Paris OFF Festival. Village Paradol. Théâtre 14. © théâtre 14

Paris OFF Festival, un souffle d’Avignon au théâtre 14

Nous n’irons pas dans la Cité des Papes cette année, mais le plus grand festival du théâtre du monde investit pour quelques jours le Théâtre 14. Porté par une fougue, un désir de fou de montrer à nouveau du spectacle vivant, la toute jeune équipe du théâtre municipal parisien invite à découvrir, une semaine durant, une quinzaine de spectacles programmés dans le OFF d’Avignon. Cap sur Paris OFF festival ! 

Le soleil darde ses rayons sur les rues du quatorzième arrondissement du Paris, entre le boulevard Brune et l’avenue Marc Sangnier. Une foule se presse passage Paradol. Quelques paillotes s’y sont installées pour offrir aux festivaliers en manque d’Avignon un Pac à l’eau, un verre de rosé piscine ou un jus de gingembre. Des transats attendent d’être occupés par quelques théâtreux entre deux spectacles. Des affiches collées sur des cartons virevoltent suivant les aléas d’un léger zef. On dirait le sud, manque juste le chant des cigales, et l’illusion serait parfaite. 

Une réponse artistique à la pandémie
Elle pas princesse, lui pas héros de Magali Mougel. Mise en scène Johanny bert. Théâtre 14. Mathieu Touzé. © OFGDA

Blondeur surnaturelle pour l’un, lacets dorés pour l’autre, Mathieu Touzé et Edouard Chapot, les deux nouveaux directeurs du Théâtre 14, sont sur le pont. Ils ont une revanche à prendre sur la covid-19. Cette saleté de virus a interrompu net, après à peine deux mois, leur première saison à la tête du lieu. Depuis, avec leur équipe, leurs artistes associés, ils ne cessent de multiplier les initiatives, lectures pendant le confinement, premier à rouvrir leur salle en présentant, Elle pas princesse, lui pas héros de Magali Mougel, un spectacle pour 7 spectateurs, mis en scène par Johanny Bert

Avignon à Paris

Très vite après l’annonce de l’annulation du Festival OFF d’Avignon, pour nos deux acolytes, il est important d’agir, de trouver une solution pour redonner du corps au spectacle vivant quelque peu anémié et permettre à quelques compagnies de montrer leur travail, de jouer tout simplement. Comment faire exister, même de manière succincte et éphémère, en évènement monstre, qui deux années de suite, a permis à Mathieu Touzé de présenter avec un certain succès son Garçon d’Italie, d’après le roman de Philippe Besson ? Tout simplement en imaginant un festival de poche riche de quinze spectacles, programmé initialement au OFF d’Avignon, répartis sur deux salles. Au cœur de cet été un peu orphelin de festivités théâtrales, le théâtre 14 réussit le tour de force de faire 42 levers de rideau en moins d’une semaine. 

Des spectacles pour tous
Dominique Frot dans 
L’ordre du jour d'après le récit d’Eric Vuillard. © Guy Delahaye

En matinée, sont programmés des spectacles pour enfants, comme Spécimens de Nathalie Besnard, un conte sur les premiers émois amoureux, ou l’étrange fable de Rose-Ronce de Lucie Gougat, l’histoire d’une petite fille qui recherche son père, un bandit notoire. Un peu plus tard dans la journée, il est possible d’aller à la rencontre de Lucia J., la fille un peu dérangée de l’auteur James Joyce, dont l’auteur Eugène Durif, signe un portrait burlesque, voire grotesque, ou de découvrir les dessous nazis de la Seconde Guerre mondiale, croqués par Eric Vuillard et racontés par Dominique Frot. Le soir, la température monte, le burlesque s’invite au théâtre avec le 32, cabaret conçu La Big Bertha, Philippe d’Avilla et Ariane Carmin, Le kitsh féministe avec Ultra-girl contre Schopenhauer de Cédric Rouillat.

Des pépites

Certains spectacles sont encore frais et demandent à être retravaillés, resserrés. D’autres par contre ont déjà montré leur qualité. C’est le cas de La Cicatrice de Bruce Lowery, interprétée par l‘épatant Vincent Menjou-Cortes et D’Etienne A. de Florian Pâque, avec l’excellent Nicolas Schmitt – reprise à la rentrée à la Scala-Paris. Deux seul-en-scène vibrants et percutants à qui l’on souhaite longue et belle vie.

Avec des tarifs libres et solidaires et des règles sanitaires respectées à la lettre, cette minuscule édition d’Avignon à Paname montre la réactivité d’un secteur culturel plein d’espoir et de volonté pour un avenir radieux et combatif.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Paris Off Festival
Jusqu’au 18 juillet 2020
Théâtre 14
avenue Marc Sangnier
75014 Paris

Crédit photos © Théâtre 14, © OFGDA, © Guy Delahaye et © Xavier Cantat

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut