Flagrant déni d'après Guy de Maupassant. Adaptation et jeun Alain Payen. Mise en scène de Catherine Benhamou. Théâtre de la Huchette. © Fabienne Rappeneau

Alain Payen appelle Guy de Maupassant à la barre

Au théâtre de la Huchette Alain Payen concocte, d’après des nouvelles de Guy de Maupassant, un tribunal de Flagrant déni absolument délectable. C’est drôle, original et fort bien interprété. 

Le style littéraire de Guy de Maupassant qui possède une grande diversité narrative, faite d’une langue claire, écrite sur un ton vif, où l’on trouve un bel équilibre entre le récit, souvent dynamique, et les descriptions, se prête bien au théâtre. D’un trait d’humour souvent grinçant, il excelle dans les descriptions, de ces paysans, petits notables, petits-bourgeois qui par leurs comportements montrent le spectacle de la bêtise humaine. Alain Payen a fort bien su se servir de tout cela. Conçu à partir des nouvelles, Tribunaux rustiquesLettre trouvée sur un noyéLe Cas de Madame LuneauUne vente et Le Trou et Regret, ce spectacle de belle facture semble sortir tout droit de l’imagination de l’auteur d’Une Vie.

Les dernières heures d’activité d’un juge 
Flagrant déni d'après Guy de Maupassant. Adaptation et jeun Alain Payen. Mise en scène de Catherine Benhamou. Théâtre de la Huchette. © Philippe Escalier

Dans Flagrant déni, nous suivons le parcours du juge Saval, de sa première audience à sa retraite. Cet homme intègre choisit de nous raconter les cas les plus savoureux, ceux qui nous laissent souvent dans l’expectative. Il y a de quoi ! Il faut les entendre les griefs de cette Madame Victoire Bascule contre le jeune Isidore qui ne veut plus être son gigolo, comme ceux de Lacour, sacristain et quincaillier, contre la veuve Luneau pour une rupture d’un contrat assez spécial. Les deux tentatives de meurtres, celui d’une femme par son pochetron de mari et son acolyte tout autant aviné, et d’un pêcheur qui a eu le malheur de piquer à un autre son meilleur emplacement, ne sont pas en reste. L’être humain n’a pas de limite dans son imbécillité. Les cas n’ont pas pris une ride et portent en eux des résonances à notre époque. C’est irrésistiblement drôle.

Aux pays des amours déçues 

Saval n’est pas seulement un juge, il est aussi un homme, qui somme toute, en laissant passer l’amour a fini par passer à côté de la vie. Ce vieux garçon avoue n’avoir aimé que deux fois. La première conquête ne rêvait que d’une balade en barque, au clair de lune. Sous le ciel étoilé, Saval a cru enfin connaître le bonheur d’aimer. Mais une parole malheureuse de la jeune femme a rompu le charme. Quant à la deuxième, c’était la femme de son meilleur ami   et il est difficile de trahir l’amitié. Le choix de raconter la vie de ce juge, apporte une humanité au récit de son existence, un peu terne, dévoué à son travail.

Du bel et simple ouvrage 
Flagrant déni d'après Guy de Maupassant. Adaptation et jeun Alain Payen. Mise en scène de Catherine Benhamou. Théâtre de la Huchette. © Fabienne Rappeneau

Mis en scène par Christine Benhamou, s’appuyant sur une scénographie des plus dépouillées, juste une chaise, un jeu de lumière subtil habillant les espaces, vêtu de sa redingote, Alain Payen interprète avec talent tous les personnages. C’est délicatement fait, aucun grossissement des traits, rien de caricatural dans son traitement. On suit tous les événements, les intentions, les émotions des uns et des autres avec aisance et un plaisir gourmand. 

Marie-Céline Nivière

Flagrant déni d’après Guy de Maupassant
Théâtre de La Huchette 

23, rue de la Huchette
75005 Paris 
Vendredi à 19h, samedi à 17h30
Durée 1h10

Adaptation et jeu d’Alain Payen
Mise en scène de Catherine Benhamou
Lumières de Philippe Lagrue

Print Friendly, PDF & Email

Vous souhaitez partager un commentaire?

Dernièrement

Aller à Haut