/

Courgette, le récit tendre et acidulé d’une enfance écorchée

Courgette de Gilles Paris - Mise en scène de Pamela Ravassard © Léa Comelli

Après Claude Barras au cinéma, c’est au tour de Pamela Ravassard et Garlant Le Martelot d’adapter au théâtre des Béliers, à Avignon, le roman de Gilles Paris. Avec ingéniosité et un grand talent, la metteuse et scène et le comédien donnent vie aux aventures de Courgette, ce jeune orphelin un peu candide et terriblement attachant. 

Courgette n’est pas né sous les meilleurs cieux. Martyrisé et battu, il rêve de tuer le ciel, lequel, à ses yeux d’enfant, est le grand responsable de ses malheurs et du désamour de sa mère, une femme aigrie et alcoolique. Un jour de grand soleil, alors qu’il s’ennuie, il trouve un pistolet dans une vieille boîte. L’outil parfait pour en finir avec le bleu azuréen qui le nargue. Un premier coup part, rien ne se passe. Alertée, sa génitrice sort en trompe de la maison. Une bagarre s’en suit. Une seconde balle est tiré, et c’est le drame.

Une vie aux Fontaines
Courgette de Gilles Paris - Mise en scène de Pamela Ravassard © Léa Comelli

Orphelin bien malgré lui, pris sous l’aile d’un gendarme un peu bourru, ami très sympathique, Courgette est conduit aux Fontaines, un centre éducatif dépendant de la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Commence alors pour le jeune garçon une autre vie, loin de la tragédie, faite de rencontres, de découvertes, d’aventures et enfin de tendresse. Un peu solitaire, un brin candide et surtout trop gentil, il va apprendre à se reconstruire, à s’intégrer à un groupe, à se faire des amis et à ressentir les premiers émois amoureux. En choisissant de croquer cette histoire humaine à partir du regard de l’enfant, Gilles Paris signe un conte contemporain joliment naïf. Évitant l’écueil de toute mièvrerie, il esquisse, en creux de l’assez idyllique parcours initiatique de Courgette, une réalité dure et violente, celle de ces enfances écorchées, de ces mineurs en marge de la société qui ne connaissent du monde que les foyers où on les place.

Du pop, du rock et swing

Pas facile de passer après le succès critique et public du film d’animation multirécompensé, sorti en 2016. Qu’à cela ne tienne, Pamela Ravassard n’a pas froid aux yeux, elle aime les défis. Et celui est à la hauteur de ses envies. Avec son complice, Garlan le Martelot, ils remontent leurs manches, se plongent dans l’œuvre de Gilles Paris et signent une adaptation ciselée de toute beauté qui en révèle toute l’essence théâtrale. Mise en scène rythmée et interprétation virtuose font le reste. En conjuguant les arts de la scène — musique, théâtre et danse —, les deux artistes réussissent grandement leur pari.

Une troupe virevoltante
Courgette de Gilles Paris - Mise en scène de Pamela Ravassard © Léa Comelli

Au delà de sa manière très précise de diriger les acteurs, la grande force de Pamela Ravassard est de savoir très bien s’entourer. Son casting est parfait. Dans le rôle de Courgette, Garlan le Martelot est joliment ingénu. Sans afféterie, avec justesse, il se glisse dans la peau de cet adolescent. Il est tout à fait craquant. Autour de lui, l’irradiante Vanessa Cailhol, l’étonnant Florian Choquart, l’explosive Lola Roskis Gingembre et l’épatant Vincent Viotti se partagent la multitude des autres personnages. Comme dans une ruche, ils font feu de tout bois, mouillent leur chemise, tourbillonnent en tous sens pour donner corps et chair au roman. Le résultat est au rendez-vous. Entre rire et larmes, Courgette nous a conquis et fait parti de nos gros coups de cœur de ce Off 2022 !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – Envoyé Spécial à Avignon

Courgette de Gilles Paris d’après Autobiographie d’une Courgette de Gilles Paris
Festival Off d’Avignon
Théâtre des Béliers – Avignon
53, rue du Portail Magnanen
84000 Avignon

Adaptation de Pamela Ravassard & Garlan Le Martelot
Adaptation de Garlan Le Martelot & Pamela Ravassard
Mise en scène de Pamela Ravassard
Avec Vanessa Caillhol, Florian Choquart, Garlan Le Martelot, Lola Roskis Gingembre & Vincent Viotti
Lumières et assistant mise en scène de Cyril Manetta
Son de Frédéric Minière
Scénographie d’Anouk Maugein
Costumes d’Hanna Sjödin
Coach vocal : Stéphan Corbin
Chorégraphie de Johann Nus

Crédit photos © Léa Comelli

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.