Raimund Hoghe dans la Valse © Rosa Frank

La dernière valse de Raimund Hoghe

À tout juste 72 ans, Raimund Hoghe s’en est allé retrouver son amie Pina Bausch dans les étoiles. Nommé en 2019 officier à des Arts et des Lettres et honoré de plusieurs prix, dont celui de la danse Allemande l’an passé, le chorégraphe et metteur en scène, né à Wupperthal, aura marqué de son écriture singulière et de son humanisme la danse contemporaine. 

Petit par la taille, mais grand par le talent, Raimund Hoghe a su, tout au long de sa vie, de sa carrière, dépasser son corps tordu. Atteint d’une malformation congénitale de la colonne vertébrale, il a insufflé à ses œuvres une vitalité, une force transcendant son art, allant bien au-delà du champ de la danse et du théâtre. 

Ami de Pina Bausch
Moments of young people de Raimund Hoghe
Montpellier Danse
Le Kiasma © Rosa Frank

Né le 12 mai 1949, à Wupperthal, le jeune homme commence sa carrière comme journaliste pour l’hebdomadaire allemand Die Zeit. Plume fine, il esquisse des portraits de petites gens mais aussi de célébrités, qui ont fait depuis l’objet de plusieurs livres. En 1980, il rencontre Pina Bausch et devient dans la foulée, dix ans durant, son dramaturge. Sous sa direction, il signe notamment le récit du magnifique Nelken, de Viktor et de Auf dem Gebirge hat man ein Geschrei gehört entre autres. 

En solo

S’émancipant, Raimund Hoghe se fait un nom en revisitant avec talent nombre de classiques, comme le Boléro ou le Lac des Cygnes, puis en croquant sur scène de grands noms du spectacle vivant. Ciselant les personnalités comme personne, il rend hommage sur scène à Judy GarlandMaria Callas ou Dominique Bagouet. Entremêlant kitsch et douce mélancolie, il déploie sur les planches une écriture lumineuse profondément humaine. Irrévérencieux, perfectionniste, drôle, il invite dans ses œuvres les fantômes de sa vie. 

D’Avignon à Montpellier en passant par Paris 
Moments of young people de Raimund Hoghe
Montpellier Danse
Le Kiasma © Rosa Frank

Au fil de sa carrière, Raimund Hoghe n’a jamais cessé de créer, d’interroger nos consciences, de mettre à l’honneur la différence. Après avoir fait sensation en 2018 au Festival d’Avignon, avec 36, avenue Georges Mandel et Canzone per Ornella, l’artistedevait présenter, en avril dernier à la Ménagerie de verre, où il avait ses habitudes, son dernier spectacle, Musique et mots pour Emmanuel, un solo imaginé pour le Français Emmanuel Eggermont avec lequel il collaborait régulièrement depuis une dizaine années. Malheureusement la covid en a décidé autrement. Fidèle du festival Montpellier Danse, il avait repris, passant entre les gouttes, des confinements successifs, en septembre dernier, seize ans après sa création, Young people old voices, dans une version revue et resserrée.

Touchant, troublant, Raimund Hoghe, reconnaissable à sa grâce incomparable, avait encore beaucoup à donner aux jeunes générations. Vendredi soir, à Düsseldorf, le ciel s’est endeuillé. L’homme au corps cassé est partie rejoindre Dominique, Pina et les autres aux cieux.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Moments of young people de Raimund Hoghe
Montpellier Danse
Le Kiasma

Crédit photos © Rosa Frank

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut