Féérique et explosive Funny Girl à Marigny

Haute comme trois pommes, mais du talent à revendre, la chanteuse- imitatrice Christina Bianco reprend magistralement le rôle de Barbra Streisand. Endiablée, caustique, elle brûle les planches du théâtre Marigny et fait de Funny Girl, la comédie musicale à ne pas rater cet hiver à Broadway sur Seine.

Fanny Brice (Christina Bianco) est en 1920 au sommet de son art. Tête d’affiche des Follies du célèbre producteur de Broadway Florenz Ziegfeld, elle a tout pour être heureuse, pourtant une ombre plane. Le regard dans le vague, elle se mire dans le miroir, plonge dans ses souvenirs. Elle en a fait du chemin la gamine malingre, la demi-portion ingrate, qui devait pleurer pour être engagée et tenter sa chance sur les planches. Elle en a avalé des couleuvres. Optimiste, sûre d’être un jour la plus grande star des États-Unis, elle ne lésine pas sur les efforts. Elle s’entraîne sans relâche, s’impose et fait de ses défauts des atouts. 

Jolie, elle ne l’est pas vraiment comme le souligne la malicieuse chanson If a Girl Isn’t Pretty. Pas le choix, pour sortir du lot, elle cultive l’autodérision, l’humour caustique, avec une volonté de fer. Le succès est là, au bout du chemin. L’ascension est fulgurante. Sa voix d’or, sa présence scénique lumineuse, son humour décapant, réduisent à néant tous les obstacles En peu de temps, elle devient la Reine de Broadway, épouse l’homme de ses rêves, le charmant arnaqueur Nicky Arnstein (Ashley Day), et met au monde la plus belle des fillettes. Mais voilà, faisant des investissements à risque voire douteux, son beau mari finit derrière les barreaux. Le drame s’invite dans la danse, mais est-ce vraiment la fin de l’aventure ? 

S’inspirant de l’histoire de Fanny Brice, une chanteuse iconique des années folles née à New York en 1891 et morte à la suite  d’un accident vasculaire en 1951, Isobel Lennart signe un conte de fée à l’américaine où un vilain petit canard devient une étoile flamboyante, une star adulée. Immortalisée à l’écran par l’oscarisée Barbra Streisand – qui a créé le rôle à Broadway – dans le film de William Wyler en 1968, Funny Girl est une bluette renversante, un Musical qui pétille. Tout n’est pas rose, la vie est parfois un peu plus dure, mais quand on chante tout va pour le mieux, cela apaise les tensions, met du baume au cœur. 

Musiques entraînantes de Jule Styrne, mélodies émouvantes de Bob Merill, chorégraphies dignes des plus grands shows de Broadway, mise en scène enlevée signée Stephen Mear, tout est juste, tout est féérique. Mais si le Funny Girl voulu par Jean-Luc Choplin est une vraie réussite, c’est aussi grâce à son son casting impeccable. Tous les comédiens et danseurs sont excellents. Mais la révélation de ce show grandiose c’est Christina Bianco. Disons-le tout net, elle est extraordinaire. Terriblement drôle, modulant sa voix avec une virtuosité confondante, grimaçant, traversant les registres du tragique au comique, elle embrasse la scène. Barbra Streisand n’a qu’à bien se tenir. La relève est assurée. Suivant les traces de la diva, l’imitatrice aux mille voix fait le show. Passant du rire aux larmes, elle fait chavirer les cœurs. Véritable feu d’artifice, elle incarne à merveille cette jeune effrontée, ce petit bout de femme volontaire, éperdument libre. C’est un rayon de soleil qui éclaire les frimas gris et hivernaux. Une friandise savoureuse et délectable. Un spectacle qui fait chaud au cœur. 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


Funny Girl d’Isobel Lennart, Bob Merrill et Jule Styne
spectacle en anglais surtitré en français
Théâtre Marigny 
Carré Marigny
75008 Paris
Jusqu’au 7 mars 2020
du mardi au samedi à 20h00 et en matinée le samedi à 15h00 et le dimanche à 16h00
Durée 2h30 


Livret d’Isobel Lennart
Lyrics de Bob Merrill
Musique de Jule Styne
Mise en scène et Chorégraphie de Stephen Mear
Décors et Costumes de Peter McKintosh
Avec Christina Bianco, Ashley Day, Rachel Stanley, Matthew Jeans, Mark Inscoe, Ashley Knight, Shirley Jameson, Jessica Buckby, Isabel Canning, Joanna Goodwin, Jinny Gould, Jennifer Louise Jones, Jessica Keable, Billie Kay Gabby, Antrobus Emily Ormiston, Matthew John Gregory, Ben Oliver, Oliver Tester, Emma Johnson, Josh Andrews

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Chroniques

Go to Top