Le jeu de l'amour et du hasard - Frédéric Cherbœuf © Mcaelicia
© Mcaelicia

Les lumières de Marivaux continuent à éclairer notre monde

Au Lucernaire, Frédéric Cherbœuf met en scène remarquablement Le jeu de l’amour et du hasard avec une troupe de jeunes comédiennes et comédiens de grands talents.

Frédéric Cherbœuf nous offre une version magnifique du Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux. Grâce à lui, les artifices du badinage éclate de mille feux. Il a placé l’intrigue dans une grange décorée en guinguette. On peut imaginer qu’elle se situe au fond du jardin d’une demeure bien bourgeoise et qu’elle est l’endroit de leurs divertissements. Tel une mise en abîme, le metteur en scène y fait évoluer les personnages qui, on vous le rappelle, se travestissent pour jouer un autre rôle que le leur, sous le regard du père et de son fils. Durant toute la représentation, lorsqu’ils n’ont pas à être sur scène, ces « deux spectateurs » sont dans la salle, à nos côtés, prenant, comme nous, bien du plaisir à regarder marivauder ces jeunes gens en quête de vérité.

Le jeu de l'amour et du hasard - Frédéric Cherbœuf © Mcaelicia
© Mcaelicia

Quand Silvia apprend que son père lui a trouvé un prétendant de bonne famille, elle s’inquiète un peu. Car l’amour est « une bagatelle qui vaut bien qu’on y pense. » Va-t-il savoir l’aimer correctement et sincèrement ? Avec l’accord de son paternel, elle décide alors d’échanger sa place avec celle de sa soubrette. Ainsi, elle pourra en toute liberté observer le comportement de son promis et le mettre à l’épreuve. Comme il n’y a pas de hasard, celui-ci, a eu exactement la même idée. Il s’ensuivra toutes une série de quiproquos, de disputes et de rebondissements.

L’intemporalité de cette pièce se trouve dans ses thèmes. Le premier est bien sûr l’amour. Est-il naturel ou culturel ? Et donc ainsi sincère ? Le second est politique. L’amour peut-il ignorer les barrières sociales ? Le troisième psychologique. On aime une personne pour ce qu’elle est ou pour ce qu’elle paraît ? Quel que soit le siècle, ces questions ont toujours court ! Pour bien accentuer cette modernité, les costumes sont contemporains. Salopette pour Silvia, marcel pour Dorante, belle robe de marié pour Lisette, costume rouge flamboyant très ridicule pour Arlequin. Quand Sylvia revêt son véritable habit, c’est un tailleur pour femme. Soulignant ainsi que, par son discours et ses réflexions, cette jeune fille du passé était bien en avance sur son époque !

Le jeu de l'amour et du hasard - Frédéric Cherbœuf © Mcaelicia
© Mcaelicia

La langue de Marivaux est sublime. Les comédiennes et comédiens la font résonner avec bonheur. Incarnant avec beaucoup de tendresse la figure paternelle protectrice, l’épatant Matthieu Gambier est Orgon. Tel un Monsieur Loyal, il dirige du haut de son expérience, l’aventure de ces petits jeunes. Retenez bien leurs noms, Adib Cheikhi (Dorante), Lucile Jehel (Silvia), Justine Teulié (Lisette, en alternance avec Camille Blouet), Dennis Mader (Arlequin), Jérémy Guilain (Mario), car ces anciens élèves du cours Florent font honneur à leur professeur Frédéric Cherbœuf. Ayant l’esprit de troupe et le talent, ils ont toutes les qualités nécessaires pour entrer à la Comédie-Française. Tout a fait enthousiasmant !


Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux
Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs
Jusqu’au 24 mars 2024.
Durée 1h25.

Mise en scène de Frédéric Cherbœuf assisté d’Antoine Legras.
Avec Adib Cheikhi, Matthieu Gambier ou Frédéric Cherbœuf, Jérémie Guilain, Lucile Jehel, Dennis Mader, Justine Teulié ou Camille Blouet.
Collaboration artistique à la mise en scène de Adib Cheikhi.
Lumières de Tom Klefstad.
Création sonore de Stéphanie Vérissimo.
Costumes d’Émilie Malfaisan.
Scénographie de Frédéric Cherbœuf et Adib Cheikhi.
Construction décor Matthieu Gambier.

Bande annonce Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, mise en scène de Frédéric Cherbœuf © Collectif l’émeute
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Contact Form Powered By : XYZScripts.com