Loss de Noëmie Ksicova © Simon Gosselin

Loss in translation

Loss de Noëmie Ksicova © Simon Gosselin

Au 11.Avignon, Noëmie Ksicova repense à son amour d’enfance, le très beau Rudy, trop tôt disparu, fauché par une rame du métro parisien. Devenue adulte, hantée par ce dernier souvenir, cette cigarette offerte, peu de temps avant le drame, l’adolescente complexée retrace par bribes les derniers jours de ce grand dadais souriant et s’immisce telle une fantôme, devient un double de lui dans la vie de sa famille. 

En questionnant notre rapport à la mort, notre façon de survivre au décès brutal d’un proche, l’autrice et metteuse en scène invite à une vraie introspection, à repenser le fondement même de notre éducation judéo-chrétienne. En plaçant, ce grain de sable, c’est-à-dire, elle-même dans le deuil des parents et de la sœur de Rudy, prenant sa place dans le quotidien de ces âmes en peine, elle les oblige à dépasser la perte, l’apathie.

Bien sûr, il faut suspendre l’espace, arrêter le temps – les effets répétitifs de mise en scène, bien trouvés, mais trop appuyés, placent le spectateur en témoin-voyeur – pour que la douleur s’atténue, pour que l’absence soit moins prégnante, violente. Bien sûr, la présence de cette fille, substitut du fils et du frère est incongrue, presque gênante. Mais la magie réparatrice des grandes peines opère. Doucement, ce petit monde, ce petit noyau familier, va apprendre à vivre sans, à se reconstruite. 

Loss est une expérience dérangeante, singulière à tenter, qui touche les uns, émus aux larmes, et laisse au bord du chemin les autres, accaparés par d’autres pensées. Tout est une question de sensibilité.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Loss de Noëmie Ksicova en collaboration avec Cécile Péricone et les comédiens
Festival d’Avignon le OFF
11.Avignon
11 boulevard Raspail
84000 Avignon
7 – 29 juillet à 11h30 – Relâches les 12, 19 & 26 juillet
Durée  1h05
À partir de 14 ans

Conception et direction artistique de Noëmie Ksicova 
Mise en scène de Noëmie Ksicova, Cécile Péricone
Lumière d’Annie Leuridan 
Musique de Bruno Maman 
Scénographie de Céline Diez 
Avec Lumir Brabant, Anne Cantineau, Juliette Launay, Antoine Mathieu, Théo Oliveira Machado et Noëmie Ksicova 
Son de Morgan Marchand 
Régie lumière et régie Générale – Louise Rustan 
Regard Dramaturgique ponctuel – Camille Louis
Regard chorégraphique ponctuel – Johann Amselem

Crédit photos © Simon Gosselin

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut