/

Martine à la plage, conte burlesque d’une ado érotomane

Martine à la plage d'après le roman de Simon Boulerice -  Mise en scène d' Alban Coulaud © Thierry Laporte

À l’Artéphile, chaque spectacle est une découverte, une invitation à des ailleurs fantasmés, timbrés voire complètement barrés. En adaptant Martine à la plage, roman tragicomique et aquatique du Québécois Simon Boulerice, qui prend à contre-pied la fameuse BD enfantine, Alban Coulaud joue les équilibristes et plonge avec délice dans les délires d’une ado au physique ingrat rêvant de romances folles, sirupeuses , dégoulinantes. 

Dans le noir, une voix s’élève, entonne Pour que tu m’aimes encore de Céline Dion dans une version plus lente, plus langoureuse que l’original. Le voyage a commencé. Loin d’Avignon, loin de toute réalité, le spectateur plonge dans les pensées les plus intimes de Martine, une fille d’une quinzaine d’années mal aimée et débordante d’imagination. Son seul passe-temps consiste à converser avec les fantômes d’artistes décédés de mort violente. Ses deux meilleures amies sont Jayne Mansfield, actrice morte la boite crânienne enfoncée dans un accident de voiture, et Karen Carpenter, la chanteuse et batteuse des Carpenters, qui est décédée des suites d’une forme grave d’anorexie. Plutôt looseuse, elle végète dans sa vie de lycéenne, voit flou jusqu’au jour où son optométriste de voisin, aux faux airs de Tom Selleck, version Magnum albinos et chauve, lui prescrit des lunettes magiques. 

Son esprit galope, s’emballe, rêve l’impossible. Elle tombe totalement sous le charme du père de famille et s’imagine être aimée en retour. Petit à petit, le vernis craque, l’esprit vacille, le récit flirte avec l’absurde. Portée par la comédienne Élise Hôte, la chanteuse Santana Aguemon et l’artiste Sylvain RigalMartine à la plage prend corps au plateau. Encore fragile, en cette après-midi d’avant-première, le spectacle devrait au contact du public s’affiner, affirmer sa folie douce, son ton décalé. Une gourmandise acidulée qui vire au cauchemar abracadabrant, à la fable noire !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – Envoyé Spécial à Avignon 

Martine à la plage d’après le roman de Simon Boulerice (éditions La Mèche – Québec)
Festival OFF Avignon
L’Artéphile
7, rue du Bourg Neuf
84 000 Avignon
Du 7 au 26 juillet 2022 à 16h
durée à 1h05

Adaptation, mise en scène et scénographie d’Alban Coulaud
Cie Onavio
Avec Elise Hôte, Santana Aguemon, Sylvain Rigal, et les voix d’Alexandre Mange et Juline Thibau
Musique originale Claap!
 Vidéo VJ Drone
Direction technique et régie son – Simon Chapellas
Création et régie lumière, régie vidéo d’Alexandre Mange

Crédit photos © Thierry Laporte

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.