couv_theatremichel-columbo-2_franck_harscouet_loeildoliv

Columbo, comme à la télé

Si Peter Falk n’est plus, il a trouvé en Martin Lamotte, son digne successeur. Loin des plateaux de télévision, le comédien se glisse avec aisance dans l’imper défraîchi de l’inénarrable inspecteur. Nous plongeant au cœur de la première enquête de Columbo, Didier Caron recrée avec ingéniosité tout ce qui fut l’essence et fit le succès de cette série policière. Une jolie réussite, pleine de nostalgie !

Tout commence dans le décor sobre et épuré du cabinet d’un éminent psychiatre de Los-Angeles. En tête à tête, un couple discute de son avenir. Lui, c’est le docteur Roy Flemming (imperturbable Pierre Azéma). Elle, c’est sa toute nouvelle maîtresse (Karine Belly), une comédienne fragile et naïve. Tous deux se préparent à l’irréparable : l’assassinat de l’épouse gênante. Point par point, ils déroulent un plan machiavélique qui devrait permettre le crime parfait.

theatremichel-columbo-franscharscouet_loeildoliv

Si tout se déroule sans accroc majeur, c’est oublier la ténacité de l’inspecteur en charge de l’affaire : le fameux inspecteur Columbo (extraordinaire Martin Lamotte). La vue basse, l’imper usé, ce dernier semble totalement à côté de ses pompes. Et pourtant, véritable fouineur, il explore toutes les pistes, il exploite les moindres indices. Malgré son air naïf, il scrute chaque réaction, il instille le doute, il cherche la faille, le petit détail qui permettra de confondre l’assassin. Irritant, il use et abuse de ses irruptions répétitives et intempestives. Avec malice et ingéniosité, il joue de son apparente balourdise pour resserrer, à chaque intervention, la pression sur le coupable, le forçant à commettre l’erreur fatidique, le faux pas qui le perdra.

En décidant d’adapter au théâtre cette série policière « culte », Didier Caron a pris le parti de puiser dans les origines mêmes de Columbo. En effet, il s’est intéressé à la pièce qui a servi de base au premier épisode de cette saga télévisuelle comptant plus de 69 épisodes répartis en 18 saisons. Loin de vouloir réinventer le mythe, il s’est attaché, avec une précision de métronome, à redonner vie au fameux inspecteur jusque dans les moindres détails. Ainsi, tout y est évoqué : sa femme, son chien vieillissant, son cigare au bec et son antique et décatie Peugeot 403. Le rythme est lent, il est vrai, mais si proche à celui de la série, il permet ainsi d’installer les personnages, de dérouler les fils de l’intrigue et de mettre en place le piège infernal qui permettra l’arrestation du meurtrier.

Tout la magie de cette pièce est là, dans cette fidélité à l’œuvre originelle. Tout est fait pour nous plonger dans nos souvenirs, dans une sorte d’atmosphère nostalgique et intemporelle, dans une époque révolue où l’on prenait le temps d’écouter la rhétorique fantasque (et un brin tirée par les cheveux !…) de ce lieutenant, fin limier à l’apparence déconcertante. Martin Lamotte ne s’y trompe pas. Il est Columbo, non point dans l’imitation, mais bien dans l’attitude, dans la façon d’être et de faire. Avec beaucoup d’ingéniosité, il a su réinventer le personnage sans en dénaturer les caractéristiques principales. Face à lui, Pierre Azéma impose sa haute et imposante stature. Jouant de son charme, de ses yeux bleus profonds et de sa voix chaude, il dissimule à merveille la froideur calculatrice de l’individu qu’il incarne. Ainsi, le duo  » policier – assassin  » fonctionne à merveille… Un beau moment en perspective pour les nostalgiques de la série !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


affiche-columbo-def-theatre-michel_loeildoliv

Columbo, meurtre sous prescription de William Link et de Richard Levinson
Théâtre Michel
38, rue des Mathurins
75008 Paris
jusqu’au 26 février 2017
du mardi au samedi à 21h00, le samedi à 17h00  et le dimanche 16h30
durée : 1h40

Mise en scène de Didier Caron avec la collaboration de Delphine Piard
Adaptation de Didier Caron
Décor de Sophie Jacob
Costumes de Virginie Houdinière
Création lumières de Sébastien Lanoue
Avec Martin Lamotte, Pierre Azéma, Karine Belly et Stéphane BOUTET qui sera remplacé par Augustin de Monts à partir du 5 janvier 2017

Crédit photos © Franck Harscouët

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut