/

La mémoire de Paul ne veut pas flancher

Les mémoires de Paul Palandin au Théâtre des Béliers ©DR

C’est au Théâtre Lepic, lors du festival des mises en capsules en 2019, que nous avions découvert les esquisses des Mémoires de Paul Palandin, premier texte du comédien Grégory Corre. C’est toujours dans ce charmant théâtre montmartrois, que la version longue a été présentée en avant-première en juin dernier, avant d’arriver aux Béliers pour tout juillet. Le projet nous a tout autant séduit, gagnant dans la longueur, ce petit goût doux et sucré qui fait fondre le cœur.

Paul est un type ordinaire. Il a été heureux. Et puis, quelque chose à dérégler sa vie. Sujet banal, pensez-vous ? Mais si courant, allons-nous dire. Qu’est-ce qu’on fait avec le malheur ? Quand celui-ci vous fait basculer dans l’obscurité ? Certains s’accrochent comme ils peuvent et d’autres sombre. Paul lui va faire jouer sa mémoire. La construction du texte de Grégory Corre est surprenante, détonante, nous entraînant dans les méandres des souvenirs d’un homme en perdition. On ne sait jamais pourquoi certains reviennent et d’autres se modifient. Paul a un trou de mémoire et il adore plonger dedans, s’y noyer. C’est son unique moyen de s’en sortir.

Ce conte kaléidoscopique est très beau, très poétique et aussi très drôle. Astucieusement mis en scène conjointement par Christophe Canard et Constante Carrelet, les tableaux se répondent avec délicatesse et efficacité. On est happé par le fil que déroule le récit fragmenté du héros. Comme on a aimé l’interprétation toute en finesse de Johann Dionnet, qui donne une belle densité à Paul. Lætitia Vercken, Sandra Colombo et Yannick Mazzilli sont comme toujours épatants. Et dans le personnage incongru, de la pianiste aveugle, Emmanuelle Bougerol est impayable. On rit, on est ému, que demander de plus !

Marie-Céline Nivière

Les mémoires de Paul Palandin de Grégory Corre.
Festival Avignon Off Les Béliers Avignon (salle 2).
53 rue du Portail Magnanen 84000 Avignon.
Du 7 au 30 juillet 2022 à 16h, relâche les 12, 19, 26 juillet.
Durée 1h20.

Mise en scène de Christophe Canard, Constance Carrelet
Avec Johann Dionnet, Laetitia Vercken, Yannik Mazzilli, Sandra Colombo, Emmanuelle Bougerol.

Création Lumières de
Nathan Sebbagh.
Costumes de Chloé Boutry.
Musique et création Sonore de Raphaël Alazraki.

Crédit photo ©DR

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.