couv_le_cid_daguerre_ranelagh_jeremy-circus_loeildoliv

Le cid, la tragi-comédie de Corneille tout en couleurs et espiègleries au Ranelagh

Les vers sonnent et résonnent. Les alexandrins se font familiers, coutumiers, chaque réplique réveillant de vieux souvenirs d’écoliers. Et pourtant, grâce à la mise en scène certes classique mais résolument burlesque de Jean-Philippe Daguerre, la tragi-comédie cornélienne prend un coup de jeune et séduit par son dynamisme épique et ses facéties soulignant la dramaturgie par trop extravagante. Alors que la tension est à son maximum, les bouffonneries royales d’Alexandre Bonstein soulèvent des salves de rires et font oublier les quelques longueurs de la pièce… Laissez vos réticences aux vestiaires, et courrez déguster ce classique revisité !

Accroché aux cintres du théâtre du Ranelagh, un blason, rappelant les armes de la Castille du Léon, domine la scène. Seul décor, il sera le témoin des amours contrariées et malheureuses de Chimène (Manon Gilbert énervante à souhait) et de Rodrigue (ténébreux et fougueux Thibault Pinson), tous deux descendants de deux nobles familles de ce royaume d’Espagne. Si les tourtereaux sont liés par une passion dévorante et brûlante, il semble bien que les rapports entre leurs pères sont plein de rancœur et d’animosité. Alors que le vieux père de Rodrigue (singulier Yves Roux) vient d’obtenir un poste prestigieux à la cour, celui de Chimène (Sombre et tonitruant Stéphane Dauch) ne décolère pas estimant être un meilleur choix. Un soufflet vient clôturer l’âpre discussion.

le_cid_daguerre_chimene_pere_ranelagh_jeremy-circus_loeildoliv

En bon fils, Rodrigue, pour sauver l’honneur de sa famille n’a pas d’autre choix que de provoquer en duel le père de sa tendre aimée. Déchiré entre le devoir et l’amour, sachant que quelle que soit l’issue il perd sa promise, il part au combat l’âme en peine et tue son adversaire. Le monde de la capricieuse et pénible Chimène s’effondre. Partagée par les mêmes sentiments que son bel amant, elle doit choisir entre la raison et le cœur. Par bravade, pour la gloire de sa maison, elle préfère à son corps défendant la vengeance implacable et demande la tête de Rodrigue au Roi (Fascinant Alexandre Bonstein). Commence alors entre les deux soupirants, un jeu de cache-cache infiniment long qui verra l’amour triomphait de la haine.

Spécialisé dans la revisite des grands classiques, Jean-Philippe Daguerre, avec l’aide de sa troupe « le Grenier de Babouchka », fait une nouvelle fois des miracles. Passionné de la langue française, il s’attache avec une infinie minutie à dépoussiérer les alexandrins, leur redonner vie. S’appuyant sur une rythmique plus pop, il s’amuse à confronter la tragédie cornélienne avec un jeu mêlant facéties et pantomimes. Raccourcissant les vers, resserrant l’action, il permet de (re)découvrir ce chef d’œuvre de Corneille d’un œil nouveau tout en en gardant la substantifique moelle. Grâce à deux musiciens (Petr Ruzicka et Antonio Matias) placés en arrière-plan, qui jouent des sérénades sévillanes quitte à couvrir parfois le texte, le metteur en scène nous entraîne dans une Espagne moyenâgeuse fière et forte.

le_cid_daguerre_roi_ranelagh_jeremy-circus_loeildoliv

En accentuant les traits archétypaux des personnages, Jean-Philippe Daguerre souligne le comique de situation de certaines scènes. Ainsi, Manon Gilbert campe une Chimène particulièrement insupportable et capricieuse. Thibault Pinson un Rodrigue amoureux transi et taciturne mais héros malgré lui. Alexandre Bonstein un roi fol, grotesque et manipulateur. Sophie Raynald une Elvire effrontée qui tient tête à son odieuse maîtresse. Edouard Rouland un don Sanche bellâtre belliqueux. Charlotte Matzneff une princesse amoureuse mais résignée. Tous de leurs jeux ciselés, de leurs facéties, concourent à faire de la pièce de Corneille une farce tragique, drôle et enlevée.

Si on peut déplorer quelques longueurs, quelques sanglots longs et trémolos de trop, ce Cid dépoussiéré perd en dramaturgie ce qu’il gagne en lisibilité, légèreté et force tragi-comique. Il devrait séduire les plus jeunes et ravir un public plus aguerri.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


aff_le_cid-daguerre_ranelagh_loeildoliv

Le Cid de Pierre Corneille
Théâtre du Ranelagh
5, tue des vignes
75016 Paris
Jusqu’au 15 janvier 2017
du mercredi au samedi 20h45
Durée 1h40

Texte de Pierre Corneille
Mise en scène de Jean-Philippe Daguerre assisté de Nicolas Le Guyader
Avec : Manon Gilbert, Kamel Isker ou Thibault Pinson, Charlotte Matzneff ou Flore Vannier-Moreau, Alexandre Bonstein ou Didier Lafaye, Stéphane Dauch, Edouard Rouland ou Johann Dionnet, Christophe Mie, Sophie Raynaud, Yves Roux, Mona Thanaël ou Maïlis Jeunesse
Musiciens : Petr Ruzicka et Antonio Matias
Musique original de Petr Ruzicka
Combats de Christophe Mie
Costumes de Virginie Houdinière
Décors de Frank Viscardi

Crédit photos © Jeremy Circus

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Chroniques

Fou d’amour

A l'artéphile, Diastème diserte sur l'amour, la folie.
Go to Top