42nd street fait chanter et danser le cœur de Paris !

42nd Street - théâtre du Châtelet © Thomas Amouroux

À l’occasion des fêtes de fin d’année, le Châtelet propose, avec la comédie musicale feel good mise en scène par Stephen Mear, un voyage direct et sans jet lag pour Broadway. Une gourmandise à déguster au plus vite !

Broadway est là, on entend sa rumeur ! Broadway, où les comédies musicales tiennent l’affiche des années, voire des décennies : Cats, Les Misérables, The Lion King… Au Châtelet, la magie s’entend avant de se voir. Des voix derrière le rideau : « Hey ! Julian Marsh va monter un show ! », « On va revenir sur scène ! », « On va travailler ! »… Et, ba/da/bam, le son des claquettes… le rideau se lève à peine, ne laisse voir que les pieds et les jambes des danseurs et danseuses, la voix du maître de ballet scande « and five, and six, and seven, and eight ! ».

Au cœur de la machine à rêve
42nd Street - théâtre du Châtelet © Thomas Amouroux

On est en 1933, sur la 42nd street, dans les coulisses d’un musical qui doit redorer le blason du fameux metteur en scène Marsh rincé par le krach de 29. Tout le monde cherche du boulot, passer une audition pour un show, c’est le bonheur, être recalé, l’horreur. Le musical raconte tout cela, l’esprit de troupe où se côtoie des inconnus, une diva qui se fait entretenir, une jolie provinciale qui réussira à percer. Dans une ambiance joyeuse, ça danse, ça chante et ça fait du bien. Dans les années 30, 42nd Street fut un roman de Bradford Ropes, lui-même danseur et grand connaisseur du monde du spectacle. Puis le producteur Daryl Zanuck voulut l’adapter au cinéma et le passage de l’écrit à écran, en 1933, changea profondément les personnages en gommant tout ce qui pouvait choquer : Marsh n’était plus homosexuel et la jeune première oubliait d’être une garce. Zanuck a l’idée de génie de recruter Busby Berkeley, l’extraordinaire chorégraphe qui se fit connaître par ses chorégraphies en kaléidoscopes. Succès !

Un peu de Broadway à Paris

Mais, paradoxe, alors que 42nd Street raconte l’histoire d’un spectacle, on n’en verra la version scénique que dans les années 80 ! Puis en 2016, le directeur du Châtelet, Jean-Luc Choplin, fou amoureux de Broadway, se lança dans une sacrée aventure : celle de produire une nouvelle version. « On me disait que ça ne marcherait jamais à Paris », se souvient-il. Mais Choplin, lui, n’avait qu’une idée : redonner au Châtelet l’éclat de sa vocation : être le brillant théâtre de la comédie musicale, il réussit sa mission et c’est d’ailleurs lui qui dirige aujourd’hui la renaissance du Lido 2 qui présente… une nouvelle version de Cabaret.

Retour aux sources
42nd Street - théâtre du Châtelet © Thomas Amouroux

La recette magique de 2016 est reprise aujourd’hui avec une vingtaine de musiciens dans la fosse et quasiment une cinquantaine de danseurs et chanteurs — impeccables, citons les principaux : le « producteur » Alex Hanson, la « diva » Rachel Stanly, la « jeune première » Emily Langham. Le britannique Stephen Mear signe la chorégraphie d’une mécanique hypnotisante, tout en respectant l’originale de l’américain Gower Champion (1980) qui, presque mourant, réussit à l’époque à monter un spectacle fantastique : la première scène avec le rideau qui ne dévoile que les pieds qui « claquettent » est de lui, et quel effet encore ! Gareth Valentine dirige l’orchestre et les décors et costumes qui en jettent plein les yeux sont l’œuvre de l’imagination délirante de Peter Mcintosh : la fin est renversante à proprement parler. 42nd Street devait être à l’affiche en 2020 mais la pandémie a déréglé les pendules. Le spectacle aujourd’hui est un pur bonheur. Le remède parfait avant et après les fêtes.

Brigitte Hernandez

42nd Street
Théâtre du Châtelet
1 place du Châtelet
75001 Paris

Du 7 décembre 2022 au 15 janvier 2023
Durée 2h35 avec entracte

Musique Harry Warren
Lyrics Al Dubin
Livret (d’après le roman de Bradford Ropes et le film 42nd Street, propriété de Turner Entertainment Co et distribué par Warner Bros) Michael Stewart et Mark Bramble
Mise en scène Stephen Mear
Distribution : Julian Marsh : Alex Hanson / Dorothy Brock : Rachel Stanley / Peggy Sawyer : Emily Langham / Billy Lawlor : Jack North / Maggie Jones : Annette McLaughlin / Bert Barry : Cedric Neal / Ann Reilly (Annie) : Jess Buckby / Andy Lee : Daniel Crossley / Pat Denning : Darren Bennett / Abner Dillon : Duncan Smith / Phyllis Dale : Lauren Hall / Lorraine Flemming : Charlie Allen / Diane Lorimer : Talia Duff / Ethel : Gabby Antrobus / Oscar : Liam Wrate
Mac, Doc, Thug : Ian Mowat.
Ensemble : Charlie Allen, Gabby Antrobus, Talia Duff, Daisy Boyles, Molly-May Gardiner, Joanna Goodwin, Lauren Hall, Jessica Keable, Edwige Larralde, Brontë MacMillan, Anna McGarahan, Emily Ann Potter, Sophie Pourret, Harriet Samuel-Gray, Alexandra Waite-Roberts, Libby Watts, Michael Anderson, Josh Andrews, Taylor Bradshaw, Ronan Burns,
Ben Culleton, Adam Denman, Ryan Gover, Alex Harrison, Noah Harrison, Thomas Inge, Michael Lin, George Lyons, Liam Marcellino, Tom Partridge, Cris Penfold, Liam Wrate
Mise en scène et chorégraphie originales Gower Champion
Production originale à Broadway David Merrick

Crédit photos © Thomas Amoureux

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.