Macbeth de Shakespeare. Mise en scène de Mitch Hooper © Attilio Marasco

Mitch Hooper se dédouble à l’Épée de bois

Metteur en scène et auteur d’origine anglaise, l’élégant Mitch Hooper installe sa compagnie Corps et Ame / Body and Soul au Théâtre de l’Epée de bois, avec un spectacle contemporain de son cru, Un bon petit soldat, et un grand classique de Shakespeare, Macbeth, montrant ainsi les deux facettes de l’art dramatique.

Le point commun entre ces deux pièces pourrait être la violence, celle qui anime certaines personnes, mais aussi le désir de pouvoir. Qu’est-ce qui nous pousse à commettre un acte ? Pourrait être aussi la question. Comment et pourquoi, dans Le bon petit soldat, un jeune homme s’apprête-t-il à participer à un attentat ? Comment et pourquoi Macbeth tue son roi et devient ensuite un sanguinaire monarque ? Était-ce leurs destinées ? Où une souffrance qu’ils portaient en eux ?

Un bon petit soldat

Un bon petit soldat de Mitch Hooper @ DR

Dans sa pièce, Mitch Hooper s’intéresse à ce qui fait passer à l’acte ou non un jeune garçon qui s’apprête à se faire exploser dans le métro un soir de Noël ? Sa mission, puisqu’il l’a acceptée, est Paris, pour son frère ce sera Bruxelles, les autres, Londres et Berlin. Nous allons accompagner Karim et faire avec lui un long voyage dans sa conscience. On n’arrive pas à cette extrémité sans raison. Sans haine, il revient sur son enfance, sa mère toxico, le foyer où il s’est retrouvé après la mort de celle-ci, les liens affectifs très forts qu’il a tissés avec son grand frère. Celui par qui tout arrive ! Et en ce soir de Noël, Karim ne fera pas sauter ces bombes meurtrières parce que ce n’est pas son combat. D’une écriture forte et délicate, sans jamais tomber dans les poncifs, Mitch Hooper trace le portrait d’un garçon perdu dans son époque. On suit avec une grande attention le cheminement de ce môme en recherche de tendresse et d’affection. Ce chiot paumé qui trouve son salut dans cette main tendue par une inconnue, qui lui apparaît comme une lueur d’espoir ! La mise en scène finement conçue, jouant sur les lumières, apporte beaucoup à la tension qui se dégage de ce récit poignant. Il en est de même avec l’interprétation sensible et forte de Samuel Yagoubi (qui partage le rôle avec Théo Askolovtich). 

Macbeth

Macbeth de Shakespeare. Mise en scène de Mitch Hooper © Attilio Marasco

Parce que trois sorcières lui ont prédit un avenir royal, un homme, pris dans l’engrenage de la folie, entame une longue descente aux enfers. Avec Macbeth, nous plongeons dans le côté obscur de l’âme humaine. Cette noirceur qui fait qu’un être peut devenir un monstre sanguinaire, transformer le bonheur en malheur. Mitch Hooper fait démarrer son spectacle sous les auspices du Power Flower. Cette période où, face à la guerre du Vietnam, des jeunes gens ont cru trouver un idéal de paix. Ils sont là tous autour d’un festin, sauf un qui se met en retrait et va faire un bad trip ! Son voyage intérieur l’amène à la pièce de Shakespeare. C’est le parti pris de Hooper qui habillera musicalement les scènes par les grands tubes des années 1970. Qu’il fonctionne ou pas, ce qui est mon point de vue, cela n’a pas une si grande importance, car la pièce est là, tel qu’elle a été écrite. Jouant sur la poésie et le phrasé de Shakespeare, la traduction de Mitch Hooper est remarquable. La troupe dans son ensemble, alternant les personnages, porte ce drame avec fougue. Les tourments et la folie de Macbeth sont incarnés avec robustesse et adresse par l’excellent Anatole de Bodinat. Dans le rôle de Lady Macbeth, Louise Lemoine Torrès (en alternance avec Anne Coutureau) sait se faire démoniaque et fragile à la fois. A part les trois arbres fantomatiques de sorcières, il n’y a pas de décor. Ce sont les lumières qui créent intérieur et extérieur. La magnifique grande salle de l’Epée de bois se prête à ce choix scénographique qui fonctionne très bien et donne un beau cachet à cette pièce sombre.

Marie-Céline Nivière

Un bon petit soldat de Micht Hooper et Macbeth de Shakespeare
Cartoucherie – Théâtre de l’Epée de bois
Bois de Vincennes – Route du Champs de Manœuvre 
7
5012 Paris 
Du 5 au 28 novembre 2021
Un bon petit soldat (jusqu’au 14 novembre) les jeudis, vendredis et samedis à 19h, dimanches à 14h30
Durée 1h20
Macbeth les jeudis, vendredis et samedis à 21h, dimanches à 16h30
Durée 2h30

Un bon petit soldat
Mise en scène de Mitch Hooper 
avec Samuel Yagoubi en alternance avec Théo Askolovitch
Sons et musiques de Sébastien Gorski
Lumières de Lucien Abline
Costumes de Philippe Varache
Texte publiés chez Lansman éditeur

Macbeth
Traduction, adaptation et mise en scène de Mitch Hooper
Avec Anne Coutureau / Louise Lemoine Torrès (en alternance), Anatole de Bodinat, Sabrina Bus, L’Eclatante Marine / Marion Gress, Jérôme Keen, Baptiste Benoît, David Mallet, Alain Payen, François Hatt.
Scénographie de Mitch Hooper, Patrice Lecadre et Philippe Varache
Lumières de Patrice Lecadre
Costumes de Philippe Varache, assisté de Michael Lebrasse, Moussa Gassama et Cléo Paquette 
Bande son de Baptiste Benoît
Chorégraphies de Séréna Malacco
Sculptures sur bois de Sylvie Tonnelier
Collaboration artistique de Caroline Rabaliatti

Crédit photos © DR et © Attilio Marasco

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut