Voyage dans les mémoires d’un fou, un seul en scène vibrant

Habité par une douce folie  qui lui colle à la peau, au corps, Lionel Cecilio nous entraîne à vive allure dans les méandres de son cerveau. Enfant chétif et mutin, adolescent perturbé et adulte étrange et curieux, il s’interroge sur le sens de la vie et des choses. Il scrute les détails de la banalité, les petits accrocs de l’existence. Il cherche sa vérité au plus profond de son être. Il touche, bouleverse et amuse. Sensible, fragile, il se livre sans fard dans un captivant seul en scène à découvrir de toute urgence !…

Au fond, une porte blanche trône. Alors que les premières notes de musique s’élève, elle s’ouvre laissant passer un jeune homme gracile. Peau mate, cheveux d’ébène bouclés, tout de noir vêtu, l’ombre mouvante, se glisse derrière un bureau et commence à rédiger ses mémoires. Regard fiévreux, Lionel Cecilio semble perdu dans ses pensées. Lentement, il relit les pages qu’il vient de noircir. Puis, enfin, les mots jaillissent de sa bouche en flot continu. C’est une effusion de paroles, une tirade sans fin qui touche, secoue et bouleverse. L’homme plonge dans ses souvenirs d’enfant, d’adolescent. Il cherche les failles à l’origine de ce mal être qu’il couche quotidiennement sur le papier.

Voyage_Memoire_fou_4_Lionel_Cecilio_Avignon_©Christophe Charrier_@loeildoliv

Avec dextérité, il aborde tous les aspects de la vie. Il passe avec facilité d’un rôle à l’autre. Drolatique, imitateur en herbe, il compose avec beaucoup de tendresse la galerie de portraits des gens qui ont croisé son chemin, réels ou fantasmés, et qui ont construit son être. Hilarant en maitresse d’école acariâtre, il est poignant en coach sportif qui s’essaye à la spiritualité, hallucinant en psy nébuleux et fantastique en Albert Einstein qui interroge la toute puissance de dieu. Ainsi une heure durant, il nous embarque dans un parcours initiatique allant de l’enfance à l’âge adulte passant de la folie à crudité de la vie, à la violence d’une société trop normée.

S’inspirant de l’œuvre de jeunesse Gustave Flaubert, Mémoires d’un fou, il s’imprègne du personnage de ce jeune homme en crise que la folie guette pour mieux se définir et s’approprier cet univers. Il construit ainsi l’histoire de ce jeune garçon atteint d’une maladie incurable et dégénérative qui perd la notion du temps, dialogue avec un public imaginaire avant de prendre conscience de l’importance de la vie et de vibrer enfin au rythme de son cœur et de ses émotions.

De sa plume ciselée et vive, il signe un texte intimiste, profond, sensible et envoûtant qui résonne dans nos têtes. Véritable leçon de vie, il pousse le public à réfléchir sur les petits riens de l’existence, sur leur importance. Avec légèreté, finesse et retenue, il aborde le désir, la douleur, les concepts philosophiques et la mort. Sans jamais tomber dans le voyeurisme ou le macabre, il s’amuse des mots, de leur sens. Il séduit par sa gouaille et son sens de la répartie.

Voyage dans les mémoires d’un fou est une pièce vibrante qui fascine et nous touche en plein cœur… A voir absolument !…

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – envoyé spécial à Avignon


AFF_Voyage_Memoire_fou_Lionel_Cecilio_Avignon_@loeildoliv
Au Pixel théâtre, Lionel Cecilio nous embarque dans un poignant Voyage dans les mémoires d’un fou

Voyage dans les mémoires d’un fou de Lionel Cecilio
Festival OFF d’Avignon
Pixel Avignon
18, rue guillaume Puy
84000 Avignon
du 7 au 30 juillet à 17h – relâche les 12, 19, 26 juillet
Durée 1h15

mise en scène de et avec Lionel Cecilio
créatrice Lumière : Johanna Dilolo
compositeur : Lucien Pesnot
Accompagnement Gestuel : Sylviane Bauer-Motti

Crédit photos © Christophe Charrier

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut