Les ratés de l’amour de Camille Boitel & Sève Bernard

Se rencontrer, se plaire, se chérir, n’est pas si facile. Avec humour et ingéniosité, Camille Boitel et Sève Bernard s’inspirent des films muets, ceux de Charlie Chaplin, de Buster Keaton, et inventent un monde fait de bric et de broc dans lequel deux êtres esseulés tentent de s’aimer. Instants fragiles ! 

Sur une scène surélevée de plus cent mètres carrés, plongée dans l’obscurité, on distingue de vieux meubles en bois entassés. Une voix, donnant quelques informations sur le spectacle qui va suivre, rompt le silence, celle de Camille Boitel間(ma, aïda…) n’est pas une création comme une autre, elle est constituée de 36 pièces réunies en une seule. Dans ce concentré performatif alliant théâtre, pantomime, cirque et danse, nos deux artistes, aidés au plateau autant au-dessus qu’au-dessous, par des musiciens, des manipulateurs d’objets, des techniciens, font valser les codes et les corps. 

Dans un monde fait de chausse-trappes, de pièges, Camille Boitel et Sève Bernard tentent de s’aimer, de se séduire, de supporter le quotidien à deux. Mais rien ne se passe comme prévu. Le sol se dérobe sous leurs pieds, des filins les empêchent de se rejoindre, leurs corps enfin emmêlés sans cesse éloignés l’un de l’autre. Portés par leurs désirs, leurs attraits mutuels, ils esquissent une multitude d’histoires, de situations. Ils luttent en vain contre l’effondrement qui gagne le plateau. Rien n’y survit, comme un château de cartes, le décor s’écroule, ne laissant après 50 minutes qu’un immense tas de bois sur le sol. 

Usant jusqu’à la corde le théâtre, ses codes, ses effets, ses rouages, nos deux amants terribles livrent une œuvre délicate, drôle et sensible. Bien que tout soit mécanique et parfaitement réglé, une étincelle de magie nait au milieu de ce chaos, de ce désastre. Teinté d’une joie un brin mélancolique, 間(ma, aïda…) est l’aboutissement d’une rencontre, de deux univers, de deux entités. L’acrobate, le circassien, Camille Boitel, obnubilé par la peur de la catastrophe a trouvé en Sève Bernard, une danseuse et autrice, son double. A quatre mains, ils signent un poème sur le fil, tout en fragilité et émotion. Un spectacle à rire, à pleurer !

Olivier Frégaville-Gratian d’Amore – Envoyé spécial à Montpellier


間(ma, aïda…) de Camille Boitel et Sève Bernard
Festival Montpellier Danse
Théâtre des 13 Vents
Grammont
2733C Avenue Albert Einstein
34000 Montpellier 
Jusqu’au 28 juin 2019
Durée 50 min

chorégraphie, scénographie, lumière et son de Camille Boitel et Sève Bernard
avec  Tokiko Ihara (musicienne), Jun Aoki (manipulateur d’objets), Camille Boitel, Sève Bernard,Hugo Frison, Kenzo Bernard
Opérateur son Yuki Suehiro
Régie générale Hugo Frison
Chef d’atelier Vincent Gadras
Construction de l’atelier de la Maison de la Culture Bourges

Crédit photo © Compagnie L’Immédiat

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*