ATK fait danser Bach again

Les six concertos brandebourgeois- Bach Anne Teresa de Keersmaeker - © anne Van Aerrschot

À la Villette, dans le cadre du Festival d’automne à Paris, la chorégraphe belge présente, en collaboration avec l’ensemble B’Rock, les six concertos brandebourgeois, pièce créée en 2018 autour d’une des plus fameuses œuvres de son compositeur de prédilection.

Devant la scène vide, pupitres et instruments attendent impassibles au brouhaha des spectateurs que les musiciens fassent leur entrée. La salle est comble, plus une place n’est libre. Anne Teresa de Keersmaeker attire les foules. Les passionnés, bien sûr, mais aussi les curieux, les novices, histoire de se faire une idée, de voir une œuvre de l’une des figures majeures de la danse contemporaine. Enfants, parents, amis se retrouvent pour se laisser porter par la musique de Bach, par l’interprétation chorégraphique qu’en fait l’artiste belge. 

Une musique compagnonne
Les six concertos brandebourgeois- Bach Anne Teresa de Keersmaeker - © anne Van Aerrschot

Depuis longtemps l’œuvre du compositeur allemand irrigue le travail de la chorégraphe. Fugues, suites, partitas, elle en connaît les moindres notes, en explore les modulations, en interprète les mouvements. En 1980, alors qu’elle est étudiante à New York et qu’elle prépare un de ses premiers soli, Violin Phase sur une musique de Steve ReichAnne Teresa de Keersmaeker se nourrit des entêtants concertos brandebourgeois, de leurs grandes diversités de formes, de genres empruntant autant au style italien, français, moderne qu’ancien. Rien de plus normal, qu’elle finisse par s’en emparer, d’en donner une lecture chorégraphique pour seize interprètes.

Un ballet noir

S’appuyant sur le travail musical virtuose de l’ensemble baroque B’Rock, dirigée par la violoniste Amandine Beyer, complice de longue date de l’artiste belge, Anne Teresa de Keersmaeker écrit une partition chorégraphique, sorte de pendant contemporain au classique ballet blanc, fait de marche cadencée suivant la ligne de basse des concertos, de gestuelles géométriques, de jambes tendues, de sauts arrière, de bras tranchant l’air, de roulades, de mouvements au cordeau. L’ensemble est matiné de sa patte, de sa grammaire si particulière, de sa manière radicale de s’appuyer sur la musique pour construire son langage chorégraphique. Vêtus de noir, de bermudas, de costumes, de tee-shirts transparents, de robes vaporeuses, de vestes cintrées, les seize interprètes d’âges différents habitent l’espace, prolongent les vibrations des instruments à cordes, les sonorités du clavecin. 

Tout est réuni pour que ces Concertos brandebourgeois emportent l’adhésion du public, l’invite à un voyage euphorisant, fascinant. Malheureusement, l’ensemble ne prend pas tout à fait. Si musique et danse se conjuguent magnifiquement, la distribution, peu homogène, n’arrive pas à en donner la pleine intensité. Dommage ! 

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Les six concertos brandebourgeois d’Anne Teresa de Keersmaeker
Première mondiale 12 septembre 2018, Volksbühne (Berlin)
Grande Halle de la Villette
211, avenue Jean Jaurés
75019 Paris
jusqu’au 23 décembre 2022
Durée 2h00

Chorégraphie d’Anne Teresa De Keersmaeker 
Création avec et interprétation par Boštjan Antončič, Carlos Garbin, Frank Gizycki, Marie Goudot, Robin Haghi, Cynthia Loemij, Mark Lorimer, Michaël Pomero, Jason Respilieux, Igor Shyshko, Luka Švajda, Jakub Truszkowski, Thomas Vantuycom, Samantha van Wissen, Sandy Williams, Sue Yeon Youn 
Musique de Johann Sebastian Bach, Brandenburgische Konzerte, BWV 1046–1051 
Direction musicale création – Amandine Beyer 
Direction musicale représentations La Villette – Cecilia Bernardini 
Musiciens B’Rock Orchestra Violon Cecilia Bernardini (solo), Jivka Kaltcheva, David Wish Alto Manuela Bucher, Luc Gysbregts, Marta Páramo Violoncelle Frédéric Baldassare, Julien Barre, Rebecca Rosen Contrebasse Tom Devaere Traverso Manuel Granatiero Hautbois Jon Olaberria, Marcel Ponseele, Stefaan Verdegem Basson Tomasz Wesolowski Trompette Bruno Fernandes Cor Bart Aerbeydt, Milo Maestri Flûte à bec Manuela Bucher, Bart Coen Clavecin Andreas Küppers 
Annonces – Ekaterina Varfolomeeva 
Chien Ayla 3000 
Costumes d’An D’Huys 
Scénographie et lumières de Jan Versweyveld 
Dramaturgie de Jan Vandenhouwe 
Assistants artistiques – Femke Gyselinck, Michaël Pomero 
Assistante à la direction artistique – Martine Lange 
Coordination artistique et planning – Anne Van Aerschot 
Conseil musical – Kees van Houten 
Aide à l’analyse musicale – Ekachai Maskulrat, Juan María Braceras 
Assistants scénographie et lumières – François Thouret, Pascal Leboucq 
Chef costumière – Alexandra Verschueren assistée par Els Van Buggenhout 
Costumières – Charles Gisèle, Ester Manas, Maria Eva Rodrigues-Reyes, Viviane Coubergs 
Habillage – Ella De Vos, Emma Zune 
Direction technique – Freek Boey 
Techniciens – Jan Balfoort, Quentin Maes, Thibault Rottiers, Michael Smets

Crédit photos © Anne Van Aerschot

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.