HK © Guillaume Cazenave-Lacrouts

HK, entrer dans la danse virale d’un nouveau monde

Écrite lors du deuxième confinement, en réaction à ce terme terrible de « non essentiel », la chanson de HK, Danser encore s’est envolée, via les réseaux sociaux, et, tel le passage d’une colombe, a déposé un message dynamisant repris par des millions de gens, qu’ils soient artisans du spectacle ou simples spectateurs. Aujourd’hui, alors que la perspective d’un retour dit à la normale va nous permettre enfin de danser encore, nous rendons hommage à HK, alias Kaddour Hadadi qui, avec amour, a semé un chant des possibles.

Début janvier, je rencontre cette chanson qui m’a fait verser des larmes, à Artigues, petit hameau perché dans les Pyrénées, où j’ai pris, depuis décembre, mes quartiers de non essentielle, attendant la réouverture des théâtres. Je l’ai découverte grâce à mon ami et hébergeur, Eric. Rentrant de chez son pote Laurent, il me dit que je dois écouter absolument cette chanson qu’il vient d’entendre ! Et nous voilà tous les deux devant l’ordinateur et je suis secouée par les diverses émotions que produisent sur moi le texte et la ritournelle entraînante des accords de la musique. Comme l’a dit HK, lors d’une interview à RTBF, « Une chanson ça peut pas changer le monde, mais une chanson, ça peut toucher les cœurs et les âmes ».

Une chanson virale
HK - Danser encore © Youtube

Une chanson cela peut partir comme un boulet de canon, se propager, non plus par les ondes mais par les réseaux sociaux. Celle-ci est partie vite, dépassant même son créateur qui, après l’avoir mise en ligne en décembre, a découvert qu’en 48 heures, sa vidéo avait atteint le million de vues. C’est énorme ! Et cela n’a fait que grossir, et comme l’écrit L’Humanité, cette chanson est devenue « virale ». Il faut dire qu’elle entre vite dans la tête. Je me vois crapahutant dans la montagne avec la chienne, avec en boucle dans ma tête le refrain : Nous on veut continuer à danser encore, voir nos pensées enlacer nos corps, passer nos vies sur une grille d’accords. Parce que, même si j’étais bien dans mon exil pyrénéen, entourée  d’amis et de bienveillance, tout ce qui était non essentiel me manquait. Je voulais que l’on me rende ma « vie d’avant », les théâtres, les bistrots, les restaurants, la possibilité de voir mes amis, de rencontrer des gens, d’échanger et de danser.

Non-essentiels mais terriblement vivants

Mais voilà, « le bon roi » nous a annoncé à la télévision que nous étions non essentiels. Face à cette sentence, HK a réagi avec sa chanson, refusant de faire allégeance et que l’on confine notre conscience. Avec élégance et le sourire aux lèvres, il nous a permis de faire preuve de résistance et de ne pas être impressionnés par « tous ces gens déraisonnables, vendeur de peur en abondance ». C’est le devoir des artistes, « jamais dociles ni vraiment sages », qui « en toutes circonstances », viennent briser le silence. C’est pour ce qui est dit dans la chanson, qu’elle est devenue un hymne pour tous ceux qui désirent exister, les non essentiels qu’ils soient artistes ou spectateurs. Et ces derniers ont beaucoup joué dans le succès de cette chanson. Car on les a un peu oubliés, ceux qui réclament le droit de pouvoir s’assoir dans une salle de spectacle, de cinéma, de musique et de danser encore. 

Un pas de deux face au virus
HK - Danser encore © Youtube

La chanson a circulé dans diverses manifestations, à Paris, dans les théâtres occupés, à la Gare du Nord, de l’Est, sur la place de la République, dans bien des villes de France, petites ou grandes, puis elle est sortie des frontières, passant par la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne, le Québec… Nous offrant des flashmobs émouvants que l’on peut découvrir sur la page FB de HK ou sur YouTube®. Elle a permis, comme le dit HK, « d’exorciser cette frustration » et de rappeler combien l’art nous est essentiel pour vivre. Nous pouvons aujourd’hui remercier cet artiste, qui nous a offert ce magnifique remède pour lutter contre le virus et ce monde devenu fou. Bravo et chapeau bas !

Marie-Céline Nivière 

Danser encore d’HK

Crédit Photos © Guillaume Cazenave-Lacrouts et © YouTube

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut