Tutu, la danse dans tous ses états

Réjouissant et rafraichissant, ce ballet comique est idéal pour commencer une soirée réussie…

Quelques notes tout droit sorties d’une boîte à musique, un tutu qui tourne sur lui-même et des popotins de tulles roses qui frétillent… Et c’est parti pour plus d’une heure d’un spectacle haut en couleurs, drôle et burlesque où danse contemporaine percute danse classique et où gymnastique rythmique s’entrecroise avec danse de salon.

TUTU-12-©MichelCavalca_@loeildoliv

Strass, paillettes, tissus moirés et tulles habillent six excellents danseurs, membres des Chicos mambo – les gars du mambo – qui se travestissent en ballerines pour notre plus grand plaisir. Au programme, une déclinaison parodique et comique du répertoire en une vingtaine de tableaux. Si certains sont hilarants, d’autres sont plus poétiques. Philippe Lafeuille, créateur et chorégraphe de cette troupe atypique, joue avec dextérité sur plusieurs registres, passant de la fantaisie à l’humour potache en égratignant parfois les classiques, le tout restant léger et gracieux. La magie de cette succession de pas de deux comiques tient beaucoup au talent de ces six artistes tout aussi à l’aise avec les entrechats et les pointes qu’avec l’interprétation théatrale de leur rôle – Anthony Couroyer, Loïc Consalvo, Mikael Fau, Pierre-Emmanuel Langry, Julien Mercier, Alexis Ochi.

Bien que certains tableaux soient un peu moins convaincants, Philippe Lafeuille réussit son pari de s’amuser de la danse et de créer un ballet comique. Loin d’être seul dans ce créneau, il arrive à renouveler le genre contrairement à ses concurrents directs les ballets du Trockadero de Monte Carlo qui peinent ces dernières années à proposer de nouvelles chorégraphies.
De cette heure passée en compagnie de ses gaillards, souvent désopilants mais jamais ridicules, on retiendra surtout la revisite du Lac des cygnes version canard un poil dévergondé, un nouvel épisode cocasse de Danse avec les stars, l’envol truculent de l’étoile aidée, voire carrément portée, par la complicité d’un trio irrésistible en survêtement noir, un tango sensuel à douze jambes portant talons et un Sacre du printemps version bébé en couche culotte décalé … jubilatoire.

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore


 visuelTUTU_©michelcavalca_@loeildoliv

Bobino,
du 10 octobre au 31 décembre 2014.
Du mardi au samedi à 19h, et le dimanche à 16h.
Tarifs : de 20 à 50€

Reprise à Bobino jusqu’au 2 juin 2019

Crédit photos © Michel Cavalca

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Dernièrement

Aller à Haut