Les Vagamondes, festival de la Filature Muhlouse

Vagamondes, une neuvième édition coûte que coûte

Dédié aux cultures du monde, le festival les Vagamondes, organisé par la Filature, ouvre ses portes ce 12 janvier 2021. Faute de pouvoir accueillir du public, mais ayant à cœur de faire vivre les treize des seize spectacles de la programmation initiale, Benoît André, directeur du lieu depuis janvier 2020, a décidé d’opter pour une neuvième édition entièrement numérique.

Véritable fenêtre sur le monde, les Vagamondes offrent aux festivaliers, chaque année plus nombreux, un voyage immobile vers d’autres cultures, d’autres regards. Depuis huit ans, la manifestation propose de découvrir des artistes de tout horizon, ayant jusqu’ici pour point commun d’être ancré au sud. Le tour du bassin méditerranéen auquel cette 9e édition nous invite constitue une étape de transition avant un futur festival affranchi des cultures du sud mais entièrement dédiés aux artistes qui s’attachent à supprimer les frontières.

Faire vivre le festival malgré la Covid
Benoît André, directeur de la Filature © DR

Dans le contexte sanitaire de ce début d’année, Benoît André et ses équipes de la Filature s’étaient promis de tout faire pour que cette édition ait lieu. « Renoncer aujourd’hui à un festival dont l’ADN se fonde sur la rencontre, le dialogue, les échanges, touq ces moments de relation devenus si rares en temps de pandémie, explique le directeur du lieu, nous semblait inconcevable ! D’autant que 6 créations étaient inscrites au programme. Nous avons donc fait le choix du maintien de l’évènement à la fois pour nos publics, avec lesquels nous voulons renouer aussi vite que possible, et pour les artistes qui ont un besoin crucial de créer, même si jouer devant des caméras et une salle vide n’est évidemment pas une fin en soi« .   

Par delà les frontières
Necropolis d'Arkadi Zaides. © instituts des croisements

Abattant tous types de frontières, qu’elles soient géographiques, artistiques, générationnelles, les spectacles sélectionnés avec soin seront créés et présentés à huis clos en Alsace, avant d’être diffusés sur la plateforme vidéo du théâtre. Venus d’Algérie, d’Égypte, d’Espagne, de France, de Grèce, d’Iran, d’Israël, du Liban, du Maroc, de Palestine, de Syrie et de Tunisie, les artistes questionneront la migration, les droits de l’homme, l’hospitalité, le métissage culturel, l’héritage, les racines, mais aussi la difficulté d’échanger quand on ne parle pas la même langue, le même langage. 

Un travail d’orfèvres
impulso de Rocio Molina et Ahmad al Kathy © Pablo Guidali

« La programmation d’une scène nationale, explique André Benoit, invite à une forme de transversalité inhérente aux grandes disciplines – théâtre, musique et danse – qui sont au cœur de ses missions, auxquelles il faut d’ailleurs ajouter les arts visuels dans le cas de la Filature qui dispose également d’une galerie d’exposition. Et la ville de Mulhouse elle-même, avec 130 communautés d’origine étrangère, est une rencontre au quotidien. La programmation de la Filature ne pouvait donc être sourde à cet enjeu du dialogue interculturel surtout si nous souhaitions convaincre certains de franchir les portes de nos salles. Et je dois dire que les artistes sont nombreux à s’approprier ses sujets et nous offrir de nouvelles perspectives sur le monde à travers leur création. Le temps du festival autorise une mise en perspective de diverses démarches et permet de faire se côtoyer des rendez-vous joyeux, d’une part, comme seront certainement les créations d’Olivier Dubois et de Rocio Molina et Ahmad al Kathib et, d’autre part, des sujets plus sombres ou politiques comme la situation des migrants abordée par Arkadi Zaides ou le statut des femmes au cœur des textes d’autrices du bassin méditerranéen choisis par Anne-Laure Liégeois. Ces croisements sont porteurs d’ouverture, de générosité et d’énergie créative, mais aussi de réflexion, de débats autour de sujets qui interpellent nos sociétés contemporaines. Ce sont ces frottements qui donnent tout son sens à un temps fort comme les Vagamondes ! »

 Ainsi, jusqu’au 31 janvier 2021, pas moins de douze spectacles, un programme dense de rencontres et de films, orchestrés par Arte seront visibles grâce au numérique. Un rendez-vous à ne pas rater.  

Olivier Fregaville-Gratian d’Amore

Les Vagamondes, Neuvième édition
La Filature de Mulhouse

Crédit photos © DR, © Pablo Guidali et © Institut des croisements

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut