Sexe, drogue et solitude

Récit d’une vie, d’un milieu, Dans ma chambre de Guillaume Dustan prend vie intensément, crument sur la scène du Petit-Saint-Martin. Adaptée, mise en scène et interprétée par le jeune Hugues Jourdain, cette radiographie autobiographique d’une époque, celle des années sida, résonne dans le monde actuel avec une acuité sidérante. 

Dans la pénombre, une silhouette apparaît. Un faisceau de lumières éclaire le visage juvénile d’un jeune homme (épatant Hugues Jourdain). Face à un micro qui amplifie sa voix, il livre le récit cru, sans fard, de sa vie de gay parisien. Comme un poisson dans l’eau, il navigue dans les eaux troubles d’une communauté qui a ses codes de rencontres, ses lieux de drague, ses pratiques sexuelles. 

Haut fonctionnaire le jour, Guillaume Dustan est un oiseau de nuit, un obsédé, de la baise, celle qui lui fera oublier son quotidien pépère, sa solitude, son manque d’amour réciproque. Tout est bon pour le coup du siècle, celui qui le mènera au 7ème ciel. Sado-masochiste à ses heures, pratiquant le hard, mais ne refusant pas les parties de jambes en l’air plus classiques avec des bouts de sentiments dedans. Si le sida, ses morts, planent comme une ombre noire au-dessus de ses relations d’un soir, de ses histoires de cœur, rien n’arrête ce besoin viscéral de combler le vide en surconsommant drogue et sexe. 

D’un plan cul à un autre, du grand amour de sa vie, totalement schizophrène, à un amant de passage, notre gay en goguette creuse le sillon de sa vie, jusqu’à la lie, jusqu’à l’épuisement. Sans pudeur aucune, sans limite, il s’épanche, ne nous épargne rien de ses tourments, de ses parties fines, de ce qui le fait bander, triquer, le sexe sans capote. 

S’emparant de ce premier roman, Hugues Jourdain signe un spectacle fort, puissant qui non seulement s’ancre dans une époque, mais révèle aussi les failles d’une communauté gay contemporaine qui se bat toujours pour exister, pour affirmer sa place au sein de la société. Certes, le sida ne tue plus, mais la solitude, les plans culs à répétition, les coups de foudre d’un soir, qui s’évaporent au matin. À peine sortie du Conservatoire, le jeune comédien livre une adaptation brillante de ce récit autobiographique, une interprétation habitée de Dustan l’auteur, l’homme non le polémiste, le provocateur invité pour donner du piment aux émissions d’Ardisson le samedi soir. 

Saluons l’audace de Jean Robert-Charrier directeur du Petit-Saint-Martin de programmer ce spectacle intime, hard, interdit au moins de 16 ans, d’encourager le talent brut de cet artiste de 23 ans. Hugues Jourdain, retenons ce nom, brûle les planches en nous invitant Dans sa chambre et se mettant en nu. Bravo ! 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


Dans ma chambre de Guillaume Dustan
Théâtre du Petit-Saint-Martin
17 rue René Boulanger
75010 Paris
à partir du 25 mai 2019
les samedis à 19h00 et les dimanches à 18h00
durée 1h10

Adaptation, mise en scène, interprétation d’Hugues Jourdain
Création musicale d’Exitt & Samuel Hecker

Crédit photos © Christophe Raynaud de Lage

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Chroniques

Burn out & Cie

Au théâtre des Carmes, Antoine Gouy est la victime sacrificiel du

Instinct de survie

Au 11. Gilgamesh Belleville, Catherine Germain nous invite à un visite bien
Go to Top