Votre altesse Le Virus Couronné !

Votre majesté ! 
Bref, Mon cher covid19, 
Je me permets cette familiarité, on se connait maintenant !  Non ? 
Je sens bien que tu voudrais qu’on se rencontre rapidement mais je ne sais pas, j’hésite, je réfléchis. Ce n’est pas que je sois timide mais méfiant de nature alors si tu n’y vois pas d’inconvénient je préfère garder mes distances. 
Mais nous sommes connectés, hein, c’est le principal. 

A ce propos je te félicite pour ce speed dating mondial d’un genre tout à fait inédit. Et puis cette présence sur tous les sites sociaux et associaux du monde entier. Ton abonnement a dû te coûter une blinde. 
Question célébrité tu as fait fort. En un claquement de bises et une poignée de mains, tu as battu à plate couture cette pub débile et répétitive pour un régime amaigrissant. 
Grâce à toi certains politiques s’imaginent en médecins qu’ils ne seront jamais et donnent des avis médicaux, le doigt posé sur la gâchette « mesure d’exception définitive. ». 
Grâce à ton intervention auprès de notre bien aimé préfet nous avons maintenant un couvre-feu. Faut dire que j’habite une toute petite ville ou des gens ont vu des gens qui ont vu des gens indisciplinés. 

Tout ça pour te dire qu’hier c’était mon anniversaire (oui j’imagine que tu t’en souvenais). Comme promis je te fais un petit compte rendu. Tout s’est passé exactement comme tu me l’avais suggéré. Une ambiance, tu n’imagines même pas. 
J’ai respecté à la lettre tes conseils finaux. 
Tout d’abord personne n’est venu et ça c’est génial, je n’avais jamais vécu une telle solitude, expérience inoubliable. Faut dire que je n’avais invité personne. Hanté depuis quelques mois à l’idée de changer de dizaine j’espérais sans le dire qu’on ne vienne pas me déranger à l’improviste pour me hurler dans les oreilles avec banderoles et drapeaux : 
Joyeux anniversaire, tu verras on s’y fait, c’est dur au début mais on oublie, etc.

Je dois dire que j’ai été gâté au-delà de toutes attentes. Un vrai trek dans le désert du confinement.

Le plus génial dans tout cela, votre majesté cher Covid c’est que tout ce que j’avais acheté pour l’occase n’a pas été consommé. 
J’ai de quoi me torcher le cul pour au moins 1 an. Au passage j’ai découvert que finalement au temps du coronavirus péter en public était moins dangereux que de postillonner. 
Je te laisse méditer là-dessus.

Avec ma réserve de filtres à cafés et mes 6 km d’élastique j’ai de quoi me transformer en canard muet pour mes sorties avec attestation jusqu’au prochain carnaval. 
Avant, il m’arrivait de me forcer un peu pour aller voir ma mère. Grâce à toi me voilà libéré de cette contrainte. 
Je téléphone à ma mère tous les jours et même si ses mots sont en désordre j’ai découvert avec elle qu’il y avait un autre langage fait de mots d’amour et de tendresse, pour me rapprocher d’elle et la faire naitre en pensée. 

Hier, jour de mon anniversaire je l’ai appelé à la Maison des Merveilles. 
Oui grâce à toi, je ne dirai plus jamais EHPAD mais Maison des Merveilles parce dans cette Maison il y a les Maude, Patrice, lise, Anne, Cécile, Françoise, Pascale, Jeanne etc. bref plein de princes et de princesses qui veillent sur ma maman et tous les autres voyageurs en partance vers l’autre monde.

Hier donc quand j’ai appelé, la Maison des Merveilles au temps du coronavirus, les princes et les princesses avaient ouverts les portes des appartements et tout le monde chantait chacun chez soi et tous ensemble. 
Grâce à eux je sais que ma mère ne mourra peut-être pas pour cette fois de chagrinsolitude.

Et toi COVID19 invisible rondouillard flanqué de trompettes de la mort partout sur le corps et la gueule , je te fais indésirable et je confine comme un roi.

Une pensée pour Mr Pangolin et Mme Chauve-souris.

Tous les dragons de notre vie sont peut-être des princesses qui attendent de nous voir beaux et courageux. Toutes les choses terrifiantes ne sont peut-être que des choses sans secours qui attendent que nous les secourions.

 Rainer Maria Rilke
Gérard Potier, Comédien

Ça ira (1) fin de Louis de Joël Pommerat

Crédit photos © Gilles Vidal

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Égarée

Aujourd'hui, dimanche, l'auteure Catherine Verlaguet signe une nouvelle quelque peu coquine.
Aller à Haut