Ubu, « Reine » des cabarettistes

Ubu cabaret de Lambert-wild – Malaguerra & Associés - © Tristan Jeanne-Valès

Aux Halles de Schaerbeek, transformée pour l’occasion en taverne « queer », Jean Lambert-wild, avec la complicité de Lorenzo Malaguerra et de Jérôme Marin, alias « Mister K », revisite follement, magistralement l’œuvre phare d’Alfred Jarry en une fête fantasmagorique des plus débridées. 

Le soleil n’est pas couché que déjà d’étranges créatures, maquillées de chatoyantes paillettes, perchées sur de hauts talons et portant frou-frous et autres robes bariolées, déambulent devant l’entrée de l’ancien marché couvert Sainte-Marie, devenu depuis 1997 un incontournable lieu de la vie culturelle bruxelloise. Donnant un avant-goût, du spectacle à venir, les cabarettistes du Secret, dernier-né des spectacles nocturnes et festifs de Paris, font le show, accueillent avec générosité et mordant les spectateurs. Le ton est donné. Folle extravagance, détonante absurdité et loufoquerie burlesque seront les maîtres mots de la ´ soirée définitivement « queer ». 

Ubu est mort, vive Ubu
Ubu cabaret de Lambert-wild – Malaguerra & Associés - © Tristan Jeanne-Valès

Le célèbre et infatué despote d’Alfred Jarry n’est plus. Son peuple, sous le choc, pleure à grosses larmes. De la Big Bertha (Loïc Assemat), cuisinière déchainée embrassant à pleine bouche une tête de cochon, à la Conscience (Jérôme Marin) traînant sa malicieuse mélancolie d’un bout à l’autre du plateau rappelant quelques pistes de cirque, en passant par un évêque disjoncté follement habité par la décalée Miss Tampon (Sylvain Dufour) et par l’Esprit nouveau (Jean Lambert-wild), incarné par le clown Granblanc, dont chaque phrase commence facétieusement autant que fallacieusement par le leitmotiv « Mesdames et messieurs et saveurs entre deux », tous évoquent à leur manière grandiloquente ou perfide celui qu’ils n’appelaient que père Ubu. 

Le cabaret, c’est la vie 
Ubu cabaret de Lambert-wild – Malaguerra & Associés © Tristan Jeanne-Valès

En déconstruisant l’œuvre iconoclaste de Jarry, en l’amenant sur des terrains hors normes dépassant le simple cadre théâtral, Jean Lambert-wild et Catherine Lefeuvre s’attachent avec beaucoup d’ingéniosité à lui redonner vie, à faire entendre sa poésie décalée, sa belle radicalité. Au-delà des mots, c’est en conjuguant au plateau l’art du mime, du cirque, de l’improvisation et du cabaret, que le metteur en scène et ses acolytes menés par Jérôme Marin, insufflent à cette cérémonie funèbre, véritable show débridé, toute son extravagance. Jouant sur l’absurdité surréaliste d’Ubu, faisant surgir de cour comme de jardin, un mâle jouant des muscles (Vincent Desprez), une voltigeuse de haut vol (Laura Bernocchi), une blonde siliconée aux faux airs ingénus de Marilyn Monroe (Sylvain Dufour) et un petit cheval (Sunset), ou offrant, aux spectateurs hallucinés, un effeuillage cosmique et étincelant, Ubu Cabaret défrise les neurones, décape les préjugés crasses et secoue les bien-pensances. Un feu d’artifice foutraque, cocasse et cosmique, du théâtre qui fait du bien, un art qui fait se sentir vivant !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – Envoyé spécial à Bruxelles. 

Ubu cabaret de Lambert-wild – Malaguerra & Associés - © Tristan Jeanne-Valès

Ubu cabaret de Lambert-wild – Malaguerra & Associés
Création 2022 au Grrranit de Belfort
Festival ITaK
Les Halles de Schaerbeek
rue de la Constitution 20
1030 Schaerbeek

Durée avec 2H45 avec deux entractes. 

Direction de Jean Lambert-wild & Lorenzo Malaguerra
Conseiller artistique cabarettiste – Jérôme Marin
Adaptation et écriture de Jean Lambert-wild & Catherine Lefeuvre d’après l’œuvre d’Alfred Jarry
Livret des chansons de  Loïc Assemat, Alfred Jarry, Jean Lambert-wild, Jeanne Plante, Jérôme marin
Avec Loïc Assemat ( La Big Bertha) Laura Bernocchi, Sylvain Dufour ( Miss Tampon), Vincent Desprez, Frédéric Giet, Jean Lambert-wild ( Gramblanc), Aimée Lambert-wild accompagnée du petit cheval Sunset, Jérôme Marin ( Monsieur K), Lauret Nougier, Jeanne Plante
Invité surprise – L’ours Gurshad
Lumières de Marc Laperrouze
Scénographie de Jean Lambert-wild
Conception, construction et peinture du décor de Daniel Roussel
Arrangements sonores de Bernard Amaudruz
Régie son de Maël Baudet
Régie lumière de Nicolas Martin-Prevel
Régie générale de Vincent Desprez
Assistante – Aimée Lambert-wild
Groom de piste d’Agathe Dalifard
Souquenille de Gramblanc dessinée par Stéphane Blanquet
Costumier et habilleur – Pierre-Yves Loup Forest
Réalisation de la souquenille de Gramblanc – Maximiliane, Stéphane & Pascale Richy – Le Chat botté costumier
Réalisateur vidéo – Gaël Lefeuvre

Crédit photos © Tristan Jeanne-Valès

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut