Digressions encyclo-drolatiques

D’un mot, d’une idée, le comédien Pierre Mifsud invite à voyager dans les méandres particulièrement labyrinthiques de son cerveau. Un show performatif léger et sympathique pour commencer en douceur cette 34e édition du printemps des comédiens. 

Voix légèrement suraiguë, le comédien Pierre Mifsud s’improvise orateur, un peu moins d’une heure durant, 53 minutes et 33 secondes exactement. Le minuteur qu’il règle en début de séance, point de départ de ce marathon de mots en atteste. Sac sur le dos, l’air dépassé, il entame sa Conférence des choses en contant l’histoire des lieux où nous nous trouvons, l’ancien chai du domaine d’O. Parlant de Paul Puaux qui a donné son nom à la salle, il dérive avec une facilité confondante, sur le festival d’Avignon, Victor Hugo, Jean Vilar puis Antonio Vivaldi. Rien n’arrête sa faconde, chaque idée en chasse une autre, chaque sujet abordé en amène un autre et ainsi de suite. Discourant sur les loups, il finit par parler de la fabrication d’un carreau d’arbalète avant de dériver sur l’œuvre de Prokofiev

Genre de Wikipédia humain qui ouvre l’un après l’autre tous les liens hypertextes de sa mémoire, sa verve drolatique ne semble pas avoir de limite. Tout est sujet à pérorer, étaler sa culture, à faire participer les spectateurs, encouragés par ce drôle de personnage, sorte d’amuseur public. Si l’exercice est fort sympathique, très vite, la mécanique, usant et abusant de facilités linguistiques et langagières, patine quelque peu. Le gong final retenti. Le tribun quelque peu taquin s’arrête net et invite à découvrir la suite de sa conférence digressive. En effet, pour les plus passionnés, qui seraient frustrés de ne pas avoir la suite du récit, pas de panique, 5 jours durant, le comédien enchaîne les allocutions, les histoires, avant de tout reprendre dans une séance unique de plus de 5 heures. Un double challenge pour le public et l’artiste, presque une épreuve de fond.  

Mais ne boudons pas, pour autant notre plaisir, le talent de Pierre Mifsud, tour à tour sérieux, primesautier ou malicieux, et la sobre mise en scène de François Gremaud, suffisent à faire son petit effet, à nous tenir en haleine. Ce n’est déjà pas si mal ! 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – envoyé spécial à Montpellier


Conférence des choses de François Gremaud et Pierre Mifsud
Printemps des comédiens
Domaine d’O
178, rue de la Carrierasse
34000 Montpellier
Durée 53 min environ

Tournée 
Du 18 au 23 juin 2019 au Latitudes contemporaines – Lille
Du 12 au 24 aout 2019 au Festival d’Aurillac
Du 31 août au 1er septembre 2019 au Festival internazionale di narrazione à Arzo (Suisse)

Conception et mise en scène de François Gremaud
avec  Pierre Mifsud

Crédit photos © Lucas Seintenfus

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Chroniques

Burn out & Cie

Au théâtre des Carmes, Antoine Gouy est la victime sacrificiel du

Instinct de survie

Au 11. Gilgamesh Belleville, Catherine Germain nous invite à un visite bien
Go to Top