Un Feydeau débridé au Français

Place Colette, la troupe de la Comédie-Française, sous la direction de Lilo Baur, s’approprie La Puce à l’oreille de Feydeau avec gourmandise et offre un spectacle déjanté des plus désopilants. Une friandise exquise, un vaudeville parfaitement ciselé, rythmé.

Dans un décor « so » fifties imaginé par Andrew D. Edwards, rappelant en plus léché ceux de la grande époque de « Au théâtre ce soir », le couple Chandebise et leurs amis jouent à un chassé-croisé amoureux absolument savoureux. Ouvrant par mégarde un colis adressé à son mari contenant ses bretelles, la piquante Raymonde Chandebise (épatante Anna Cervinka) se persuade d’être cocufiée. Bien décidée à confronter son époux Victor-Emmanuel (impayable Serge Bagdassarian), avec sa meilleure amie Lucienne Homénidès de Histangua (extraordinaire Pauline Clément), elle concocte un poulet enflammé qui donne rendez-vous dans un hôtel de passe au supposé coureur de jupons. 

Le plan a des ratés. La machine s’enraye. Rien ne se passe comme prévu, On est chez Feydeau. Les quiproquos, les malentendus et les situations rocambolesques s’enchaînent à un rythme effréné. Les rires fusent. C’est du boulevard de haut vol mené tambour battant par la mise en scène resserrée, vive de la Suisse Lilo Baur, qui a transposé l’action dans un chalet enneigé. Rien n’est laissé au hasard, des entrechats pour passer au-dessus de la tête de fauve, transformée en carpette, aux pas de deux des comédiens pour changer de décor sur de la musique yéyé, tout est parfaitement huilé. 

Dès les premières minutes, on est scotché au siège, hilare. Les pantomimes de Jean Chevalier, les grimaces clownesques de Thierry Hancisse, les airs de pas-y-toucher de Serge Bagdassarian, la grâce irradiante d’Anna Cervinka, le potentiel comique de la lumineuse Pauline Clément, la voix rauque de Cécile Brune, Les expressions ahuries de Nicolas Lormeau, les espiègleries d’Alexandre Pavloff, le charme maladroit de Sébastien Pouderoux et surtout les facéties hispanisantes de Jérémy Lopez font un effet bœuf. Pas un instant de relâche pour nos zygomatiques, pas un moment de baisse d’énergie, c’est un chef d’œuvre d’orfèvrerie comique, une Rolls Royce de la drôlerie. 

Avec cette Puce à l’oreille exquise, le Français ouvre la saison sur de très favorables augures. Courrez-y, c’est tout simplement délicieux. Ou allez au cinéma à 20h15, le 17 octobre prochain, le spectacle sera retransmis en direct dans plus de 200 salles à travers la France.

Un coup de cœur sans conteste qui permet aussi de découvrir dans un rôle d’un américain pas piqué des hannetons, la toute nouvelle recrue de la troupe, le prometteur Birane Ba. Burlesque à souhait !

Olivier Fregaville-Gratian d’Amore


La puce à l’oreille de Georges Feydeau
La Comédie Française – Salle Richelieu
1, place Colette
75001 Paris
Jusqu’au 23 février 2020
Du mercredi au samedi à 20h30 et le dimanche à 14h30
Durée 2h15 environ 

Mise en scène de Lilo Baur
Avec Thierry Hancisse, Cécile Brune, Alexandre Pavloff, Serge Bagdassarian, Bakary Sangaré, Nicolas Lormeau, Jérémy Lopez, Sébastien Pouderoux, Anna Cervinka, Pauline Clément, Jean Chevalier, Elise Lhomeau, Birane Ba et les comédiens de l’Académie de la Comédie-Française Camille Seitz, Aksel Carrez, Michaël Pélissier et Nicolas Verdier. 
Scénographie d’Andrew D Edwards
Costumes d’Agnès Falque
Lumières de Fabrice Kebour
Musique originale et concept sonore de Mich Ochowiak
Réglage des mouvements de Joan Bellviure
Maquillages de Carole Anquetil
Collaboration artistique Katia Flouest-Sell

Crédit photos © Brigitte Enguérand, coll. Comédie-Française

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Chroniques

Sacré Candide !

Arnaud Meunier donne vie à Candide à la comédie de Saint-Etienne.
Go to Top