiens et comédiennes rien ne peut prendre sens sur un plateau. Ils sont huit, tous fraîchement moulus des grandes écoles nationales de théâtre et appartiennent à l’ensemble artistique du Théâtre Olympia. Retenez bien ces noms, Alexandra BlajoviciGarance DegosMarie DepoorterCécile FeuilletRomain GyHugo KuchelTamara Lipszyc et Nans Mérieux. Ils sont l’avenir ! N’ayant peur de rien, se donnant à fond, interprétant avec un talent fou toutes les notes de la partition, en chorale comme en soliste, ils nous ont enchantés. 

Marie-Céline Nivière

Grammaire des mammifères de William Pellier
Théâtre Olympia, centre dramatique national de Tours

7 rue Lucé 
37000 Tours
Du 3 au 4 novembre 2021
Durée 2h20

Tournée 
Du 1er au 4 décembre 2021 au Théâtre national de bordeaux en aquitaine

Mise en scène de Jacques Vincey assisté de Blanche Adilon Lonardoni 
en complicité avec Vanasay Khamphommala, dramaturge et chanteuse et Thomas Lebrun, chorégraphe.
avec 8 comédiens et comédiennes de l’ensemble artistique du T°, Alexandra Blajovici, Garance Degos, Marie Depoorter, Cécile Feuillet, Romain Gy, Hugo Kuchel, Tamara Lipszyc, Nans Mérieux 
scénographie de Mathieu de Lorry-Dupuy assisté de Léonard Adrien Bougault 
Création lumières de Diane Guérin
Création sonore d’Alexandre Meyer
Création costumes de Céline Perrigon
Création vidéo de Blanche Adilon Lonardoni et Maël Fusillier
Texte édité aux Editions Espaces 34

Crédit photos © Christophe Raynaud de Lage

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.