La boucle intemporelle d’Ingrid Estarque hypnotise Suresnes Cité Danse

Au Théâtre Jean Vilar à Suresnes, privé de son festival de danse en présentiel, Ingrid Estarque répète son dernier solo, IN BETWEEN. Conjuguant l’énergie du Krump, la transe des soufies et sa propre aura mystique, elle signe une pièce singulière, envoûtante, à découvrir en streaming dès le 8 février 2021. 

Endeuillée par la mort d’Ousmane Sy, dont One Shot, sa dernière création, sera diffusée jeudi 4 février sur la nouvelle chaîne éphémère de la TNT, Culturebox, la 29e édition de Suresnes Cité Danse investit le numérique avec un certain nombre de streamings et de vidéos accessibles sur la chaine Youtube du théâtre Jean Vilar. En cet après-midi de début février, la salle aéroplane ouvre ses portes à quelques professionnels, ainsi qu’aux vidéastes de Captavidéo, une entreprise spécialisée dans la captation de spectacles vivants. 

A la frontière des arts
In between d’Ingrid Estarque
Suresnes Cité Danse 2021 au Théâtre Jean Vilar de Suresnes.
© Dan Aucante

Formée au hip hop, au krump et à la danse contemporaine, Ingrid Estarque questionne sa pratique artistique en se frottant à d’autres styles, d’autres disciplines. Après avoir collaboré avec des artistes d’horizons différents, tel D’de KabalDavid Lescot ou Georges Monboye, développé d’autres projets utilisant la vidéo comme support, comme médium, la chorégraphe cherche à se dépasser, à se nourrir d’autres langages pour ciseler son écriture chorégraphique, l’emmener vers des ailleurs fantasmés, réinventés.

Derrière le voile 

Surfant dans un espace entre réalité et illusion, Ingrid Estarque met de la distance entre la scène et la salle. Un voile de tulle noir matérialise le quatrième mur. Devenu intouchable, presque chimérique, la danseuse et chorégraphe apparaît, disparaît dans un jeu d’ombres et de lumières imaginé par Erika Sauerbronn, revient sur ses pas, s’amuse à répéter inlassablement les mêmes gestes, créant ainsi une impression de déjà-vu envoutante, déconcertante.

Au cœur de la transe

Mélangeant habilement la grammaire du Krump avec l’art de la répétition, de l’extase propre aux derviches tourneurs, elle signe une œuvre déroutante, hypnotique, qui s’installe lentement pour mieux saisir le spectateur, lui permettre, s’il accepte de lâcher-prise, d’accéder à une sorte d’ivresse mystique. Portée par les mantras indiens, leur lancinante partition, Ingrid Estarque offre son corps svelte à la danse, à la transe. Sa présence lumineuse, intense, sa maitrise parfaite de chacun de ses muscles, de ses gestes sont ses atouts majeurs.

Du streaming pour exister tout simplement
In between d’Ingrid Estarque
Suresnes Cité Danse 2021 au Théâtre Jean Vilar de Suresnes.
© Dan Aucante

Avec IN BETWEEN, la chorégraphe éclectique signe un spectacle à la dramaturgie encore fragile, mais riche de belles promesses, de lendemains rêvés. Faute de pouvoir ouvrir le festival Suresnes cité danse, cette petite forme dansée est à découvrir dès vendredi sur la chaine youtube du théâtre Jean Vilar de Suresnes. Une conclusion heureuse pour une manifestation qui se tourne déjà sur 2022.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

In between d’Ingrid Estarque
Suresnes Cité Danse 2021 au Théâtre Jean Vilar de Suresnes.
© Dan Aucante

In between d’Ingrid Estarque
Suresnes Cité Danse 2021 au Théâtre Jean Vilar de Suresnes.

diffusion sur la chaine Youtube du théâtre du 8 au 15 février 2021.
Durée 40 min environ

Avec Ingrid Estarque assistée de Fanny Rouyé
Dramaturgie de Valentine Losseau
Création lumières d’Erika Sauerbronn

Crédit photos © Dan Aucante

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.