Ronan Rivière © Ronan Rivière

Les instantanés de Ronan Rivière

Dans le cadre du mois Molière, qui vient d’ouvrir ses portes à Versailles, Ronan Rivière présente les 4 et 7 juin à la Grande écurie, son adaptation très enlevée du Nez, une nouvelle fantastique et grotesque de Gogol. Comédien et metteur en scène, l’artiste n’a pas son pareil pour revisiter les classiques, leur redonner du peps.

Saine lecture © Ronan Rivière

Quel est votre auteur de théâtre préféré ? 
Nikolaï Vassilievitch Gogol, Le Revizor est un chef d’œuvre absolu. 

Quel auteur aimeriez-vous jouer ?
Sénèque, dans la traduction de Florence Dupont : chaque mot compte. 

Quel auteur aimeriez- vous monter ? 
Pedro Calderon de la Barca, pour le style et les effets de foule. 

Quel roman rêveriez-vous d’adapter au théâtre ? 
La Plaisanterie de Milan Kundera, mais il faudrait une troupe de 50 acteurs et actrices et des moyens d’opéra national… Alors c’est vraiment au stade du rêve. 

Avec quel comédien voudriez-vous travailler ? 
Julien Cottereau 

Si vous deviez mettre en scène un Boulevard, quel serait-il ? 
La Poison, de Sacha Guitry, c’est vraiment drôle. 

autre lecture © Ronan Rivière

Si vous deviez mettre en scène une tragédie, quelle serait-elle ? 
Œdipe de Sénèque. Pour la poésie, la simplicité et la brutalité.  

Quel(s) artiste(s) a-ont été pour vous une révélation ? 
Laurent Terzieff comme acteur (sur le fil de la très grande technique et de l’incarnation vivante), et les écrits de Jacques Copeau comme directeur de troupe/metteur en scène.

Dans les musiques que vous écoutez laquelle vous inspire ou vous fait penser à une pièce de théâtre ? 
Trübe Wolken de Lizst et Erlkönig de Wagner, des thèmes simples mais qui font « comme une vis dans la tête » selon la formule de Gogol. Les Indes Galantes de Rameau, pour le lyrisme et l’éclat. 

Quel film aimeriez-vous adapter au théâtre ? 
Le Dernier des Hommes, de Murnau. Images magnifiques et un acteur bouleversant. 

Y-a-t-il un romancier que vous verriez bien écrire une pièce ? 
Antoine Volodine

Y-a-t-il un personnage de fiction que vous rêveriez de mettre en scène ? 
Le Plume d’Henri Michaux. Un candide dépassé par la vie moderne. 

Y-a-t-il un personnage historique que vous rêveriez de mettre en scène ? 
Saint Antoine, l’ermite en proie aux tentations hallucinatoires. 

Quelle salle a votre préférence ? 
Le Théâtre du Peuple pour son ouverture sur la forêt, et son histoire. 

Le Nez de Gogol, mise en scène de Ronan Rivière © Pascal Gely

Quel seraient vos partenaires idéaux ? 
Chacun des créateurs, technicien, musicien et interprète de ma troupe. Tout mon désir est de continuer à travailler ensemble. 

Y-a-t-il des pièces que vous avez toujours refusé de monter ? 
Etant en troupe indépendante et constituée, c’est nous qui décidons de notre propre Répertoire, cela se fait plus dans la recherche que dans le refus. Il faut trouver une évidence qui va au-delà de la proposition ou du refus. 

La pièce que vous auriez aimé voir, avec qui aux commandes et qui sur scène ?
J’aurais bien aimé voir Richard II mis en scène par Jean Vilar à la première semaine d’Art en 1947 (festival d’Avignon). Pour voir s’il y avait une atmosphère particulière.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Le nez d’après Gogol
Théâtre 13-Jardin
103A, boulevard Auguste Blanqui 75013 Paris

Mois Molière
Grande Écurie de Versailles
Les 4 et 7 juin 2021

Crédit photos © Ronan Rivière

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut