Le mythe de Pinocchio revisité en cauchemar castelluccien dérangeant

Pinocchio(live)#2 d’Alice Laloy. Festival d'Avignon ©Christophe Raynaud de Lage

À Avignon, au Gymnase du Lycée Saint-Joseph, la marionnettiste Alice Laloy s’empare avec acuité de Pinocchio, conte écrit par Carlo Collodi à la fin du XIXe siècle. Disséquant jusqu’à l’os le mythe de l’enfant inerte qui prend vie auprès de son créateur et de son désir de paternité, l’artiste s’attache à en extraire l’essence, celle du passage, de l’émancipation d’un état à un autre. 

Conjuguant les arts vivants, Alice Laloy invite dans Pinocchio(live)#2 le public à entrer dans un univers à la féérie noire, à la magie bien déroutante. Loin de la boutique de Gepetto, elle imagine une fabrique, un atelier où les élèves de la classe d’art dramatique du Conservatoire de Colmar se glissent dans la peau de manutentionnaires mode tayloriste, les enfants danseurs du Centre chorégraphique de Strasbourg dans celles de pantins à animer. Une heure durant, on assiste impuissant à leur transformation, de poupée de chiffon en poupée de cire, avant de naître à la vie. 

Dérangeante, perturbante, l’expérience ne laisse pas indemne. Destiné à un public averti – enfants de moins de 10 ans s’abstenir – , Pinocchio(live)#2 lorgne sur l’œuvre de Castellucci, sur les artistes engagés qui ne cherchent pas à plaire, à faire du beau, mais bien à questionner nos regards, à réveiller nos consciences. Bien évidemment, derrière ce rite de passage, comment ne pas voir des échos dans l’actualité, les affaires de pédophilie, de maltraitance. Loin du conte de fées, Alice Laloy signe une œuvre radicale autant que poétique. 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Pinocchio(live)#2 d’Alice Laloy
Festival d’Avignon
Gymnase du Lycée Saint-Joseph
Rue des teinturiers
84000 Avignon
Jusqu’au 12 juillet 2021 à 15h
Durée 1h10

Avec les enfants danseurs du Centre chorégraphique de Strasbourg : Pierre Battaglia, Stefania Gkolapi, Martha Havlicek, Romane Lacroix, Maxime Levytskyy, Rose Maillot, Charlotte Obringer, Nilsu Ozgun, Anaïs Rey-Tregan, Edgar Ruiz Suri, Sarah Steffanus, Nayla Sayde et les élèves de la classe d’art dramatique du Conservatoire de Colmar : Alice Amalbert, Jeanne Bouscarle, Quentin Brucker, Esther Gillet, Léon Leckler, Mathilde Louazel, Antonio Maïka, Jean-Baptiste Mazzucchelli, Louise Miran, Valentina Papic, Nina Roth, Raphaël Willems
et Norah Durieux, Elliott Sauvion Laloy
Conception et mise en scène Alice Laloy

Chorégraphie Cécile Laloy
Scénographie Jane Joyet
Musique Éric Recordier
Costumes Cathy Launois, Oria Steenkiste, Maya-Lune Thieblemont
Accessoires Antonin Bouvret, Benjamin Hautin, Maya-Lune Thieblemont
Conseil contorsion Lucille Chalopin, Lise Pauton
Assistanat à la chorégraphie Claire Hurpeau
Régie générale et lumière Julienne Rochereau 
Administration de production et tournée Sotira Dhima
Coordination et logistique Joanna Cochet

Crédit photos © Christophe Raynaud de Lage

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.