Sur les cendres en avant, noire et musicale comédie

Dans la sombre réalité du quotidien, dans la tristesse et le désespoir des vies bafouées, au cœur de la misère sociale, quatre voix s’élèvent. Douces, féminines, volontaires, elles chantent le monde qui les entoure, la société qui les a oubliées, leurs espoirs perdus. Vibrantes, humaines, sur un tas de cendres consumées, quatre comédiennes, quatre femmes raniment les braises, réchauffent les cœurs et les âmes. Emportées par les textes et les airs signés Pierre Notte, elles nous embarquent dans un conte moderne, noir, drôle et poétique.

Dans un décor à la Dogville de Lars von Trier, où les cloisons sont suggérées au sol par des traits blancs, deux appartements identiques meublés Ikéa se font face. Côté jardin vivent Macha (lumineuse Blanche Leleu) et sa jeune sœur Nina (décalée et touchante Elsa Rozenknop). Abandonnées de tous, l’une se prostitue pour permettre à l’autre d’étudier et de s’extirper, un jour, de ce monde de misère. Côté cour, dans un logement ravagé par les flammes, assise sur une chaise au milieu des décombres, demeure immobile Mademoiselle Rose (sombre et ténébreuse Chloé Olivères).

SUR-LES-CENDRES-EN-AVANT_Pierre_NOtte_GiovanniCittadiniCesi_002_@loeildoliv

Dans ce monde illusoire et triste, où tout semble figé, où le quotidien est bien sombre, pénible, une voix rompt le silence. C’est celle de Nicole Croisille. Reconnaissable entre mille, elle conte l’histoire de ces femmes que la vie semble avoir laissé de côté dans un bled quelconque, qui ressemble à tant d’autres, gris et morne. Elle plonge dans leurs univers de misère et dépeint un monde noir presque sans espoir. Elle raconte ces existences ternes : une pute, une adolescente qui mincit ses jambes à coup d’épluches légumes, une femme terriblement seule qui s’invente une famille et une épouse cocufiée prête à tout pour retrouver l’étincelle de la passion.

Par petites touches, le tableau s’égaye, la misère perd son voile blafard pour s’éclairer de mille couleurs. Sous la plume tragicomique et poétique de Pierre Notte, sorte de Demy contemporain ayant remplacé la féérie par un réalisme plus trouble, l’absurdité de la routine est sublimée. Les habitudes, les petits riens du quotidien, deviennent les éléments clés d’un conte moderne, noir, d’une comédie 100 % musicale terriblement drôle et émouvante. Malgré les thématiques particulières sombres – absence du père, mère hystérique, femme en mal d’amour, scarification, rêve de gloire avorté – , l’auteur compositeur s’amuse, joue des faux semblants et emmène le public dans un univers décalé captivant et enchanteur. La sobriété de la partition permet aux paroles de s’envoler lyriques, amusantes, charmantes.

Opus musical oscillant entre drame et comédie, Sur les cendres en avant a un atout de poids et de charme : 4 fabuleuses comédiennes -chanteuses. Blanche Leleu, aux faux airs d’Alexandra Lamy dans Un gars, Une fille, est une putain contrariée, une blonde piquante absolument craquante. Chloé Olivères – remplacé pour la reprise par Charlotte Marquardt – , une vieille fille aigrie, cachant une brune au grand cœur terriblement troublante.

SUR-LES-CENDRES-EN-AVANT_Pierre_NOtte_GiovanniCittadiniCesi_003_@loeildoliv

Elsa Rozenknop, une ado rebelle, rêvant d’être danseuse étoile, un peu fatigante, un peu boudeuse mais tellement attachante et lumineuse. Juliette Coulon, une cocue cocasse, drôle et touchante. Derrière, en retrait et pourtant si présente, Donia Berrini donne ton et musicalité à l’ensemble.

Séduit, emballé, par cette comédie musicale, véritable manifeste féministe et humaniste, le public léger ressort enchanté avec l’espoir en la femme et en l’homme de construire un monde meilleur, radieux.

Par Olivier Fregaville-Gratian d’Amore 


AFF-Sur_les_cendres_en_avant_Pierre_Notte_@loeildoliv
Sur les cendres en avant au théâtre du rond-point, une comédie musicale singulière, réaliste qui fait du bien © Stéphane Trapier / Atalante Paris

Sur les cendres en avant de Pierre Notte
Théâtre du Rond-Point – Salle Jean Tardieu
2 bis, Avenue Franklin Delano Roosevelt
75008 Paris
Jusqu’au 14 mai 2016
Du mardi au samedi 18h30
Durée 1h30

Reprise Théâtre du Rond-Point – Salle Jean Tardieu
2 bis, Avenue Franklin Delano Roosevelt
75008 Paris
Jusqu’au 30 décembre 2018
Du mardi au samedi 20h30 et le dimanche à 15H30

texte, musiques et mise en scène : Pierre Notte
avec : Juliette Coulon, Blanche Leleu, Chloé Olivères remplacée pour la reprise par Charlotte Marquardt, Elsa Rozenknop
piano : Donia Berriri
avec la voix de : Nicole Croisille
assistanat à la mise en scène : Claire Fretel
costumes : Sarah Dupont
régie générale : Brice Hillairet
lumières : Sur les cendres en avant
transcriptions musicales : Paul-Marie Barbier
son : Olivier Bergeret
conseiller spécial en magie : Arthur Dreyfus

Crédit photos © Giovanni Cittadini Cesi et Crédit illustration © Stéphane Trapier

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut