Étienne A., histoire pas si ordinaire d’un garçon lambda

Au Lavoir Moderne Parisien, Florian Pâque esquisse le portrait d’un jeune homme d’aujourd’hui, coincé entre triste réalité et rêve d’ailleurs. S’appuyant sur le jeu exalté et vivant de Nicolas Schmitt, il signe une fable moderne qui met avec justesse et ingéniosité, la « France d’en bas » en lumière.

La petite trentaine, Étienne A. végète dans sa vie morose de province. Père d’un garçon de 7 ans, divorcé, il travaille de nuit chez Amazon dans l’entrepôt de Saran dans le Loiret et a bien du mal à boucler les fins de mois. Petite fourmi dans un monde de géants, son quotidien est fait de cartons d’emballage, de courses chez Lidl et de visites chez son père, un homme fatigué avec un problème de hanche. Rien de bien folichon en somme. 

Par-delà le réel

Non loin de là, les vestiges bétonnés de l’aérotrain d’Orléans, cette ligne expérimentale construite en 1968 entre Saran et Ruan, qui devait permettre de rejoindre Paris en un temps record, ont tout du rêve inachevé, d’une échappatoire manquée. Mais, le jeune homme ne s’avoue pas encore vaincu. Bien que désenchanté, il continue à croire en des jours meilleurs. La jolie Sandrine, une collègue dont il est amoureux, pourrait bien être l’une de ses bouées de sauvetage. Noël approche, il ose tout même de croire à l’improbable. 

Conte aigre-doux

Plume enlevée, poétique, écriture précise, simple, Florian Pâque s’empare de la vie de ce quidam, lui offre une belle humanité. Ni misérabiliste, ni pathos, il dépeint la banalité de ce travailleur précaire, exploité jusqu’à la moelle par cette nouvelle économie qui n’a que faire de l’humain. Ancrée dans le monde moderne, cette fable touche juste. Elle pointe du doigt la déshérence de nos sociétés occidentales, son désarroi, sans pour autant accuser, ou être moralisatrice. C’est la grande force de cette comédie tendre, drôle autant que touchante. 

Un comédien pluriel

Dans un décor fait de cartons, créé par Marlène Berkane, rappelant le local fantôme des « objets retournés non distribués » où Étienne A. passe une grande partie de son existence, Nicolas Schmitt brûle les planches. A travers une galerie de neuf personnages, il arrive avec justesse à nous émouvoir, à nous attraper, nous captiver. Son interprétation sensible montre le quotidien pressuré par des managers obsédés par les chiffres, le désenchantement d’une époque, d’une partie de la population. 

Une comédie sociétale

S’attaquant à un sujet brûlant, Florian Pâque ne cherche pas vraiment à dénoncer. Bien sûr le propos est politique, mais le jeune auteur et metteur en scène préfère emmener l’histoire sur le terrain de la fable. Il y réussit brillamment. Permettant à chacun de s’identifier au personnage, il offre à tous une lueur d’espoir, le rêve d’un avenir meilleur.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore et Cédric Cilia


Étienne A. de Florian Pâque
Création au Lavoir Moderne Parisien
35, rue Léon
75018 Paris
Durée 1h15 environ 


Mise en scène de Florian Pâque 
Avec Nicolas Schmitt 
Scénographie de Marlène Berkane 
Création sonore de Clément-Marie Mathieu 
Création lumières de Juliette Romens 
Productions Compagnie Le Nez au Milieu du Village / Le Théâtre de l’Éclat

Crédit photos © Xavier Cantat

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut