7 d’un coup, les frères Grimm vent debout contre le harcèlement scolaire

Tout comme dans les contes de fées, le monde de l’enfance a sa part d’ombre. Méchanceté gratuite, harcèlement, peurs, sont autant d’épreuves cruelles que l’on doit affronter pour grandir, pour se sentir mieux. Empruntant aux frères Grimm, l’une de leurs fables populaires, avec habilité Catherine Marnas invite, petits et grands à dépasser leurs tourments… au moins dans un monde de rêverie onirique.

Seul dans un recoin d’une cour d’école, Olivier (excellent Olivier Pauls), un gamin de sept ans, affublé de lunettes qui mangent son visage, vêtu d’un gilet d’un vert improbable, semble perdu dans ses pensées. Il joue à l’écart des autres, du monde. Sa tranquillité est de courte durée. Trois enfants cagoulés, les « winners » de l’école, de vraies petites frappes sont bien décidés à terroriser, par plaisir le jeune garçon qui ne demandait rien à personne. Sous prétexte de l’inclure dans leur jeu, ils le moquent, le martyrisent.

7-dun-coup_Marnas_TNBA_Visuel-1-©-Frédéric-Desmesure_@loeildoliv

Agissant dans l’ombre, ils fuient dès qu’un adulte pourrait surprendre leur sadique manège laissant leur souffre-douleur, un peu plus seul, face à ses peurs et ses tourments. Le calme retrouvé, Olivier s’isole pour grignoter son quatre heures, quelques tartines de confiture. C’est maintenant des mouches qui le harcèlent, l’empêchent de savourer ce moment de bonheur, de quiétude. Exaspéré, d’un coup d’un seul, il en tue sept. Fier de cette petite victoire sur la vie, il le claironne partout, s’imaginant devenir une légende, un héros. Imperceptiblement, on glisse dans sa rêverie, un monde de rois, de princesses, de créatures étranges où le réel, sa cruauté, sa férocité ne l’atteignent pas. Aidé de sa conscience (épatante Bénédicte Simon), il défie avec ingéniosité et ruses, les monstres, ses peurs les plus intimes, et combat sans relâche cette inclinaison trop naturelle à vouloir humilier les plus faibles que soit.

Avec beaucoup de délicatesse, de finesse, Catherine Marnas s’empare d’un sujet brûlant, sensible, un fléau des temps modernes, le harcèlement scolaire. S’inspirant du conte populaire allemand rendu célèbre par les Frères Grimm, Le vaillant petit tailleur, elle plonge dans les douleurs de l’enfance, dénonce les petites vilenies qui marquent au fer rouge pour mieux donner les clés d’un vivre ensemble apaisé et serein. Sans tomber dans la facilité d’une écriture bêtifiante, elle signe un texte pour jeune public juste et intelligent. Prenant le taureau par les cornes, la metteuse en scène évite toute édulcoration marquant les jeunes esprits d’images fortes, dures et terriblement poétiques, que soulignent joliment, la scénographie épurée de Carlo Calvo et la musique enveloppante autant qu’angoissante de Madame Miniature.

7-dun-coup_Marnas_TNBA_Visuel-5-©-Frédéric-Desmesure_@loeildoliv

Autour d’Olivier Pauls, trois comédiens (Julien Duval, Carlos Martins et Bénédicte Simon) incarnent avec dextérité, espièglerie souvent et monstruosité parfois, tous les singuliers et étranges personnages qui croisent la route imaginaire de notre héros insolite. De leur jeu puissant et habité, ils nous entraînent dans le tourbillon d’aventures de ce conte moderne. Si en tant qu’adulte, on aurait aimé une fin plus ancrée dans le réel, notre part enfantine savoure l’ultime parabole de cette fable signée Marnas qui ouvre tous les champs des possibles. Une savoureuse madeleine dont le goût amer des premières bouchées fait doucement place à une douceur sucrée qui persiste une fois la pièce finie.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


7-dun-coup_Marnas_TNBA_Visuel-3-©-Frédéric-Desmesure_@loeildoliv

7 d’un coup de Catherine Marnas
Théâtre national Bordeaux-Aquitaine (TnBA) – salle Vauthier
3 Place Pierre Renaudel
33800 Bordeaux
jusqu’au 2 décembre 2017
les mardis à 19h30, les mercredi à 10h30 et à 14h30, les jeudi à 10h30 et à 14h, les vendredis à 10h30 et à 19h30 et le samedis à 18h
Durée estimée 1h

mise en scène de Catherine Marnas assistée d’Annabelle Garcia
texte inspiré du Vaillant petit tailleur des Frères Grimm
Son de Madame Miniature
Scénographie de Carlos Calvo
Lumières de Michel Theuil
Costumes d’Edith Traverso
avec Julien Duval, Carlos Martins, Olivier Pauls et Bénédicte Simon
Production Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine

Crédit photos © Frédéric Desmesure

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut