CIRCa, une édition 2021 tous azimuts

Chaque automne, depuis 34 ans, la ville d’Auch se pare de ses habits de fêtes pour mettre en lumière les arts du cirque actuel. La nouvelle édition du Festival CIRCa a démarré en beauté ce 22 octobre 2021. Compte rendu de deux journées intenses et fortes en émotions.

CIRCa est le rendez-vous incontournable en matière des arts du cirque. Cette vitrine de la création circassienne est reconnue internationalement. Chapiteaux, salles de spectacle accueillent, sur une dizaine de jours, entre 15 et 20 spectacles de compagnies. La programmation, concoctée par l’équipe de CIRCa, dirigée par Stéphanie Bulteau, nous montre toute la diversité et la richesse de cet art qui nous fait passer de l’émerveillement à la surprise, du rire à l’émotion. Par-là présence des bénévoles, très impliqués, des nombreux spectateurs et professionnels, il règne une belle ambiance sur tous les sites du festival. On s’y sent bien, croisant toutes sortes de gens, de tout horizon, de toute génération. 

Un programme bien ficelé

Le service de presse Elektronlibre m’ayant concocté un planning qui me permettait de voir les nombreux aspects des arts du cirque contemporain, en deux jours, j’ai assisté à cinq spectacles, traversant la ville de part en part, longeant le Gers, allant de chapiteaux en salles de sport. Il faisait beau, les couleurs étaient splendides, ce qui rendait ces déambulations bien agréables.

Ils nous ont emballés

CIrca A simple Space ©Andy Phillipson

A simple space de la compagnie Gravity & Other Myths. Le spectacle de ces Australiens fort doués n’est pas une création. Ils le tournent depuis 2013, alors on peut dire qu’il est complètement maîtrisé. Avec eux, les lois de la gravité ne tiennent pas à grand-chose. Accompagnés par un musicien, les sept acrobates, cinq garçons et deux filles, rivalisent de talent pour enchaîner des prouesses, dont certaines nous ont laissées muets d’admiration. Enchaînant portés, sauts et équilibre, les tableaux filent et s’enchaînent dans la bonne humeur des cours de récréation. Un spectacle vitaminé et très joyeux. Et la bonne humeur, c’est contagieux ?

Der Lauf de Guy WaerenburgBaptiste Bizien et Julien Lanaud.Sur le papier, il est dit que leur spectacle se situe entre David Lynch et Intervilles ! Et bien c’est tout à fait ça ! Ces joyeux lurons proposent un spectacle déjanté, absurde, burlesque et surprenant. Dans un style proche du Cabaret, ils enchaînent cinq numéros complètement improbables où les cours des choses ne passent pas toujours comme on l’attend. Allez jouer à verre-brique, un dérivé de la partie d’échecs, avec un saut sur la tête et des gants de boxe. aux mains ! On voudrait en dire plus, mais cela risquerait de gâcher votre plaisir, s’ils passaient par chez vous. C’est inventif, original et très drôle. 

Ils nous ont séduits

Circa Oraison © Ryo Ichii

Pandax de Cirque la Compagnie. Cinq frères entreprennent un voyage en vieille Fiat avec pour tout bagage l’urne mortuaire de leur père. Arriveront-ils au bout de leur périple à former une fratrie soudée ? Ce spectacle fait songer, et c’est un compliment, à La mélancolie des dragons de Philippe Quesne, par son sujet, son atmosphère. Accompagnés par des musiques live électro-acoustiques d’inspiration balkanique, klezmer ou jazz, les numéros sont au service de la dramaturgie et l’on ne se perd jamais. Le résultat est des plus réjouissant.

Oraison de la compagnie RasposoMarie Molliens, épatante funambule, est une enfant de La balle. Ses parents ont fondé la Compagnie qui s’inscrit dans le paysage du cirque contemporain depuis 1987. Son spectacle Oraison est loin d’être funèbre, c’est un hommage au cirque forain et à ces figures légendaires que sont les Augustes. Cela démarre dans la fureur et les lumières de notre monde actuel, dans un show digne des pires plateaux télévisées, puis cela glisse dans un univers plus sombre, presque fantomatique, d’où vont renaître des clowns blancs. Si le début déroute, très vite la magie opère et, devant la poésie du final, on se retrouve totalement pris par l’émotion. 

Ils nous ont surpris

Circa Pandax © Hervé Ruffieux

Les hauts plateaux de la Compagnie MPTA. On attendait beaucoup du spectacle de Mathurin Bolze, mais on est resté sur notre faim. L’artiste circassien nous invite à réfléchir sur notre avenir, sur la réinvention collective du monde de demain, et finit par nous perdre. Il n’empêche que la scénographie est de toute beauté, nous offrant des tableaux somptueux, surtout celui des ombres chinoises. Les performances des artistes sont impeccables, et même étonnantes, comme cette acrobate au corps élastique et gracile qui nous a offerts un instant magique sur son échelle. 

Marie-Céline Nivière

CIRCa
34e festival du cirque actuel
32000 Auch
Du 21 au 30 octobre 2021

Crédit photos @ CIRCa, © Andy Phillipson, © Ryo Ichii et © Hervé Ruffieux

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut