Encore heureux, Nobody’s perfect !

Noboddy's perfect © Valentin Morel

C’est à la Manekine, scène intermédiaire des Hauts-de-France, dirigée par Pascal Reverte (I feel Good, Peut-être Nadia), que nous avons découvert en avant-première le spectacle d’Aude Léger, artiste associée. La comédienne, autrice et metteuse en scène possède un univers bien particulier, dans lequel esprit et poésie s’entrecroisent. Son nouveau spectacle, aux saveurs délicates d’une madeleine de Proust, nous a bouleversé.

« Nobody’s perfect » est la phrase finale du film de Certains l’aime chaud de Billy Wilder. Ne pas être parfait, c’est ce qui fait la richesse de l’être humain qui se construit sur ses failles. Perdre son père à l’aube de sa jeunesse est une blessure qui ne se cicatrise jamais. Il n’y aura jamais de dialogue entre l’enfant devenu adulte et son géniteur vieillissant. Il n’y aura plus ce regard bienveillant, protecteur, intrusif parfois, agaçant de temps à autre, posé sur nous… On apprend à faire avec, à se dire que c’est ainsi. Et puis un jour, cela vous saute à la gorge et ce que l’on a enfoui doit ressortir.

Aude Léger a 22 ans lorsque son père meurt d’un cancer du poumon. « Pendant longtemps, j’ai oublié la mort de mon père, et puis un jour ça m’est revenu ». C’est par ces mots que commence son spectacle. La comédienne va alors dérouler le fil de sa mémoire et tisser la trame de son récit sur cette période de son existence. Rien de mieux que la mort pour évoquer la vie. C’est pour ça qu’elle vaut la peine d’être vécue. Entre rire et émotion, on suit avec plaisir son histoire qui se reflète souvent dans nos miroirs internes.

Son spectacle, conçu avec le musicien Philippe Bégin, dont la présence sur le plateau apporte un beau souffle, et le metteur en scène Pascal Reverte, est une invitation aux jeux les plus variés. Comme à celui du marabout-bout de ficelle (selle de cheval, cheval de course…), les images s’enchaînent, une idée en amenant une autre. L’action est centrée dans un espace délimité par des bandes blanches. Au fur et à mesure, ce ring imaginaire se remplit d’un fouillis bien agencé fait d’objets, de tissus, de fleurs, d’arbre. Les paysages intérieurs d’Aude Léger nous touchent par leur beauté. Bravo !

Marie-Céline Nivière

Nobody’s perfect
Les Déchargeurs
3 rue des Déchargeurs
75001 Paris.
Du 8 au 31 janvier 2023.
Dimanche, lundi et mardi à 19h.
Durée 1h10.

Imaginé et interprété par Aude Léger et Philippe Bégin.
Ecrit par Aude Léger et Philippe Bégin avec Pascal Reverte.
Mise en scène dePascal Reverte
Musique et création sonore de Philippe Bégin
Scénographie et accessoires Jane Joyet.

Crédit photo © Valentin Morel.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.