La dernière lettre de Violaine Arsac © Fabienne Rappeneau

Le prix inestimable de la vie

Au Théâtre Actuel, La Dernière Lettre de Violaine Arsac est un spectacle qui bouleverse par la force de son propos et de sa représentation scénique. Portées par une troupe soudée, les comédiennes Noémie De Lattre et Marie Bunel nous offrent un grand moment de théâtre.

Peut-on réparer et sauver quelqu’un qui a commis l’irréparable ? Michael, jeune délinquant a abattu de deux balles, un homme qui passait au mauvais endroit au mauvais moment. Il est ce qu’on appelle une victime collatérale. Michael a été arrêté et jugé. Nous sommes aux États-Unis, aux Texas, la justice est implacable, il est condamné à mort. Est-ce que cela répare le crime commis ? N’existe-t-il pas d’autres solutions ? Comment rendre la justice ? Qu’est-ce qui fait la différence entre un criminel et celui qui a commis un crime ?

Une écriture puissante, éclairante  

Par sa mise en scène, sa scénographie, le ton vif de son écriture, qui fait songer aux bonnes séries américaines, Violaine Arsac signe une œuvre forte dans laquelle elle explore les thèmes de résilience, du droit au pardon. Elle y défend le principe de la justice réparatrice que certains essayent de mettre en place aux Etats-Unis. A travers ses personnages, finement observés, elle déroule son propos le plus humainement possible. Les personnages de deux avocats (Grégory Corre et Mathilde Moulinat) permettent de comprendre le rouage des mécaniques de la justice américaine. Mais, Arsac trace surtout un magnifique portrait de deux femmes, que tout oppose et qui uniront leur force pour faire bouger les choses.

Deux comédiennes extraordinaires

Noémie de Lattre est Anna ! Son mari n’est plus là ! Pleine de douleur, elle a la rage au ventre ! Elle veut la justice. Qu’il est beau ce passage où elle se questionne sur la peine de mort. Car même si elle vit en Amérique, elle est française et ne peut pas oublier le combat de Badinter. Au fil de la pièce, elle laisse éclater tout son talent. Marie Bunel est Clémence. Cette femme qui porte si bien son nom veut sauver son fils de la mort. Il n’a que 18 ans et la vie devant lui, même si celle-ci se passera en prison. Elle veut qu’Anna, à travers une correspondance, prenne le temps d’aller vers lui. Clémence arrivera à convaincre Anna qui pourra alors trouver un nouveau sens à sa vie. Apportant une grande et belle sensibilité à ce texte poignant, Marie Bunel, dont c’est le tout premier Avignon, et Noémie de Lattre nous ont bouleversés !

Marie-Céline Nivière

La dernière lettre de Violaine Arsac
Festival d’Avignon Off
Théâtre actuel
80 rue Guillaume Puy 84000 Avignon
Du 7 au 31 juillet à 16h35, relâche les 12, 19 et 26 juillet, représentations supplémentaires à 10h les 13, 20 et 27 juillet
Durée 1h25

Mise en scène de Violaine Arsac
Assistante à la mise en scène Stéphanie Froeliger
Avec Marie Bunel, Grégory Corre, Noémie de Lattre, Mathilde Moulinat et la voix de Benjamin Penamaria
Décors et costumes de Caroline Mexme
Lumières de Rémi Saintot
Musique de Romain Trouillet

Crédit photos © Fabienne Rappeneau

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut