La tragédie des Atrides version fluo psychédélique

L'injustice des Rêves, compagnie Salut Martine, mise en scène Vincent Menjou-Cortès. Photographies réalisées par © Arthur Crestani à la Meca, Bordeaux, les 16 et 17 décembre 2020.

Au CDN de Normandie-Rouen, dont les Anges au plafond viennent tout juste d’être nommé à la direction pour prendre la suite de David BobéeVincent Menjou-Cortès propose sa vision très personnelle et déjantée des neuf tragédies de Sénèque. Loin de la Grèce antique, c’est dans un bunker aseptisé que deux frères et leurs épouses se déchirent, s’entretuent, se blessent à mort. Ici, pas de cris, pas de larmes, mais des postures statiques, des répliques vénéneuses, distillées avec lenteur pour que tout le fiel qu’elles renferment se déverse sur l’autre, sur l’ennemi, jusqu’à la lie. 

Attention, l’Injustice des rêves, sélectionné au Festival Impatience 2021, est tout sauf une pièce, encore moins un vaudeville. Et pourtant, et c’est là, le grand tour de magie du metteur en scène, cela à tout à voir avec le théâtre. Lumières, « psyché », stroboscopiques, sons hachurés, voix modifiées, maquillages outranciers fluo, costumes délirants, décalés, Vincent Menjou-Cortès surjoue avec beaucoup de maîtrise et d’ingéniosité les effets dans un geste total, radical. 

Portée par quatre comédiens – Aymeline Alix (en alternance avec Morgane Fourcault), Amélie Porteu de la MorandièreGrégoire BaujatGeoffroy Rondeau -, ce bien étrange spectacle respecte les codes de la tragédie tout en les distordant jusqu’à la cassure. Totalement hors norme, hors cadre, l’ovni théâtral de Vincent Menjou-Cortès dérange, enchante, bouscule et perd quelques spectateurs en cours de route. En tout cas, c’est sûr vous ne verrez plus le féroce et familial drame des Atrides de la même façon. Il aura un goût flashy, acidulé, outrancier qui vous restera un temps en mémoire.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – Envoyé spécial à Rouen

L’injustice des rêves d’après Les neuf tragédies de Sénèque
CDN de Normandie-Rouen
Théâtre des deux Rives
48 rue Louis Ricard
7600O Rouen
Jusqu’au 22 octobre 2021
Durée 1h20 environ 

Tournée
les 6 et 7 décembre 2021 dans le cadre du Festival Impatience (Théâtre Louis Aragon / Tremblay en France)

mise en scène Vincent Menjou-Cortès 
compagnie Salut Martine 
avec Aymeline Alix (en alternance avec Morgane Fourcault), Amélie Porteu de la Morandière, Grégoire Baujat, Geoffroy Rondeau 
dramaturgie Juliette de Beauchamp musiques AIR LQD lumière Hugo Hamman son Jules Lotschervidéo Lisa Menjou-Cortès scénographie Fanny Laplane costumes Salvatore Pascapè

Crédit photos © Arthur Crestani

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut