L'Île d'Hector Manuel. Collectif Bajour. La manufacture © Loewen Photographie

L’Île, dystopie à peine décalée de l’époque présente

À la manufacture-Patinoire, le collectif Bajour revient en force et en rire mordant, trois ans après nous avoir enchanté, avec Un homme qui fume… S’interrogeant sur l’absurdité du monde, de nos sociétés de plus en plus normées, de moins en moins humaines, Hector Manuel, à la mise en scène, et ses complices interprètes signent un spectacle intelligent et jouissif. Attention gros coup de cœur du OFF ! 

Il était une fois une île, où tout le monde s’aimer, où il n’y avait pas de guerre, où tout était doux, ouaté, où chacun pouvait changer de nom et de personnalité, où Frédéric Nietzsche croise et salue Attali d’un « Au présent » . De chaque phrase échangée, de chaque geste tendu vers l’autre, se dégage un sentiment de quiétude à peine forcée. Est-ce le paradis, une secte, un asile psychiatrique pour dépressifs, pour tous ceux qui n’arrivent plus à suivre la cadence infernale qu’impose au quotidien la mondialisation et le capitalisme ? À chacun d’imaginer ce qu’il veut. 

Un monde contemporain qui vrille
L'Île d'Hector Manuel. Collectif Bajour. La manufacture © Loewen Photographie

Aujourd’hui, rien ne va plus. Le burn out se généralise. La vie est devenue étouffante. Que ce soit le N+1 tyrannique d’une boîte de pub, qui ne voit ses employés qu’au travers des chiffres qu’ils rapportent, un groupe de militants écolo-gaucho-révolutionnaires complétement dépassés par leur propres causes et incapables d’une action cohérente, ou des êtres à la dérive sur une île isolée de tout, mais où les stigmates du monde extérieur ne cessent de se rappeler à leurs mauvais souvenirs, c’est tout une société qui se perd, fonce dans un mur. L’espoir ne tient à rien. L’amour n’a plus de sens, les rapports humains entièrement déshumanisés. Le crash est inévitable. Avec beaucoup d’espièglerie et d’imagination, Le collectif Bajour s’empare de ce drame contemporain et le tourne en tragicomédie savoureuse. 

Un texte éclatant de drôlerie
L'Île d'Hector Manuel. Collectif Bajour. La manufacture © Loewen Photographie

Comédien, notamment dans Tout le monde ne peut pas être orphelins des Chiens de Navarre ou dans Un homme qui fume c’est plus sain, membre fondateur du collectif Bajour, Hector Manuel prend à pleines mains les rênes de cette nouvelle création. Auteur, metteur en scène et scénographe, il offre à ses comparses un écrin théâtral de tout beauté, un bijou parfaitement ciselé. Plume corrosive, univers déjanté et ton burlesque, font de cette pépite une farce noire et dystopique, un tourbillon scénique hilarant, qui attrape le spectateur dès les premiers secondes sans qu’une seule minute, il relâche son attention, sa jubilation contagieuse. Portée par des interprètes survoltés, exaltés – Leslie BernardJulien DerivazMargaux GrilleauMatthias JacquinGeorges SlowickAlexandre VirapinAdèle Zouane en alternance avec Cléa Laizé – cette critique caustique et tout juste exagérée du monde d’aujourd’hui ravit par sa fraîcheur, sa simplicité. 

Un régal théâtral

Entre rires (beaucoup) et larmes (douces-amères), L’Île du Colletif Bajour est un régal, une gourmandise succulente qu’on dévore avec délice, certainement le gros coup de cœur de cette étrange édition post-covid. Un spectacle à voir et même revoir !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore 

L’île d’Hector Manuel
Collectif Bajour
Festival d’Avignon le OFF
La manufacture-Patinoire
2 bis rue des Écoles
84000 Avignon
Jusqu’au 25 juillet 2021 à 11h50
durée transport compris 1h55

Mise en scène et musique originale d’Hector Manuel 
Scénographie d’Hector Manuel
Avec Leslie Bernard, Julien Derivaz, Margaux Grilleau, Matthias Jacquin, Georges Slowick, Alexandre Virapin, Adèle Zouane en alternance avec Cléa Laizé
Création lumière et régie – Damien Caris

Crédit photos © Loewen Photographie

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut