Opα - MeS et Jeu Mélina Martin © Agnès Mellon

Hélène de Troie, pour le meilleur et pour le rire

Au théâtre du Train Bleu, Mélina Martin se glisse avec virtuosité, mordant et audace dans la peau de la plus belle femme du monde, Hélène de Troie. À travers l’image de ce personnage légendaire de la mythologie hellénique, la jeune gréco-suisse questionne à l’aune du monde d’aujourd’hui, l’amour, le mariage, le désir, le machisme, la violence faite aux femmes. 

Sur scène, montée sur pointes, Mélina Martin, pour son tout premier spectacle, fait le show. Danseuse, comédienne et performeuse, diplômée de l’École de la Manufacture à Lausanne, l’artiste a déjà tout d’une grande. Une heure durant, elle ressuscite Hélène de Troie et invite à suivre l’épopée tragicomique de celle qui, mariée au vieux Ménélas, roi de Sparte, enlevée par Paris, prince troyen, fut à l’origine de la plus longue guerre antique, le siège de Troie.  

La plus belle femme du monde
Opα - MeS et Jeu Mélina Martin © Agnès Mellon

Le postulat de départ est simple. Hélène est la plus belle femme du monde. Il n’y a pas à discuter, ce n’est pas quelque chose que l’on décide, c’est un fait. Avec humour et autodérision, Mélina Martin s’amuse à être ce personnage hors du temps, hors des normes. Loin de la bluette des contes mythologiques, qui font la part belle aux hommes, l’artiste imagine d’autres scénarios. Au fait, est-elle vraiment consentante ? Avait-elle envie de suivre Paris ? L’aimait-elle ? Ne serait-elle pas mieux sur sa terrasse, tranquille au soleil, en train de boire son café en fumant une cigarette ? 

Une performance féministe 

Ballerine enjouée, jeune femme esseulée portant cette beauté, comme un sacerdoce, un fardeau, tragédienne à deux doigts du suicide, Mélina Martin est toutes les femmes. Se jouant des stéréotypes de genre, abordant le féminisme avec causticité, elle passe avec aisance du grec au français, module le rythme par son débit de paroles, pour mieux attraper, captiver le public. Explosant le quatrième mur en mille morceaux, elle vient chercher les spectateurs, les prend à témoin de son drame intime, de ce que c’est être femme dans un monde toujours aussi sexiste. Toujours en suspens, prête à tomber, elle défie les normes, se frotte à toute une série d’obstacles, d’incidents techniquement, savamment maîtrisés. 

Humour et illusions perdues
Opα - MeS et Jeu Mélina Martin © Agnès Mellon

Elle régale la salle de ses saillies drolatiques, de ses pantomimes hilarantes. Mais, dans l’ombre, derrière le rire, les folles embardées textuelles et corporelles, la triste réalité d’un monde patriarcal se tient tapi, prêt à bondir, refusant de céder la place à une société plus juste, plus égale, plus féministe. Pourtant porté par l’énergie, le talent fou de Mélina Martin, on se prend à rêver, à croire que tout est possible, rien n’est perdu. Incroyable performeuse, douée d’un sens comique extraordinaire, elle signe un solo détonant et déroutant, qui fait chavirer les cœurs, déclenche hilarité et émotion. 

Un coup de cœur venu de suisse

Nouvelle pépite de l’édition 2021 de la sélection suisse en Avignon, que dirige avec passion Laurence Perez, après La CollectionOpα – sorte de « ole » grec, que l’on crie lors des mariages, des exploits dans les tavernes helléniques –  est sans contexte un des gros coups de cœur de ce singulier festival. Courrez-y vous serez séduit c’est garanti !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Opα de Mélina Martin
Festival d’Avignon le OFF
Sélection suisse en Avignon
Théâtre du Train Bleu
40 rue Paul Saïn
84000 Avignon
Du 8 au 26 juillet 2021  à 18h35- les jours pairs 
Durée 55 min

Conception et jeu de Mélina Martin
Collaboration artistique – Jean-Daniel Piguet
Lumière de Leo Garcia 
Régie – Filipe Pascoal

Crédit photos © Agnès Mellon

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut