La mémoire flanche intensément au théâtre 14

Avec On n’est pas là pour disparaître, adapté du roman d’Olivia Rosenthal et mis en scène par Mathieu Touzé, interprété par le gracieux Yuming Hey, la nouvelle et dynamique équipe du Théâtre 14 ouvre sa saison avec un spectacle fort qui bouleverse notre vision de la maladie d’Alzheimer, de cette mémoire qui s’efface. 

Au début, il n’y a rien, qu’un plateau vide, un texte qui défile sur le rideau, une voix off. D’un ton neutre, on nous explique froidement, scientifiquement ce qu’est la maladie d’A. Puis, tel un fait divers, il nous est annoncé qu’un certain Monsieur T. a poignardé sa femme de plusieurs coups de couteau. Un homme surgit sur la scène, s’y plante pour ne plus en bouger, comme enfermé dans un espace limité, celui de son monde qui se referme sur lui. Il tente de faire défiler le fil de sa mémoire qui s’efface. Il y a autour de moi des objets, je crois qu’ils m’étaient familiers, mais ils ne me disent rien, ne me parlent plus. J’ai beau tendre l’oreille pour écouter ce qu’ils murmurent, je ne les entends pas. Je crois que je deviens sourd… Monsieur T. n’entend plus ce qu’on lui dit, ne comprend plus, il est parti ailleurs, loin dans ces arbres d’Amérique où toute sa vie, il a rêvé d’aller s’installer. 

Des mots pour des maux

On n’est pas là pour disparaître d’après le roman d’Olivia Rosenthal, mise en scène de Mathieu Touzé. théâtre 14 © Christophe Raynaud de Lage

Olivia Rosenthal a su saisir et mettre les mots sur ces instants où la mémoire, la parole et la raison se perdent. Elle possède un style littéraire qui se coule avec aisance dans la théâtralité. En tout cas, Mathieu Touzé a su lui donner, par son adaptation, mais surtout par sa mise en scène, cette résonance. Quelle belle idée que d’accompagner les discours des médecins par cette image forte de logarithme informatique, montrant combien le discours médical peut devenir machinal et perdre de son humanité. Le vocabulaire scientifique console et protège le médecin. Il lui permet de continuer à mener une vie normale après avoir annoncé aux autres que la leur ne le serait plus jamais.

Retenir les souvenirs 

Et il y a la parole, celle d’une femme qui regarde avec douleur son mari lui échapper pour toujours, leur histoire d’amour s’effacer. L’amour n’est pas plus fort que la mort, c’est une illusion qui se dissipe dès que la maladie arrive, c’est trop dur, je n’ai pas assez de force, l’épreuve est trop difficile, c’est trop difficile d’enfermer l’homme qu’on a aimé et de l’entendre gratter de l’autre côté comme une bête. » Comment le retenir et empêcher la démence prendre place et faire taire le silence qui s’installe. La parole de cette femme est bouleversante.

Troublant Yuming Hey

On n’est pas là pour disparaître d’après le roman d’Olivia Rosenthal, mise en scène de Mathieu Touzé. théâtre 14 © Christophe Raynaud de Lage

Le spectacle s’apparente au théâtre de Nô, avec cette gestuelle stylisée et cette parole qui semble presque chantée. Accompagné par la musicienne Rebecca Meyer, qui discrètement du fond de la salle joue en live, les pieds cloués au sol, ne bougeant que le corps, les mains, le visage et les yeux, Yuming Hey, par son interprétation sur le fil du rasoir, fait entendre le texte avec maestria. Quel comédien ! Ce n’est pas pour rien qu’il appartient à la promotion 2021 des Jeunes talents de l’Adami. Il a devant lui un avenir et des plus prometteurs. Il vous reste quelques jours pour découvrir ce bel ouvrage.

Marie-Céline Nivière

On n’est pas là pour disparaître d’après le roman d’Olivia Rosenthal
Théâtre 14
20 avenue Marc Sangnier
75014 Paris
Du 21 septembre au 3 octobre 2021
Mardi, mercredi, vendredi, samedi à 20h, jeudi 19h, dimanche 16h
Durée 1h15

Adaptation et mise en scène Mathieu Touzé Assisté par Hélène Thil
Avec Yuming Hey
Et la voix de Marina Hands de la Comédie-Française
Musique écrite et jouée en live par Rebecca Meyer
Création vidéo de Justine Emard
Lumières de Renaud Lagier et Loris Lallouette

Crédit photos © Christophe Raynaud de Lage

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.