La machine de Turing ou la vraie histoire d’une vie hors du commun

Print Friendly, PDF & Email
AFF_LaMachineTuring-affsite_1_@loeildoliv

Au théâtre Actuel, Benoit Solès met en marche La machine de Turung

L’excitation monte, les mots butent, sortent saccadés. Sourire béat, l’homme-enfant, le héros de guerre, à qui on refuse la reconnaissance pour raison d’Etat, est rattrapé par ses amours singulières, son intelligence hors-norme, sa différence. Plongeant à corps perdu dans la vie d’Alan Turing, Benoit Solès signe un hommage vibrant, bouleversant au mathématicien de génie. Captivant !

Le cliquetis des rouages, des engrenages, résonne dans le silence. Au fond de la scène, sur un écran géant, elle est là, bien huilée La machine de Turing. Elle tourne à plein régime. Sans arrêt, sans relâche, elle cherche à décrypter Enigma, l’infernal appareil qui permet à l’armée allemande de chiffrer les ordres d’Hitler. À son instar, son créateur, Alan Turing (intense Benoit Solès) court après la vie, l’amour. Enfermé dans un monde où logique et science mathématique régissent tout, il est longtemps la risée, le souffre-douleur de ses camarades d’école. Seul le beau et charmant Christopher comprend le génie qui se cache derrière ce garçon maladroit, un peu trop franc. Ami, confident, il sera son premier et seul amour. Sa mort prématurée marquera au fer rouge l’existence du jeune génie, qui cherchera dans ses « machines à penser » à recréer l’âme de son compagnon perdu.

Turing Canal St ©Fabienne Rappenneau_@loeildoliv

Alan Turing (Benoit Solès) et son amant (Amaury de Crayancour) © Fabienne Rappeneau

C’est un fait divers des plus banaux, un cambriolage, qui va exposer son intimité à la face du monde. Soupçonné d’être un agent soviétique, sa vie va être disséquée dans les moindres détails par le suspicieux et compréhensif sergent Morse (épatant Amaury de Crayancour). Ne pensant pas à mal, oubliant la loi des hommes, Alan Turing, va dénoncer son dernier amant, un beau jeune homme croisé dans un lieu de rencontre. Mais on est en Angleterre en 1952, l’homosexualité est un fait passible de prison ou de castration chimique. Entre une vie où il ne pourrait plus travailler, continuer sa quête et une autre où son corps sera violenté, abîmé par des hormones, le choix est fait. Christopher à jamais.

Remontant le fil de cette existence fascinante, Benoit Solès esquisse avec finesse le portrait d’un homme qui vit en parallèle d’une société qui l’a mis au ban, d’un savant fou, un brin autiste, qui a bien du mal à communiquer avec ses semblables.  Il conte en filigrane l’histoire en clair-obscur d’un héros. Sans pathos, avec quelques ellipses, Tristan Petitgirard met en scène le récit d’un drame intime, d’un amour perdu qui va conditionner son avenir. les deux complices rendent hommage à ce génie peu connu, réhabilité il y a peu par la Reine d’Angleterre.

Turing procès_theatre actuel_Fabienne Rappeneau_web_@loeildoliv

Le procès, un moment douloureux pour Alan Turing © Fabienne Rappeneau

Habité par ce personnage à l’âme pur qui le fascine, Benoit Solès est Alan Turing, dans tout sa vélocité, son empressement à partager tout ce qu’il a dans la tête. Face à lui, Amaury de Crayencour campe tous les autres personnages. Amant, policier, collègues, il joue sur tous les registres avec une aisance confondante.

Laissez vous embarquer par le tourbillon de la vie, séduire par ce grand enfant rêvant d’être Blanche Neige et de retrouver son prince charmant et (re)découvrez Alan Turing, ses souffrances, ses vérités, ses passions.

Par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

La Machine de Turin de Benoit Solès
Festival d’Avignon Le OFF
Théâtre actuel
Rue Guillaume Puy
84000 Avignon
jusqu’au 29 juillet 2018
tous les jours à 12h05
durée : 1h20

Mise en scène de Tristan Petitgirard
Avec Benoit Solès et Amaury de Crayencour
Décor : Olivier Prost
Lumières : Denis Schlepp
Musique : Romain Trouillet
Vidéo : Mathias Delfau
Costumes : Virginie H
Assistante à la mise en scène : Anne Plantey
Enregistrement violoncelle solo : René Benedetti
Voix off : Bernard Malaka et Jérémy Prévost

Vous souhaitez partager un commentaire?