Le Bourgeois Gentilhomme de Molière. mise en scène de Lesort-Hecq. Comédie-Française @ Christophe Raynaud de Lage, coll. Comédie-Française

Le duo Lesort-Hecq ragaillardisse Monsieur Jourdain au Français

Le Bourgeois Gentilhomme de Molière, dans la mise en scène des truculents Valérie Lesort et Christian Hecq, était l’événement le plus attendu de la saison. Pour cause de pandémie et de fermeture des théâtres, on a craint de devoir attendre encore, mais non le voilà enfin et nous en sommes ravis. Succès assuré pour cette nouvelle production de la Comédie-Française ! 

Tout en respectant les règles de la distanciation, la salle est pleine à craquer ! Normal, la plupart des spectateurs sont venus en groupe ! Toutes les générations sont présentes et l’on sent bien leur immense joie d’être là, dans la Maison de Molière pour assister à ce grand classique qui nous enchante depuis des siècles. Il va être à la fête, ce public privé de théâtre depuis trop longtemps. Et c’est par une longue salve d’applaudissements extrêmement nourris, suivie d’une standing ovation, qu’ils feront entendre tout le plaisir qu’ils ont éprouvé durant toute la durée du spectacle.

Un duo baroque autant burlesque
Le Bourgeois Gentilhomme de Molière. mise en scène de Lesort-Hecq. Comédie-Française @ Christophe Raynaud de Lage, coll. Comédie-Française

Valérie Lesort et Christian Hecq signent une mise en scène d’une grande qualité. Leurs créativités débordantes et folles ne manquent pas de nous surprendre, de nous éblouir, de nous faire rire, de nous émouvoir. On aurait envie de vous raconter toutes les trouvailles scéniques, les incursions des marionnettes, les petits gags, mais cela gâcherait le plaisir de les découvrir à ceux qui n’ont pas encore vu le spectacle. Quant aux autres, ils savent de quoi je parle ! Sachez que comme toujours chez les Lesort-Hecq, à qui l’on doit déjà l’extraordinaire 20 000 lieux sous les mers, rien n’est forcé, voir gratuit. C’est de l’excellent ouvrage.

Une lecture éblouissante

Les deux metteurs en scène, s’appuyant sur la superbe scénographie d’Éric Ruf, jouant sur les noirs et les ors, les costumes de Vanessa Sannino et les lumières de Pascal Laajili, nous donnent une lecture judicieuse de ce bourgeois qui aspire à devenir gentilhomme. Jourdain est un grand enfant qui a un rêve de reconnaissance. Il s’y accroche et va prendre toutes les dispositions et les leçons possibles pour s’élever. Jouant de sa petite taille, de sa silhouette élastique, de sa gestuelle burlesque, Hecq est génial. Son Jourdain est un naïf qui ne voit pas le ridicule de devenir précieux et que l’on abuse de sa candeur. Alors il trépigne lorsque sa maisonnée lui tient tête, s’émerveille devant tout ce qui lui évoque la grandeur. Haute en couleur, la cérémonie qui le fait Mamamouchi est un régal !

Un distribution résolument baroque 
Le Bourgeois Gentilhomme de Molière. mise en scène de Lesort-Hecq. Comédie-Française @ Christophe Raynaud de Lage, coll. Comédie-Française

Chez les Jourdain, tout est austère et toute la maisonnée est vêtue de noir ! Il y a un quelque chose de la Famille Adam’s dans le traitement. Madame (Sylvia Bergé), dépassant son mari de plusieurs têtes, gère les affaires d’une poigne de fer lorsqu’il est question d’argent et de tout son cœur lorsqu’il est question des amours de sa frêle et minuscule fille (Géraldine Martineau). Nicole (Véronique Vella), la servante aux rires éclatants et à l’esprit futée, est une petite boule d’énergie trottinante. Les fameux maîtres de musique, de danse, d’armes et de philosophie (Nicolas LormeauxGaël KamilindiJean ChevalierGuillaume Gallienne très Nosferatus) rivalisent de pédanterie et d’escroquerie. Cléonte (Yoann Gasiorowski), amoureux transi de la fille de la maison, et son filou de valet (Laurent Stocker) amoureux de Nicole, passent par tous les affres des émois et jouent de tous les artifices pour arriver à obtenir l’objet de leurs désirs. Et quand Monsieur Jourdain reçoit, tout s’illumine et rutile. Il faut au moins ça pour les beaux yeux d’une marquise (Françoise Gillard) et l’amitié d’un Comte désargenté et profiteur (Clément Hervieu-Léger).

Du Lully à la mode Balkane
Le Bourgeois Gentilhomme de Molière. mise en scène de Lesort-Hecq. Comédie-Française @ Christophe Raynaud de Lage, coll. Comédie-Française

L’excellence des comédiens du Français se ressent dans ce spectacle où mille et un détail a son importance. Ils nous ont régalé par leurs interprétations tant textuelles que gestuelles. Chacun a investi son rôle avec truculence. Apportant des nuances à leur jeu et de la sincérité dans leurs propos, ils ne tombent jamais dans la caricature et les excès. Ils nous ont épaté dans les turqueries ! Gallienne en palmier d’intérieur est une chose qu’il faut voir ! Il ne faudrait pas oublier les comédiens de l’académie de la Comédie-Française qui n’ont pas démérité. Et qui dit Bourgeois, dit aussi musique. Si les ballets ont disparu, les pas de danse sont là, chorégraphiés par Rémi Boissy. Quant à la musique, ce n’est plus celle de Lully, même si l’on reconnaît quelques notes, mais celle de Mich Ochowiak et Ivica Bogdanic. L’orchestre, sur place, fait résonner des sons, aux cuivres tonitruantes, venus des Balkans. C’est joyeux et entraînant. Merci au Français de nous offrir un si beau spectacle.

Marie-Céline Nivière

 Le Bourgeois Gentilhomme de Molière
Comédie-Française
Place Colette  75001 Paris
Du 18 juin au 25 juillet 2021
Durée 2h20

Mise en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq assisté de Florimond Plantier
Avec Véronique Vella, Sylvia Bergé, Françoise Gillard, Laurent Stocker, Guillaume Gallienne, Christian Hecq, Nicolas L’ormeau, Clément-Hervé Léger, Gaël Kamilindi, Yoann Gasiorowski, Jean Chevalier, Géraldine Martineau, 
et les comédiens de l’académie de la Comédie-Française Antoine de Foucault, Nicolas Verdier, 
et Rémy Boissy, les musiciens Ivica Bogdanic, Julien Oury, Alon Payet, Victor Rahola, Martin Sccardy
Scénographie d’Éric Ruf assisté de Julie Camus
Costumes de Vanessa Sannino assistée de Claire Fayel de l’académie de la Comédie-Française
Lumières de Pascal Laajili
Musiques originales et arrangements de Mich Ochowiak et Ivica Bogdanić
Travail chorégraphique de Rémi Boissy
Marionnettes de Carole Allemand et Valérie Lesort

Crédit photos © Christophe Raynaud de Lage, Coll. Comédie-Française

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Inventions de Mal Pelo - María Muñoz & Pep Ramis © Tristan Perez-Martin

Bach dans le sang

Avant de présenter Highlands à Points Communs, le 1er décembre 2021, à
Aller à Haut