/

Julie Cavanna fait du Suicidé d’Erdman un Héros des temps modernes

Un héros ©Romain Redler

Au théâtre du Roi René, Julie Cavanna met en scène Un héros, d’après Le Suicidé de Nicolaï Erdman, avec dans le rôle-titre un Pierre-Olivier Mornas épatant. Quand le passé parle au présent, cela interpelle.

Julie Cavanna est une habituée du Festival. Elle est en cette édition 2022 à l’affiche de deux spectacles, Mimosa d’Amandine Raiteux et Les Vivants de Jean-Philippe Daguerre. Si la comédienne a déjà deux mises en scène à son actif, on peut dire qu’avec ce spectacle, elle entre dans la cour des grands. C’est avec beaucoup de respect qu’elle a abordé ce vaudeville à la sauce soviétique, composé de scènes absurdes et désopilantes !

Le rire en arme de guerre

Nicolaï Erdman (1900-1970) est un auteur russe qui manie la farce et l’ironie avec dextérité. Il faut dire qu’il n’y a rien de tel pour grattouiller là où cela démange. Sur quoi l’auteur a subi la censure du Petit Père des peuples, alias Staline. En transformant son Suicidé en Héros, Julie Cavanna insiste sur ce moment où l’invisible se distingue. Et en transposant aux années 1970 cette pièce écrite en 1930, elle montre l’intemporalité de son propos.

Un héros ©Romain Redler

Sémione est un chômeur de longue durée, vivant au crochet de sa femme. Il se sent rejeté par la société et en veut au gouvernement qui l’a abandonné. Il déprime. Son épouse craint qu’il ne mette fin à ses jours. Elle alerte les voisins, leur entourage. À sa grande stupéfaction, les gens vont s’emparer de ce suicide annoncé pour faire entendre leurs revendications et en faire un héros. Ils se succèdent pour tenter de le persuader de se tuer pour leur propre cause. On adore la « cène » du banquet ! Ce grand lâche par nature ne deviendra pas un martyr mais retrouvera un sens à sa vie.

Un air de troupe

Avec ses airs de Droopy ne sachant comment réagir devant l’adversité du monde, jouant sur la lenteur de la mélancolie, Pierre-Olivier Mornas est impayable en Sémione. Sophie Raynaud s’amuse finement avec les agacements et les inquiétudes de Charlotte. Jean-Benoît Souilh (le philosophe Aris), Pascal Parmentier (le boucher Patrick), Didier Niverd (père Elpidy), François Legrand (Alexandre le voisin) sont parfaits. Petite cerise sur le gâteau, l’épatante Héloïse Wagner qui apporte toute la démesure de son sens du comique aux différents personnages féminins qu’elle incarne, dont l’irrésistible voisine nymphomane. Ils servent à merveille cette étonnante farce burlesque.

Marie-Céline Nivière

Un héros, d’après Le Suicidé de Nicolaï Erdman.
Festival d’Avignon OffThéâtre du Roi René.
4bis, rue Grivolas 84000 Avignon.
Du 7 au 30 juillet 2022 à 14h10, relâche les lundis.
Durée 1h30.

Traduction d’André Markowicz.
Adaptation et mise en scène de Julie Cavanna.
Avec François Legrand, Pierre-Olivier Mornas, Didier Niverd, Pascal Parmentier, Sophie Raynaud, Jean-Benoît Souilh, Héloïse Wagner.
Scénographie de Caroline Mexme.
Lumière de Denis Koransky.
Assistance à la mise en scène de Joy Belmont.

Crédit photos © Romain Redler.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.