Le Creusot entre en ébullition pour fêter les arts de la rue et la musique

Les Rugissantes - Animaniversaire © Ville du Creusot

En ce beau et chaud vendredi 15 juillet, c’est le coup d’envoi de la 10e édition du festival Les Beaux Bagages, qui se déroule, en trois temps, jusqu’au 27 août, avec en point fort, Les Rugissantes, festival des arts de la rue.

Créé en 2012, sous l’impulsion du maire de la ville du Creusot, David Marti, pour, comme il le souligne, ensoleiller l’été de celles et de ceux qui ne partaient pas en vacances, et au passage pour les vacanciers et touristes venus en Bourgogne. Le festival Les Beaux Bagages se déclinent en trois temps, Les Rugissantes, Les Escales Vagabondes et Les folles Escales. Même la pandémie n’a pas eu raison de cette manifestation gratuite, accessible à tous. Il fut un des rares, en 2020, à pouvoir offrir, en jauge restreinte, sa programmation, accueillant alors 12 mille spectateurs sur les trois jours de sa durée. Ce festival créé sans prétention, il y a dix ans, a pris de la consistance et, rajoute le maire, on peut dire qu’aujourd’hui il a des prétentions. Celles de se placer au cœur du paysage culturel.

Les Rugissantes et ses belles propositions
Les Rugissantes - Cie Doedel © Ville du Creusot

En dix ans, ce festival des arts de la rue a pris de l’ampleur et n’a pas à rougir devant les grands, comme celui de son voisin, Chalon dans la rue. Concocté avec grand soin par son directeur, Philippe Berthaud, cette dixième édition propose un beau panel artistique. Les arts de la rue existent depuis plus de 30 ans, il y a donc un répertoire à présenter à un public curieux, explique-t-il. Étalée sur trois jours, cette édition a une coloration circassienne, avec en point fort la création de la compagnie Underclouds, Inertie, et leur magnifique sculpture mobile, œuvre d’Ulysse Lacoste.

Joyeux anniversaire

Devant la belle façade du château, la Compagnie du Deuxième ouvre les festivités avec Animaniversaire. Le dérèglement étant la base du burlesque, ce spectacle complètement déjanté, avec explosions en tout genre et maladresses subtilement maîtrisées, a fait hurler de rire les spectateurs, des plus jeunes aux plus âgés. À la tombée de la nuit, sur la grande place Schneider, le public se presse pour assister au grand spectacle autour du feu de la compagnie hollandaise Doedel, La Fabrique. Cela fait sens avec le passé historique de cette grande ville industrielle que fut Le Creusot. Nous avons été fascinés par cette scénographie monumentale d’où des feux surgissent dans un ballet adroitement maîtrisé. C’est superbe !

Une belle moisson
Les Rugissantes - Cie Underclouds © VassilTasevski

16 compagnies, dont 4 régionales, sont au programme de ces trois jours, représentant ainsi toute la diversité artistique, des arts de la rue, en passant par ceux du cirque, de la danse et du clown. En plus de celle de la Cie Underclouds, le festival accueille également deux créations, celle de la compagnie de clown-théâtre Les Roulottes en Chantier, Quand le tu tue, et celle de l’iconoclaste Fred Tousch, et sa compagnie Le Nom du titre, L’agence Turlututu.

Faites des Escales

Après le 17 juillet, les festivités se poursuivent avec Les Escales Vagabondes, composées de séances de cinéma en plein air, de spectacles familiaux et d’humour qui viennent à la rencontre des habitants du Creusot. Pour clôturer l’été, sous le grand chapiteau de l’esplanade Duchêne, Les Folles escapades présenteront trois jours de concerts festifs, avec Cali en tête d’affiche et La Brigade du Kif.

À noter, cette belle initiative de faire perdurer dans le temps ce festival avec tout au long de l’année des projets participatifs comme celui de la Cie L’Homme Debout, qui verra des milliers de Creusotins aider à construire et faire vivre une immense marionnette, pour un spectacle grandiose l’année prochaine.

Marie-Céline Nivière, envoyée spéciale au Creusot

Festival Les Beaux Bagages
Du 15 juillet au 27 aout, au Creusot (71200)

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.