Changer l’eau des fleurs d’après le roman de Valérie Perrin Adaptation de Caroline Rochefort et Mikaël Chirinian Mise en scène de Salomé Lelouch et Mikaël Chirinian © Fabienne Rappeneau

Caroline Rochefort et Mikaël Chirinian réparent les vivants au Lepic

Continuant l’exploration de ces histoires qui font du bien à l’âme, après La liste de mes envies et Quand souffle le vent du nord, le Théâtre Lepic et Matrioshka production présentent Changer l’eau des fleurs, adaptation théâtrale du best-seller de Valérie Perrin. Un récit en forme de cœur qui rappelle qu’après un deuil, il ne faut jamais oublier de s’occuper des vivants.

On nous le dit souvent, le hasard fait bien les choses. C’est justement grâce à lui que la comédienne Caroline Rochefort, en flânant dans une librairie, est tombée sur le roman de Valérie Perrin et l’a acheté parce que le titre était beau ! Une fois la dernière page lue, elle a mis cet œuvre dans la liste de ses envies théâtrales. Elle en a parlé à Salomé Lelouch, qui connaissait bien l’auteur. Et voilà comment l’aventure a démarré. Du coup, Mikaël Chirinian entre dans la danse, cosigne l’adaptation théâtrale avec l’une et la mise en scène avec l’autre. La réunion de ces trois sensibilités forme un tout des plus réjouissants.

Entre vie et mort 

Changer l’eau des fleurs d’après le roman de Valérie Perrin
Adaptation de Caroline Rochefort et Mikaël Chirinian
Mise en scène de Salomé Lelouch et Mikaël Chirinian
 © Fabienne Rappeneau

Si le roman a touché plus d’un million de lecteurs rien qu’en France, je le dis tout de suite, je n’en faisais pas partie. Donc, mon imaginaire était un terrain neuf à conquérir. Elle est touchante l’histoire de Violette, gardienne de cimetière dans un bled paumé de Bourgogne. Elle prend à cœur son ouvrage et aime s’occuper autant des morts qui y dorment pour toujours que des vivants qui passent les voir. Elle aime les choses simples et sa vie ressemble à une douce mélodie. Y’a de la joie, chez elle. Pourtant… Il suffira d’une rencontre… Comme le soleil après l’orage, le bonheur peut surgir après le deuil. Si douloureux qu’il soit ! 

Gardienne de cimetière 

Violette est ce qu’on nomme une personne lumineuse. Elle a fait don de sa personne pour panser les douleurs des autres. Son quotidien est réglé au rythme des saisons et des enterrements. Elle connaît tout le monde, les morts comme les vivants. Elle leur parle, s’occupe d’eux. Pourtant la vie ne lui a pas fait de cadeau, en lui enleva ce qu’elle avait de plus précieux. Caroline Rochefort s’est glissée avec un réel bonheur dans la peau de ce beau personnage. Elle en marque toutes les nuances de son déni, de sa rédemption et de sa libération. 

Des personnages ciselés

Changer l’eau des fleurs d’après le roman de Valérie Perrin
Adaptation de Caroline Rochefort et Mikaël Chirinian
Mise en scène de Salomé Lelouch et Mikaël Chirinian
 © Fabienne Rappeneau
.

Dans le personnage de celui qui va chambouler l’existence bien organisée de Violette, Morgan Perez est formidable. Toute en sensibilité, il marque les doutes, les questionnements, les élans de tendresse de cet homme qui veut comprendre et aimer de tout son cœur. Tout en douleur, colère et blessures, Mikaël Chirinian est impeccable dans le rôle du mari de Violette qui n’a pas su affronter le drame et la manière dont son épouse a décidé de le vivre. 

Un travail minutieux, sensible

S’appuyant sur la scénographie ingénieuse de Delphine Brouard qui divise l’espace entre les tombes et la loge de Violette, la mise en scène de Salomé Lelouch et Mikaël Chirinian est d’une belle facture. Visuellement c’est très beau. Les tableaux s’enchaînent avec la fluidité d’un air de swing où d’une ritournelle de Charles Trenet. L’adaptation, la mise en scène et l’interprétation évitent les pièges de la mièvrerie. Changer l’eau des fleurs parle de la réparation après le deuil. Comment apprendre à vivre avec le manque, l’absence d’un être cher ! Peut-on retrouver un équilibre sur le fil du quotidien ? Sur ces thèmes difficiles, l’équipe nous offrent un spectacle lumineux qui réconcilie avec la vie.

Marie-Céline Nivière

Changer l’eau des fleurs d’après le roman de Valérie Perrin
Théâtre Lepic
1 avenue Junot 
75018 Paris
Du 10 novembre 2021 au 30 janvier 2022
Du mercredi au samedi à 21h, dimanche 16h
Durée 1h15

Adaptation de Caroline Rochefort et Mikaël Chirinian
Mise en scène de Salomé Lelouch et Mikaël Chirinian assistés de Jessica Berthe
Avec Caroline Rochefort, Morgan Perez et Mikaël Chirinian et les voix de Céline Monsarrat et Thibault de Montalembert.
Scénographie de Delphine Brouard
Création sonore et musicale de Pierre-Antoine Durand.
Création lumières de François Leneveu.
Vidéo de Mathias Delfay

Crédit photos © Fabienne Rappeneau

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Inventions de Mal Pelo - María Muñoz & Pep Ramis © Tristan Perez-Martin

Bach dans le sang

Avant de présenter Highlands à Points Communs, le 1er décembre 2021, à
Aller à Haut